Ottawa accueille le kirpan dans ses ambassades

«La nouvelle politique de notre gouvernement sur le kirpan servira d’exemple et fera la promotion des valeurs canadiennes dans le monde entier », a affirmé lundi le ministre d’État au multiculturalisme, Tim Uppal.
Photo: La Presse canadienne (photo) Adrian Wyld «La nouvelle politique de notre gouvernement sur le kirpan servira d’exemple et fera la promotion des valeurs canadiennes dans le monde entier », a affirmé lundi le ministre d’État au multiculturalisme, Tim Uppal.

Ottawa — Alors que les péquistes jaugent la part de responsabilité de la charte des valeurs dans leur déconfiture électorale, Ottawa s’élance résolument dans une direction opposée. Le gouvernement fédéral a annoncé lundi que le port du kirpan serait désormais autorisé dans toutes les ambassades et missions canadiennes à l’étranger.

 

« La diversité du Canada compte parmi ses plus grands atouts, et la liberté de religion est une valeur canadienne fondamentale », a déclaré le ministre d’État au multiculturalisme, Tim Uppal, par voie de communiqué de presse. M. Uppal n’a pas accordé d’entrevue au Devoir. « La nouvelle politique de notre gouvernement sur le kirpan servira d’exemple et fera la promotion des valeurs canadiennes dans le monde entier. »

 

Croyance religieuse sincère

 

La consigne exigera que le kirpan soit placé dans un fourreau fixé à une ceinture portée en bandoulière sous les vêtements. Pour s’assurer que le port du kirpan est bien le fruit d’une croyance religieuse sincère, il faudra que la personne porte les quatre autres éléments de la religion sikhe : le bracelet de fer, le turban, le peigne à cheveux et un caleçon spécifique. Aucune règle sur la longueur de la lame n’est stipulée.

 

Le président de la World Sikh Organization of Canada (WSOC), Amritpal Singh Shergill, a applaudi à l’annonce. « Nous sommes très reconnaissants au gouvernement du premier ministre Harper de comprendre l’importance d’accepter cet élément de notre foi. » Le conseiller juridique du groupe, Balpreet Singh, a abondé dans ce sens. « L’acceptation du kirpan dans les missions canadiennes envoie un message fort que le gouvernement du Canada s’engage à protéger les valeurs de l’égalité et du respect qui sont chères aux Canadiens. »

 

La WSOC a participé à l’élaboration du règlement avec Ottawa. Elle clame avoir fait de même avec les gouvernements de l’Alberta et de la Colombie-Britannique ainsi que l'administration de la ville de Toronto pour permettre, dans les trois cas, le port du kirpan dans les tribunaux.

 

La WSOC s’est surtout fait connaître au Québec en 2011 lorsqu’une de ses délégations de quatre personnes s’est fait interdire l’accès à l’Assemblée nationale pour cause de port du kirpan. Balpreet Singh en faisait partie. Tous avaient préféré rater leur comparution en commission parlementaire (sur l’interdiction du voile intégral) plutôt que de retirer leurs poignards. À la suite de l’incident, l’Assemblée nationale a adopté une motion unanime (113 députés étaient présents, dont le premier ministre d’alors, Jean Charest) pour réitérer l’interdit dans l’enceinte parlementaire.

 

Le port du kirpan est permis dans les édifices parlementaires fédéraux, dans celui de la Cour suprême du Canada et dans les écoles, depuis un jugement de 2006 du plus haut tribunal du pays. Il a été impossible de faire confirmer lundi qu’il est interdit dans les tribunaux du Québec (tout comme au Manitoba et dans cinq autres provinces canadiennes).

 

Le Parti libéral du Canada salue cette décision. « On n’a pas de problème avec cette politique. Elle est acceptable », a indiqué au Devoir le député Marc Garneau. Le Bloc québécois, au contraire, s’en dit déçu « pour des exigences de sécurité qui doivent s’appliquer à tous », explique le député Jean-François Fortin. « Il ne doit pas y avoir deux poids deux mesures dans la définition de ce qu’est un couteau. […] On ne peut pas présumer que ce type d’objet ne pourrait pas être utilisé par quelqu’un de malveillant de manière agressive. »

 

Incidents

 

Les incidents impliquant un kirpan sont en effet extrêmement rares, mais pas inexistants. En 2010, à Brampton (la ville où le ministre Uppal a justement fait son annonce lundi), l’avocat Manjit Mangat a été poignardé à l’abdomen avec un kirpan, ce qui lui a laissé une entaille de 12 centimètres. La tentative de meurtre s’est produite devant un temple sikh où une foule en colère dénonçait la présence d’un orateur contesté. L’incident, a indiqué la police, s’inscrivait dans le contexte plus large d’une guerre de factions pour la prise de contrôle du temple.

