La taxe sur les cigarettes fait un bond de 24%

Parmi les mesures annoncées par le ministre des Finances, Jim Flaherty, la hausse de la taxe sur les cigarettes rapportera 675 millions à l’État dès l’an prochain.
Photo: La Presse canadienne (photo) Fred Chartrand Parmi les mesures annoncées par le ministre des Finances, Jim Flaherty, la hausse de la taxe sur les cigarettes rapportera 675 millions à l’État dès l’an prochain.
Ottawa — Le gouvernement Harper augmente la taxe sur le tabac pour la première fois en 12 ans, une hausse de 4 $ par cartouche de cigarettes qui rapportera la jolie somme de 675 millions de dollars dès l’an prochain.

Ottawa annonce du même coup une série de mesures pour lutter contre la contrebande, surtout au Québec et près de la réserve mohawk d’Akwesasne, qui chevauche le Québec, l’Ontario et l’État de New York. Dans le passé, les hausses de taxes sur les cigarettes ont entraîné de façon automatique une aggravation de la contrebande.

La taxe appliquée sur le prix d’une cartouche de cigarettes passe de 17 $ à 21,03 $ — une hausse de 24 % — avec cette première augmentation de la taxe d’accise sur le tabac depuis 2002. Il s’agit en fait d’une indexation en fonction de l’indice des prix à la consommation. Le taux de cette taxe sera désormais ajusté tous les cinq ans en fonction de l’inflation, a annoncé le ministre des Finances, Jim Flaherty. La hausse s’appliquera aussi à la cartouche de cigarettes « hors taxes », dont le prix grimpe de 15 $ à 21,03 $.

Santé publique

Le gouvernement Harper, qui se targue de baisser le fardeau fiscal des contribuables, justifie cette importante hausse de taxe par une nécessité de santé publique. Cette mesure « [rétablit] l’efficacité du droit d’accise en tant que moyen de réduire le tabagisme », indique le budget déposé mardi.

« Il est essentiel de lancer une intervention soutenue et complète relative à l’épidémie de tabagisme, et la taxation des produits du tabac constitue un élément clé de cette intervention », indique le budget, en citant un mémoire déposé en commission parlementaire par un groupe de 12 organisations de la santé, dont la Société canadienne du cancer.

« Des éléments probants montrent que même au Canada, une forte hausse de la taxe d’accise fédérale pourrait inciter un million de fumeurs à cesser de fumer et permettrait de sauver environ 5000 vies chaque année », indique de son côté le Dr Prabhat Jha, directeur du Centre for Global Health Research de l’hôpital St. Michael’s, et professeur à la Dalla Lana School of Public Health de l’Université de Toronto.

Pour lutter contre la contrebande, la Gendarmerie royale du Canada (GRC) obtient 91,7 millions sur cinq ans, qui serviront à embaucher des policiers et à acheter des équipements. Des détecteurs de mouvement, des caméras vidéo thermiques, des radars, des sonars et des détecteurs téléguidés seront installés le long de la frontière entre le Québec et le Maine, puis entre l’Ontario et l’État de New York.

***

«Un impact direct et dissuasif»

La Coalition québécoise pour le contrôle du tabac et le Conseil québécois sur le tabac et la santé se réjouissent de la hausse de 24 % de la taxe fédérale sur les cartouches de cigarettes. Avec cette nouvelle mesure, une cartouche de 200 cigarettes coûtera 4 $ de plus. Les deux organismes estiment que cette augmentation aura un « impact direct et dissuasif » sur la consommation de tabac. « C’est prouvé que le prix est le moyen le plus efficace de lutter contre le tabagisme, mais le prix des cigarettes est encore trop bas au Québec », indique David Lefebvre, responsable des communications au Conseil québécois sur le tabac et la santé. Une cartouche coûte actuellement au Québec près de 77 $, alors que le prix s’élève à 80 $ en Ontario et à 120 $ au Manitoba. L’Association québécoise des dépanneurs en alimentation considère pour sa part que cette hausse va réduire les revenus anticipés du gouvernement du Québec et risque de favoriser la contrebande du tabac.
Le Devoir
6 commentaires
  • Charles Lebrun - Abonné 11 février 2014 19 h 26

    Un "effort" de 675 millions bien mal réparti...

