​Remaniement à Ottawa: Joe Oliver remplace Jim Flaherty aux Finances

Le ministre Joe Oliver quitte le portefeuille des Ressources Naturelles pour remplacer Jim Flaherty aux Finances.
Photo: Jacques Nadeau - Archives Le Devoir Le ministre Joe Oliver quitte le portefeuille des Ressources Naturelles pour remplacer Jim Flaherty aux Finances.
Ottawa — Le ministre Joe Oliver quitte le portefeuille des Ressources naturelles pour remplacer Jim Flaherty aux Finances. C'est le ministre d'État aux Sciences, Greg Rickford, un Ontarien tout comme M. Oliver, qui passe au ministère des Ressources naturelles.

Stephen Harper a procédé à ce mini remaniement mercredi matin, sans convoquer les médias à Rideau Hall. C'est la démission surprise, mardi, du ministre Flaherty qui a provoqué cet effet domino.

Un troisième Ontarien, Ed Holder, hérite du portefeuille Science et technologie.

Tous ces changements à son cabinet, Stephen Harper les a annoncés sur son fil Twitter, d'abord en anglais, seulement.

Le premier ministre a même utilisé son compte Twitter français pour annoncer, en anglais, les nouvelles responsabilités du député Holder. Quelques minutes plus tard, on corrigeait l'erreur en faisant disparaître ce gazouillis dans la mauvaise langue.

M. Harper a également envoyé, sur Twitter, des photos de la cérémonie d'assermentation à Rideau Hall, cérémonie où n'ont pas eu accès les journalistes, ni les photographes de presse, ni les caméras des réseaux de télévision.

Quinze minutes après avoir gazouillé en anglais, le fil Twitter français du premier ministre a affiché, en français, une photo de l'assermentation du ministre Oliver.
5 commentaires
  • Benoît Gagnon - Inscrit 19 mars 2014 12 h 05

    Attitude canadienne

    "Tous ces changements à son cabinet, Stephen Harper les a annoncés sur son fil Twitter, d'abord en anglais, seulement."

    You know, Canadian business as usual.

  • Donald Tremblay - Inscrit 19 mars 2014 12 h 40

    Flaherty

    J'espère qu'il s'en vient au Québec pour nous aider dans nos finances.

  • Pierre Valois - Abonné 19 mars 2014 12 h 47

    La tradition se perpétue.

    La confédération canadienne est à la veille de ses 150 ans. Durant cette période, 37 ministres se sont succédés au Ministère des Finances. De ces 37 ministres, seul quatre francophones ont occupé le poste (Lalonde, Chrétien, Loiselle et Martin), soit environ 10% des nommés.

    Pendant combien de temps ont-ils exercé leurs fonctions? En arrondissant, moins de 10 ans des 146 ans de la confédération (tout près de 7% du temps d'exercice des fonctions de Ministre des Finances.

    Cette façon de faire ne confirme qu'une seule chose: ce que disait Donald Gordon sur la capacité des francophones d'occuper un poste au Canadien National le 20 novembre 1962.

    On ne le dit plus, pour ne pas soulever de tollé chez les francophones.

    On se contente de poser les gestes qui en font cependant la preuve.

    Puis, ce n'est que la pointe de l'iceberg. Il faudrait faire une analyse complète des postes occupés par les francophones, depuis 1867.

  • Jérémie Poupart Montpetit - Abonné 19 mars 2014 16 h 07

    remplacer un....

    Incompétent par une autre... Je ne parles pas ici de Flaherty, mais bien de Joe Oliver.

    Le pire ministre des ressources naturelles de l'histoire canadienne (avouez, c'est le seul qui a eu le culot d'aller dire que les sables bitumineux, c'était écologique...), va être remplacé par le ministre d'État aux sciences qui a muselé de pleine force la science à coup de réforme des communications...

    Franchement, tant qu'à faire circuler les amis d'un département à l'autre, pourquoi ne pas tout simplement intégrer tout les ministères comme étant des divisions du ministère des finances... (sarcasme)

    Ça simplifierait la situation et on aurrait un portrait beaucoup plus représentatif de la réalité...

    Jérémie Poupart Montpetit

  • Pierre Valois - Abonné 19 mars 2014 17 h 13

    Secrétariat et Ministère des Affaires extérieures.

    Complétons le tableau de la place des francophones dans la gouverne des affaires de l'état canadien.

    Aux secrétariat puis au ministère des Affaires extérieures (1909-2014), je ne repère que 7 francophones ( St-Laurent, Martin, Chrétien, Ouellet, Petitgrew, Bernier et Cannon) durant 105 ans sur les 36 personnes qui ont occupé le poste (moins de 20%).

    Ils n'ont été en exercice qu'environ 14 années sur les 105 ans (moins de 14% de cette période).

    Encore une fois les chiffres confirment une tendance lourde des Premiers ministres canadiens d'écarter ou de sous-utiliser les francophones des postes importants au sein du cabinet canadien.