 

En 2008, un élève de l’école secondaire montréalaise LaSalle avait été accusé d’avoir menacé deux autres jeunes avec son kirpan et une des épingles retenant ses cheveux, qu’il ne peut couper pour des raisons religieuses. Un tribunal l’a reconnu coupable en avril 2009, mais seulement de la menace avec l’épingle.

 

Personne à Ottawa n’a été en mesure d’expliquer pourquoi le besoin s’est fait sentir cette année de modifier la règle existante. Tout au plus rappelle-t-on que les sikhs célébraient lundi la fête de Vaisakhi marquant la fondation de l’Ordre des purs. En coulisses, on assure que cette annonce n’avait pas été planifiée en fonction de l’échéancier électoral québécois.


 
39 commentaires
  • Yves Capuano - Inscrit 15 avril 2014 00 h 14

    Des couteaux pi des foulards pi alouette!

    C'est donc beau le Canada , des beaux foulards pi des beaux couteaux pi on vote libéral pi alouette!

    • Nicole Bernier - Inscrite 15 avril 2014 08 h 44

      Cet article, qui va chercher un cas isolé pour le monter en épingle un problème et essayer de faire peur aux lecteurs, permet d'alimenter les commentaires comme le vôtre M. Capuano... et cela confirme à quel point l'intolérance était au coeur de cette charte...

      Actuellement, il y a un danger qu'Harper se fasse réélire à cause de l'arrogance de l'équipe du PQ et des commentaires comme le vôtre...

      Quand je pense que ce politicien, tout à fait de droite, a réussi à changer l'image proactive du Canada sur les questions internationales et environnementales et sur bien d'autres sujets dans une mauvaise direction...

      Et parce que plusieurs Péquistes ont poussé leur intolérance face à la religion et aux autres cultures plus loin que Parizeau lui-même l’avait fait... le résultat des élections d’ici et la finesse stratégique de cette équipe idéologiquement trop à droite nous laisse entrevoir qu’Harper a des chances d’être réélu comme quelqu'un de moins pire que les Péquistes.. C'est clair qu'ils vont miser sur la débâcle...

      Il est clair aussi que les baby boomers, les petits-bourgeois qui ont construit leur sécurité sur la professionnalisation de la société, ne comprennent pas comment la société a changé.

      Hier, j'écoutais une entrevue de l'auteur d'une chanson que les jeunes et les moins jeunes adorent: "Happy", une chanson dont le video a fait le tour de la planète et dont les fans ont adapté la chanson en faisant des vidéos qui enracinent leur "bonheur' dans leur mode de vie... L'artiste, de voir défiler, en quelques minutes, toutes les images de gens représentants toutes les cultures du monde et de partout sur la planète a été tellement touché qu'il en pleurait...

      On sentait bien le coeur de plusieurs générations battre dans cette musique d'espoir et de paix... http://www.parolesdeclip.fr/happy-pharrell-william

      Les péquistes devraient aider à construire cet espoir s'ils veulent briser le mauvais sort...

    • Grace Di Lullo - Inscrit 15 avril 2014 10 h 46

      Madame Bernier,

      Le parti québécois aura de sérieuses remises en question à faire. Il est fort possible que l'on se trouvera devant un autre horizon politique.

      Vous dites:
      Actuellement, il y a un danger qu'Harper se fasse réélire à cause de l'arrogance de l'équipe du PQ et des commentaires comme le vôtre...

      Je peux comprendre votre militantisme envers ce parti, mais il ne faudrait pas lui imputer la possible réelection du parti conservateur.

      Il faut se rappeler Madame Bernier que ce parti a été élu en dépit d'une vague orange. Le Québec pourrait voter rouge ou encore orange et les conservateurs pourraient être réélus.

      Il est sain de s'analyser, d'identifer nos failles et nos aspects les plus rébutants sur le plan social et politique, mais il faudrait également regarder ce qui se passe ailleurs au Canada.

      Depuis quelques semaines, je suis de plus en plus troublée par les incohérences. Ces dernières prennent différentes formes: on veut plus d'immigration, mais on ferme des programmes, on veut plus de femmes au pouvoir, mais on se réjouit d'un échec ou même d'un geste grave, on chante Happy, mais on laisse aller la Syrie, on chante Happy, mais on regarde en faisant les coqs sur la scéne internationale les Ukrainiens, on veut du vert, mais on aime bien transcanada pipeline, etc.

      L'élection du 5 avrl a sonné le glas des mêmes sempiternelles refrains et chansons à réponses prévisibles.