    En se basant sur le nombre de "fumeurs quotidiens" par province (selon Statistique Canada) en 2012 et en se basant sur le revenu de travail global de travail global des provinces respectives, par calculs statistiques, l'effort demandé est pour cette nouvelle taxe est plus important d'une province à l'autre... de la façon suivante... et dans l'ordre...

    Île-du-Prince-Édouard: 149,6%
    Nouvelle-Écosse: 148,3%
    Nouveau-Brunswck: 147,5%
    Québec: 139%
    Terre-Neuve: 137,4%
    Territoire du Nord-Ouest: 112,6%
    Manitoba: 107,4%
    Yukon: 99,7%
    Ontario: 93,9%
    Saskatchewan: 87,8%
    Nunavut: 85,4%
    Colombie-Britanique: 79,4%
    Alberta: 68,9%

    Ce calcul tient compte du nombre du fumeurs (nombre de personnes qui vont participer à cette taxe) et du salaire disponible. Ainsi, plus les salaires sont bas, mais plus il y a de fumeurs, plus le pourcentage est élevé. À l'inverse, moins il y a de fumeurs et plus les salaires sont élevés, plus le pourcentage est bas.

    Et tout ça sans aucun sous pour la santé!!!

    • Yves Corbeil - Inscrit 11 février 2014 20 h 39

      C'est exactement cela des Progressistes TRÈS Conservateurs. Qu'est-ce qu'ils ont fait à part couper partout depuis le début du règne.

      Plus cheap que ca tu meurs. Flaherty a meme acheter ces nouveaux souliers dans un wharehouse sales à Fort McMurray, probablement des démos vous avez vue la photo. Triste règne que le leur.

  • Marc Bergeron - Inscrit 11 février 2014 21 h 24

    Tant qu'à la boucane

    Mettre des taxes sur les cordes de bois quand ce n'est pas un travail au noir et réduire celle de l'hydroélectricité, serait un pas dans la bonne direction.

  • alain petel - Inscrit 12 février 2014 05 h 32

    Nocif pour la santé

    Vous souligner plusieurs points importants, M. Lebrun. Encore une fois, si on peut parler comme ça, se sont les provinces de l'Ouest (l'Alberta, en paticulier) qui sont avantagées. Pour les moins nantis, la patience verra naître, si ce n'est déjà fait, un système de contrebande de cigarettes à meilleur prix, transitant par les réserves indiennes, et qui fera le bonheur des uns et des autres. Il n'y a pas de quoi s'étouffer avec ça. Mais le plus important, vous le souligner à la fin, c'est qu'il n'y a pas un sou pour la santé dans ce budget là. Et MM. Harper et Flaherty qui s'en vont de dos, bras dessus bras dessous, comme Laurel et Hardy, au bout d'une comédie qui a assez duré, quand la musique annonce le générique de la fin.

  • Sylvain Tremblay - Inscrit 12 février 2014 11 h 13

    les chiffres des fumeurs

    La phrase qui fait office de commentaire de la part de David Lefebvre ne tient pas debout si on regarde les chiffres.
    Le nombres de fumeurs est en augmentation pour la 2e année au Manitoba.

    La consommation de cigarettes est beaucoup plus liée à la condition socio-économique d'un pays qu'au simple prix.

    Est-ce que c'Est tout ce qu'a le lobby anti-tabac pour nous faire changer nos habitudes?

  • Denis Beland - Inscrit 12 février 2014 15 h 30

    Conservateur manipulatuer et honteux

    Si on pense qu'on vas régler le problème des fumeurs tout simplement en augmentant le prix du tabac, il faut vraiement rêver. Ce governement rit complètement de ses citoyens. Comme mentionné ici haut aucune dépense importante dans le secteur de la santé et sans oublier les coupures importantes récentes dans l'éducation. Mais quoi, on se fou complètement de nous. S.V.P chers canadiens réveiller vous, il faut absolutement éviter d'élire ce governement irresponsable et hautain. Je suis complètement dégouter par ces conservateurs surtout de voir que notre classe moyenne s'engloutit tranquillement vers l'appauvrissement. Ceci est une honte pour nous tous les canadiens.