Ottawa dit ne pas avoir enfreint les lois

Pressé de s’expliquer sur une affaire d’espionnage révélée jeudi par le réseau CBC, le ministre de la Défense, Rob Nicholson, responsable du Centre de la sécurité des télécommunications du Canada (CSTC), a affirmé vendredi que l’agence avait clairement expliqué au réseau que les communications des Canadiens n’étaient pas ciblées, recueillies ou utilisées, et qu’aucun voyageur n’avait fait l’objet d’une filature. L’organisme de surveillance du CSTC a toujours insisté sur le fait que l’agence respecte la loi et la vie privée des Canadiens, a ajouté le ministre Nicholson.

 

Le réseau public révélait jeudi que l’agence canadienne d’espionnage électronique aurait observé les appareils sans fil de milliers de voyageurs dans les aéroports afin de localiser des ravisseurs et des terroristes. La note confidentielle du CSTC révèle que de l’information a été tirée d’appareils mobiles durant deux semaines via le réseau sans fil gratuit d’un aéroport canadien non identifié. Le document montre que plus tard, le CSTC a pu suivre des voyageurs pendant une semaine ou plus lorsqu’ils traversaient d’autres réseaux sans fil de différentes villes canadiennes.

 

Le projet impliquait aussi les services de surveillance électronique de cinq pays alliés du Canada et était destiné à aider les autorités de la sécurité nationale à éventuellement retrouver un kidnappeur installé à la campagne, mais qui viendrait en ville pour faire des appels afin d’obtenir une rançon.

2 commentaires
  • Carroll Roy - Inscrit 1 février 2014 17 h 11

    Des fois je me demande...

    si on espionne les commentaires parus dans cette section....

  • Carroll Roy - Inscrit 3 février 2014 18 h 13

    Aucune enfreinte...

    C'était écrit dans le ciel au dessus du 24 sussex, Ottawa, Ontario.