      Il n'est pas approprié de blamer le fédéralisme, pour la journée pluvieuse, etc. Il faut également vous dire que la date de préremption est passée pour blamer le parti québécois.

      P.S. Madame Bernier, j'ai de la famille dans les autres provinces, je suis toujours étonnée par l'incohérence. D'un côté ils se font les défenseurs du multiculturalisme en décriant les orientations québécoises, mais ils m'enverront des clips ayant le thème du My Canada is... .et le contenu de My Canada is...décrie le multiculturalisme, mais rassurez-vous ils m'ont fait parvenir Ha

  • Léonce Naud - Abonné 15 avril 2014 04 h 13

    Bientôt un kirpan québécois !

    Euréka ! Je fonde à l'instant une religion et promettrai le paradis à mes fidèles à la condition que leur foi soit inébranlable. Notre objet sacré ? Le tomahawk, porté ostensiblement à la ceinture. Les Anciens Canadiens gardaient constamment sous la main ce délicat instrument d'égalisation sociale. Leurs descendants ne sauraient déchoir. Je vois déjà les député(e)s du Québec aux Communes d'Ottawa, entourés du plus profond respect.

    • Charles Lebrun - Abonné 15 avril 2014 07 h 02

      J'adhère avec enthousiasme... pas tant pour le paradis... mais pour le tomahawk!!! Pour le plaisir de l'embêtement que ce "délicat instrument" pourrait causer... Comme diraient nos amis du ROC... "Vous avez fait ma journée!!!"

    • lise pelletier - Inscrit 15 avril 2014 08 h 51

      Décision prise avant ou après les élections au Québec mais dévoilée maintenant. Pas question de faire une vague pro-charte pour favoriser la réélection du Parti Québécois.

      La pause des accomodements raisonnables est maintenant terminée. Le PLQ a été élu ici., suivez bien le retour d'ascenseur que vont réclamé certaines communautés culturelles ayant fait preuve de beaucoup de discrétion durant la campagne.

    • Michel Vallée - Inscrit 15 avril 2014 09 h 42

      @Léonce Naud

      <<Je fonde à l'instant une religion>>

      C’est faisable, si l’on songe que son Éminence Rael a fondé une religion après qu’il ait prétendu avoir été enlevé par les Martiens, et que son Église bénéficie en conséquence au Québec d’un congé fiscal…

  • Elmer Smith - Abonné 15 avril 2014 04 h 14

    Le kirpan, le voile intégral et tutti quanti

    Les opinions des uns et des autres sur le port des signes religieux dans la fonction publique des gouvernements et des ambassades, en commençant par celle de la Cour Suprême et ensuite du reste du Canada anglais suivi de Couillard et de son équipe libérale, ne sont pas fondées sur un souci de tolérance et de grandeur d'âme mais sur une conception erronnée de la liberté religieuse. Les intégristes des diverses religions de par le monde ont réussi, avec l'aide des Jason Kenny et des John Baird de ce monde, à faire accepter aux démocraties occidentales une fausse conception de la liberté religieuse et la préséance à lui donner sur toute autre liberté. Les occidentaux ont mordu à l'hameçon et se sont empêtrés dans un bourbier dont on ne se sortira pas facilement.

    Elmer Smith, abonné

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 15 avril 2014 07 h 05

      Quel bourbier?

      Il y a longtemps que le port du kirpan dans les écoles a été admis, même au Québec, car il me semble entendre encore les cris d'orfraie des Québécoise et Québécois à l'époque. Or aucun crime n'a été commis et aucune mencace avérée non plus. Mais de l'autre côtés des amants de souche ont réglé leurs comptent dans des écoles, un ado québécois naziste a tué (sous le regard de son ami) la fillette (hé oui ce mot existe encore, point n'est besoin de dire jeune femme) qu'il convoitait, seul vrai crime raciste je le spécicie tout de même, au Québec ormi une histoire de sang de cochon, et régulièrement de vrais couteaux sont trouvés dans les effets d'étudiants souche et disons que ce qui est volontairement caché cache généralement aussi des intentions, des envies. .

      Il faudrait qu'on commence à se regarder le nombril plutôt que de chercher des puces et des pous chez les autres. On parle de crimes d'honneur, mais j'aimerais bien savoir combien de femmes ont été tuées au Québec lors de crimes d'honneur, et combien suite à des violences conjugales ou sexuelles... Pour le moment je sais qu'on y est très loin de l'égalité homme femme en la matière, pour le reste l'imaginer me suffit.

      Le P. q. aurait été coulé lors des récentes électionentre autres à cause d'une partie de sa charte de nos pseudos valeurs acquises? Ben grand bien lui fasse.

