Les conservateurs feraient le plein de circonscriptions

Ex-bloquiste, Maria Mourani siège désormais comme indépendante.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Ex-bloquiste, Maria Mourani siège désormais comme indépendante.

Le redécoupage électoral qui s’appliquera lors de la prochaine élection fédérale semble profiter au Parti conservateur. En appliquant les résultats de l’élection de 2011 à la nouvelle carte, on remarque que 22 des 30 nouveaux sièges seraient acquis aux troupes de Stephen Harper. Et que Maria Mourani aurait perdu son siège montréalais d’Ahuntsic au profit des libéraux…

 

Élections Canada a rendu publique vendredi la projection des sièges que chaque parti politique aurait récoltés en mai 2011 si la nouvelle carte électorale avait été en place. Résultat : le Parti conservateur se serait retrouvé avec 22 députés de plus (188 au lieu de 166), le NPD aurait eu six élus supplémentaires (109 au lieu de 103) et le Parti libéral en aurait fait élire deux de plus (36 au lieu de 34).

 

Au Québec, le paysage électoral aurait été quelque peu différent si les nouvelles limites de circonscriptions avaient été en place. Ainsi, la circonscription montréalaise d’Ahuntsic n’aurait pas survécu à l’hécatombe bloquiste. Maria Mourani aurait été emportée elle aussi, non pas par la vague orange de Jack Layton, mais par le Parti libéral de Michael Ignatieff. Le Bloc québécois aurait quand même obtenu quatre sièges, parce qu’il aurait conservé celui de Gaspésie–Îles-de-la-Madeleine, qui est plutôt allé à Philip Toone du NPD. Au total, le Québec obtient trois sièges supplémentaires avec la nouvelle carte électorale : deux auraient été remportés par le NPD, un par le Parti libéral. Le Parti conservateur aurait obtenu les mêmes résultats.

 

Peu de vagues

 

Les partis politiques n’ont pas voulu faire grand cas de ces informations vendredi. Il faut dire qu’ils ont chacun de leur côté déjà fait ces calculs (qui n’étaient cependant pas publics). D’ailleurs, plusieurs avaient estimé que la défaite bloquiste annoncée dans Ahuntsic expliquait, du moins en partie, le départ fracassant de Maria Mourani en janvier. Cela pourrait expliquer son intérêt à lorgner une candidature pour le Parti libéral, comme Le Devoir le révélait la semaine dernière.

 

Plusieurs observateurs de la scène fédérale avaient jugé que les sièges ajoutés à la carte se trouvaient en zones acquises à la formation de Stephen Harper. Les données le confirment. Le Parti conservateur aurait obtenu dix sièges de plus en Ontario, six de plus en Alberta, sept de plus en Colombie-Britannique et un de plus à Terre-Neuve. Cependant, il en aurait perdu deux en Saskatchewan, une province sur laquelle il règne sans partage à l’heure actuelle.

 

La Saskatchewan n’aura pas de nouveaux sièges, mais les limites des 14 existantes ont été radicalement changées. Les députés conservateurs de la Saskatchewan s’étaient d’ailleurs plaints du redécoupage, allant même jusqu’à financer des appels robotisés pour inciter les citoyens de la province à le dénoncer. C’est que les circonscriptions ont été modifiées de manière à ne plus inclure à la fois une partie d’un centre urbain et une zone rurale, amalgame qui favorisait le PC. Désormais, les circonscriptions y sont soit urbaines, soit rurales. En appliquant les résultats de 2011, on note que le NPD aurait remporté les deux qui auraient échappé à Stephen Harper.

 

Le leader du gouvernement en Chambre, Peter Van Loan, n’a pas voulu commenter l’avantage que semble avoir sa formation avec les 30 nouveaux sièges. Il a même semblé reprocher à Élections Canada d’avoir fait un tel calcul. « Je crois que c’est une agence non partisane, alors je serais surpris qu’elle fasse de tels commentaires. » Élections Canada effectue cette projection de sièges chaque fois que la carte électorale est modifiée. La Loi électorale l’y oblige.

 

Le leader parlementaire du NPD, Nathan Cullen, a mis en garde contre la tentation de voir ces transpositions comme une prédiction du prochain scrutin, rappelant que les dynamiques électorales sont différentes d’une élection à l’autre. « Prenons l’élection de 2008 et celle de 2011. Est-ce qu’il y a eu une différence ? Oui, et certainement pour nous au Québec. »

25 commentaires
  • Normand Carrier - Abonné 1 février 2014 07 h 21

    Maria Mourani savait ...

