Ottawa impose des wagons plus résistants, mais autorise des trains sans surveillance

Une scène issue de la tragédie de Lac-Mégantic, en juillet dernier.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Une scène issue de la tragédie de Lac-Mégantic, en juillet dernier.

Ottawa – Le gouvernement fédéral a annoncé un nouveau resserrement des règles de transport ferroviaire des matières dangereuses, vendredi, après en avoir toutefois abandonné un autre en catimini pendant le temps des Fêtes.

 

Dans un communiqué transmis vendredi après-midi, la ministre des Transports Lisa Raitt a confirmé que, comme l’avaient indiqué ses fonctionnaires en novembre, les wagons-citernes DOT-111 qui seront construits à l’avenir devront avoir une coque d’acier plus épaisse et être munis de boucliers protecteurs à l’avant, de même que de dispositifs de protection des raccords supérieurs.

 

Les DOT-111 servent au transport de marchandises dangereuses, et c’est ce type de wagon-citerne qui a explosé au coeur de Lac-Mégantic l’été dernier, tuant 47 personnes. Ils sont aussi en cause dans l’accident d’un train du Canadien National cette semaine près de Plaster Rock, au Nouveau-Brunswick, où des wagons chargés de pétrole brut et de gaz liquéfié ont brûlé pendant plusieurs jours.

 

« L’industrie construit déjà des wagons-citernes conformément à cette norme », a reconnu la ministre Raitt dans son communiqué. « Les modifications proposées visent à transformer les exigences établies de la norme concernant les wagons-citernes en dispositions réglementaires », a-t-elle expliqué, en indiquant qu’Ottawa poursuit les pourparlers avec l’industrie et les États-Unis « afin de déterminer si d’autres exigences permettraient de renforcer la norme sur les DOT-111 », soit en les modernisant ou en les mettant carrément au rencart.

 

Le bureau de la ministre n’a toutefois pas voulu préciser à quel moment Ottawa tranchera sur le sort des DOT-111, dont des centaines sont en circulation sur les chemins de fer canadiens. Le gouvernement américain s’apprêterait à prendre une décision sur la question. Ces wagons, moins résistants, en inquiètent plusieurs — dont le Bureau de sécurité des transports.


Trains sans surveillance

 

Ottawa a en revanche assoupli d’autres changements qu’avait imposés Mme Raitt à la suite de l’accident de Lac-Mégantic, fin juillet.

 

Finie, donc, l’interdiction de laisser un train chargé de produits dangereux sans surveillance sur les voies. Transports Canada a adopté le 26 décembre de nouvelles règles, rédigées par l’industrie, qui requièrent uniquement que les cheminots appliquent les freins et fixent la cabine d’un train laissé sur la voie, a révéléLa Presse canadienne. Le Canadien National se serait spécifiquement opposé à cette mesure, d’après un courriel obtenu par Greenpeace.

 

Une seconde directive de la ministre Raitt — qui exigeait que les locomotives tirant des marchandises dangereuses soient pilotées par au moins deux conducteurs — est d’autre part maintenue.

2 commentaires
  • Gilles Théberge - Abonné 12 janvier 2014 13 h 27

    Au service de qui!

    C'est quand sont annoncées des décisions étriquées comme celles-là que l'on voit bien au service de qui sont les gouvernements.

    Je n'ai aucun respect pour un gouvernement qui fait passer les intérêts des pleins au-dessus de ceux du peuple.

    Et ne soyons pas dupes, c'est généralement comme ça. On pourrait quasiment dire que c'Est la règle.

    Harper fait ça maintenant, les libéraux l'ont fait avant, et ceux qui suivront le gouvernement actuel continueront d'agir comme ça.

    Et si c'est comme ça, c'est parce que la masse des gens est comme du jello!

  • Denise Lauzon - Inscrite 12 janvier 2014 16 h 47

    Un point important sur lequel il faudrait se pencher

    Il y a beaucoup d'aspects à évaluer pour améliorer la sécurité du transport ferroviaire mais il me semble que l'état des voies ferrées n'est pas souvent mentionné dans les expertises globales. Même si on oblige les Cies à rendre plus étanches et plus solides les wagons transportant des matières dangereuses mais qu'on néglige de vérifier la qualité des rails, les pires catastrophes peuvent se produire.