    • André Martin - Inscrit 15 avril 2014 07 h 31

      Exact.

    • Jean Lacoursière - Abonné 15 avril 2014 08 h 41

      Madame Massicotte,

      Si je suis bien l'essence de votre raisonnement, il serait hypocrite d'interdire les poignards religieux dans nos écoles parce qu'il arrive parfois que des petits bums Québécois cachent un poignard dans leur sac.

      Je me demandais aussi, c'est quoi ça, un "naziste" ?

    • Marie-Maude Lalande - Inscrite 15 avril 2014 08 h 44

      Mme Massicotte, grande défenderesse de la liberté religieuse, je pense à vous quand j'imagine une nouvelle religion arriver ici, ou enfin, à côté au Canada, qui demande une part de nudité ou un tattoo dans le front des enfants.

      Hâte d'imaginer le patinage de fantaisie pour dire que ceci oui mais cela non..

    • Gilles Théberge - Abonné 15 avril 2014 08 h 44

      Je suis d'accord avec madame Massicotte. Imaginez page exemple qu'un Québécois de souche se mette dans la tête par croyance sincère, oui croyance (pas démonstration) sincère qu'il lui faut impérativement porter une ceinture fléchée? Imaginez.

      Et s'il lui prenait envie de s'en servir pour étouffer quelqu'un ou même se pendre. Ce n'est pas impossible vous savez les de souche sont imprévisibles et madame Massicotte nous révèle ici cette vérité incontournable.

    • André Martin - Inscrit 15 avril 2014 09 h 14

      "Exact" aux propos de monsieur Smith, pas à votre démagogie, madame Massicotte.

    • Michel Vallée - Inscrit 15 avril 2014 09 h 37

      @Céline A. Massicotte

      Au contraire, il y en a eu des agressions à l’aide d’un kirpan, notamment de la part d’un Sikh de treize ans contre des élèves dans une école de Montréal, comme le rapportait The Gazette le 16 septembre 2008, ainsi qu’une agression au kirpan à Brampton telle que le rapportait Radio-Canada le 7 avril 2010.

      D’ailleurs, dans plusieurs pays européens, le port du kirpan est interdit.

      Et puis, le bons sens dicte que l’on ne se présente pas à l’école avec un poignard en bandoulière.

      http://ici.radio-canada.ca/regions/Ontario/2010/04

  • Nicole Ste-Marie - Abonnée 15 avril 2014 05 h 54

    Sécurité aéroportuaire canadienne

    Ces gens peuvent-ils embarquer à bord de gros transporteurs (Air Canada) avec leur kirpan ?

    Le port du kirpan est permis dans les édifices parlementaires fédéraux, dans celui de la Cour suprême du Canada et dans les écoles, depuis un jugement de 2006 du plus haut tribunal du pays. Il a été impossible de faire confirmer lundi qu’il est interdit dans les tribunaux du Québec (tout comme au Manitoba et dans cinq autres provinces canadiennes). H.Buzzetti

    Quelle incohérence.

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 15 avril 2014 07 h 51

      Un petit oubli dans mon commentaire, la jeune fille assassinée était d'origine mexicaine.

    • Jean-Marc Simard - Abonné 15 avril 2014 08 h 39

      Ces gens peuvent-ils embarquer à bord de gros transporteurs (Air Canada) avec leur kirpan ?

      Voilà une question qui exige réponse

  • Louise Montgrain - Inscrit 15 avril 2014 06 h 53

    Portez-vous le "Caleçon" Monsieur?

    il faudra que la personne porte les quatre autres éléments de la religion sikhe : "le bracelet de fer, le turban, le peigne à cheveux et un caleçon spécifique." !!!! Ahurissant!!!

    • Bernard Terreault - Abonné 15 avril 2014 08 h 39

      Va-t-on demander à ces messieurs d'ôter leur pantalon pour exhiber leur caleçon ?

    • Benoit Genest - Inscrit 15 avril 2014 09 h 56

      Excellente observation madame. Les gurus fondateurs de la religion sikhe ont instauré ces symboles pour des raisons spécifiquement liées à l'époque de fondation. Le kirpan, par exemple, était le symbole de la défense (les sikhs étant alors en proie aux forces musulmanes). Le caleçon symbolisait quant à lui l'hygiène qui faisait défaut dans plusieurs régions de l'Inde. Nul doute que ce symbole est dorénavant tombé dans l'obsolescence et je doute que les sikhs, malgré le caractère inconditionnel qui accompagnait le port des attributs religieux, le portent encore. Mais bon, parait que c'est la seule chose qui est tombée dans l'obsolescence, le reste ayant une valeur éternelle, intouchable.