    Comme le disait Louis Plamondon , son humeur a changé lorsqu'elle a pris concience du nouveau re-découpage électorale et est devenu critique envers le Bloc ...... Il ne lui manquait qu'un prétexte valide dans l'opinion publique pour s'exclure et l'a trouvé avec la charte ......
    On repassera pour sa sincérité et souhaitons au PLC d'hériter de cette électron libre .....

    • Donald Tremblay - Inscrit 1 février 2014 10 h 23

      Si nous suivons votre logique, les bloquistes sont des opportunistes??

    • Marc Bergeron - Inscrit 1 février 2014 13 h 42

      Faut pas mettre tout le monde dans le même panier mais il est vrai que souvent l'intérêt de chacun passe avant tout que ferions-nous? Ce qui me dérange toujours c'est le manque d'honnêteté de certains.

    • Gilles Théberge - Abonné 1 février 2014 14 h 37

      Est-ce qu'on peu être député dans quelque formation politique et ne pas être opportuniste? Dans la nature, les animaux qui ne sont pas opportunistes meurent de faim.

      Quand même il serait intéressant que que vous produisiez une liste de députés qui n'ont pas sondé l'air du temps et jaugé la situation avant de prendre la décision de se présenter..

      Le Bloc «bashing» on y est habitué. Mais c'est pas vraiment joli...

  • Claude Gélinas - Abonné 1 février 2014 11 h 37

    Deux femmes mais une double motivation !

    Si l'on compare le geste posé par Madame Mourani à celui de Madame Fatima Houda-Pépin il est raisonnable de penser que la première a agit par intérêt et opportuniste alors que la seconde l'a fait par convictions.

    En d'autres termes, c'est la distinction entre une politicienne ambitieuse et une femme politique courageuse qui ne craint pas de risquer sa réélection.

    • Normand Paradis - Abonné 2 février 2014 04 h 50

      Il semble bien que vous avez raison! Il est triste de voir la passion d'une femme intéressante aussi aisément pervertie par l'attrait du pouvoir.

  • Gaétan Parent - Inscrit 1 février 2014 12 h 13

    Prédiction...

    Pour le prochain scrutin fédéral ,on peut prévoir une récolte d'au moins 30 comptés pour le parti conservateur au Québec,en raison de leur aide dans nos généreux et indispensables programmes sociaux.

    Nous recevons 18 millliards de dollars de plus que nous payons au fédéral.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 1 février 2014 13 h 31

      «Nous recevons 18 millliards de dollars de plus que nous payons au fédéral.»

      J'ai beaucoup de difficulté avec cette mentalité d'adolescent qui soutient rester dans le sous-sol de ses parents parce que le bonhomme fait un meilleur salaire et paye les dépenses. Très dûr coup à ma fierté !

      Aide-toi toi-même... J'aime mieux celle-là !

      PL

    • Michel Vallée - Inscrit 1 février 2014 15 h 46

      @Gaétan Parent

      <<Pour le prochain scrutin fédéral, on peut prévoir une récolte d'au moins 30 comptés (sic) (...) Nous recevons 18 milliards de dollars de plus que nous payons au fédéral>>

      Un comté électoral versus un compte d'épargne... Tandis que d'autres comptent que l'on en donne plus à Ottawa que ce que ce dernier redistribue à la Belle province...

    • Lucien Cimon - Inscrit 1 février 2014 15 h 59

      Certains disent 8; d'autres disent 18; pourquoi pas 218 milliards de plus que nous payons? La prochaine fois, essayez 38. Sans preuve, sans base de calcul, ces chiffres ne valent pas plus qu'une déclaration de foi fédéraliste.
      Mon père disait:«Si y arrêtait quand ça a encore un certain bon sens, p't'être qu'on les croirait...»
      Lucien Cimon

    • Cyril Dionne - Abonné 1 février 2014 16 h 53

      « Nous recevons 18 milliards de dollars de plus que nous payons au fédéral. »

      Faux et archifaux. Le Québec paie plus de 55 milliards par année au fédéral si on inclut les cotisations au régime d'assurance chômage.
      Et arrêtons d'avoir peur et de vivre dans la maison de l'autre en lui payant un loyer sans avoir aucune chance d'en être le propriétaire un jour. On n'est pas « tanné » d'être colonisé ?

      Enfin, une relation ne se transformera jamais que par un changement d’attitude des deux côtés mais celle-ci ne pourra être menée à bien que par les Québécois. Et elle demandera la participation active, personnelle et libre du Québec.

