Eve Adams se défend d’avoir mal agi

La députée et conjointe de Dimitri Soudas fait l’objet d’une enquête au sein du PC.
Photo: La Presse canadienne (photo) Adrian Wyld La députée et conjointe de Dimitri Soudas fait l’objet d’une enquête au sein du PC.

Ottawa — La députée Eve Adams, qui fait l’objet d’une enquête de son parti quant à des allégations de mauvaise conduite dans le cadre d’une course à l’investiture à Toronto, réplique qu’elle n’a rien fait de mal.

 

« Tout ce que j’ai fait est tout à fait conforme à toutes les règles. Tout ce que j’ai fait, d’autres députés de mon parti et d’autres partis le font, et continuent de le faire […] Mais je suis la seule qui soit mise au pilori dans les médias », s’est défendue Mme Adams, dans une entrevue accordée au Toronto Star.

 

La députée de Mississauga tente de se porter candidate dans une nouvelle circonscription, Oakville, qui sera créée dans la région de Toronto aux élections de 2015. La lutte à l’investiture y est salée, Mme Adams et l’exécutif du Parti conservateur (PC) dans la circonscription étant à couteaux tirés. Cette semaine, le président de l’exécutif a envoyé une lettre au premier ministre, l’avertissant de gestes qu’aurait posés la députée et qui enfreindraient les règles du parti. Stephen Harper a demandé que le PC fasse enquête. Mais Mme Adams martèle qu’elle n’a rien enfreint du tout.

 

Accès restreint?

 

L’exécutif conservateur d’Oakville avance notamment qu’elle se serait servie de la sophistiquée base de données du PC — ce qui lui aurait permis d’identifier des électeurs de la nouvelle circonscription. Mme Adams rétorque qu’elle en a le droit. « Tous les députés conservateurs ont accès au CIMS [le système du parti] pour la circonscription dans laquelle ils se présenteront », soutient la députée. Le PC n’a pas voulu préciser les règles entourant l’accès à la banque de données. Certaines sources ont confié aux médias que cet accès serait offert aux candidats seulement après qu’ils ont remporté l’investiture.

 

Mme Adams nie en outre avoir abusé de ses ressources parlementaires en envoyant des lettres préaffranchies aux résidants d’Oakville. Elle dit avoir d’abord vérifié auprès d’Élections Canada et de la commissaire à l’éthique. Qui plus est, elle avance que la chef de cabinet adjointe de M. Harper, Jenny Byrne, a donné son accord à ce qu’elle se présente dans la nouvelle circonscription. Le bureau du premier ministre a refusé de commenter cette affirmation.

 

Mme Adams plaide enfin qu’elle a toujours la confiance du premier ministre. Ce dernier l’aurait invité à participer à une annonce à Mississauga, jeudi. À ce sujet, le porte-parole de M. Harper Carl Vallée a indiqué que « tous les députés de la grande région de Toronto ont été invités, à ma connaissance ».

 

L’exécutif conservateur d’Oakville a en outre allégué que Mme Adams s’était présentée à l’improviste à l’une de leur réunion, le mois dernier, accompagnée de son fiancé Dimitri Soudas (ex-proche conseiller de M. Harper) et qu’elle aurait refusé de partir et aurait « agressé verbalement » les membres présents. M. Soudas était directeur du PC à l’époque, il a été sommé de démissionner dimanche.