    • Gaétan Parent - Inscrit 1 février 2014 17 h 13

      @M.Cimon

      Source:Journal des affaires J.P Gagné journaliste économique

    • jean Gilbert - Inscrit 1 février 2014 22 h 09

      J. P Gagné a oublié de dire quelles sont les fameux 'biens et 'services' que le fédéral nous 'accorde' : le sénat, le parlement canadien, les fonfons, les avions, les dédoublements de ministères qui travaillent contre nous, les avions, les hélicoptères, les sous-marins, la guerre en Afghanistan, la guerre en Lybie, les ambassades, les dons aux réfugiés ... etc ...
      Quand on ne s'occupe pas de ses finances ce sont les autres qui s'en occupe ...

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 2 février 2014 06 h 51

      L'idée de base n'est pas sur le «combien» on reçois; c'est d'accepter d'en recevoir et s'appuyer sur cette raison pour rester sur le pas de la porte sans réagir !

      La péréquation nous est présentée comme de l'aumône et considérée comme telle par ceux qui nous la donne et tout ce qu'on trouve à dire c'est «Ne bougeons pas au cas où ils nous couperaient les vivres» ?

      Moi, il est là mon problème ! Ce n'est pas une question économique, c'est une question d'honneur ! On vend notre liberté pour une poignée de dollars ! Et on accepte l'insulte le front baissé et la main tendue en calculant. Moi, ça me dépasse; les bras m'en tombent. C'est peut-être vrais qu'à force de manger des coups, tu finis par ne plus rien sentir.

      Je ne parle pas de politique ici, je parle de fierté et de responsabilité personnelle versus l'humilité consentie d'être au mauvais bout du bâton !

      Quel poids, quelle valeur et quelle différence apporte mon cri d'alarme ? Quelle oreille l'entendra et réagira pour reprendre ses esprits et se relever de sa torpeur ? Ne suis-je qu'une autre voix qui crie dans le désert ou à des sourds qui ne veulent rien entendre ? Je désespère de mes concitoyens.

      Signé : Un gars pourtant bien ordinaire.

      PL

    • Roch Yves Simard - Abonné 2 février 2014 08 h 37

      Je suis toujours fasciné par l'argumentation de ceux qui tiennent à garder notre dépendance face aux politiques fédérales et qui nous reprochent en même temps les résultats de cette dépendance. Ils devraient se faire une raison.

    • jean Gilbert - Inscrit 2 février 2014 10 h 05

      La formule de la péréquation est basée sur le nombre d'habitants, ce que nos fédéralistes négligent de nous dire, et ça ne correspond qu'à un peu plus de $1000 par habitant ... La plupart des provinces en reçoivent plus ...
      En effet la péréquation est inscrite dans la constitution canadienne que nous n'avons pas signée (!) ... et après les fédéralistes nous reprochent de recevoir de la péréquation ! Difficile d'être plus incohérents !

    • Gaétan Parent - Inscrit 2 février 2014 11 h 05

      Le crédo péquiste nous laisse croire que le Québec s'en porterait mieux avec 18 milliards en moins de revenu annuel.

      Le ministre des finance est accablé par les dépenses de nos programmes sociaux,toujours grandissant déficit,dette astronomique,infrastructure,viellissement de la population,etc.

      Comment expliquer ce raisonnement?

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 2 février 2014 15 h 23

      «Crédo péquiste» Je sais pas trop, mais m'appuyer sur les autres pour payer mes propres dépenses, disons que ça n'a jamais fait parti de mon éducation ni de mon style de vie personnel. Je ne suis peut-être pas si péquiste que ça, ni même libéral, je ne suis peut-être qu'un homme qui se tiens debout attristé par l'impossibilité apparente de ne pas pouvoir faire autrement ! Je dis bien apparente.

      Bonne journée.

      PL

    • Sylvain Auclair - Abonné 2 février 2014 15 h 50

      Monsieur Parent,
      Si on tient compte de TOUS les programmes fédéraux, le Québec est perdant de quelques milliards.

  • jean Gilbert - Inscrit 1 février 2014 22 h 20

    Injustice pour Maria Mourani

    Ce n'est pas grave, Maria Mourani pourra toujours évoquer la charte canadienne qui la 'protège' si elle n'aime pas le découpage ... ;)

  • LAURENT PRADIES - Inscrit 2 février 2014 03 h 59

    conserver quoi ?

    conserver ...les inégalités, mon SUV, notre pollution, nos sables bitumineux, la pollution du Saint-Laurent et mon skidoo ??? Est-ce donc cela être conservateur ....ah ! si on n'avait des enfants, on penserait peut-être à eux ....

    • Gilles Théberge - Abonné 2 février 2014 09 h 54

      Vous en avez ou pas monsieur Pradiès? Le (n') signifie que vous n'en avez pas!