Le Canada envoie son Équipe d'intervention en cas de catastrophe

Stephen Harper a parlé lundi matin à Benigno Aquino pour dire que les pensées et les prières des Canadiens vont aux gens touchés par la tempête monstre qui a tué des milliers de personnes.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Stephen Harper a parlé lundi matin à Benigno Aquino pour dire que les pensées et les prières des Canadiens vont aux gens touchés par la tempête monstre qui a tué des milliers de personnes.

Ottawa — Le Canada envoie son Équipe d'intervention en cas de catastrophe, la DART, pour aider les Philippines à se remettre du passage dévastateur et meurtrier du typhon Haiyan.

Le ministre fédéral des Affaires étrangères, John Baird, en a fait l'annonce, lundi. Il a précisé qu'un C-17 des Forces canadiennes s'envolait de Trenton, à l'est de Toronto, avec certains membres de la DART qui devront déterminer le meilleur moyen de déployer le reste des ressources de l'équipe.

L'équipe d'intervention d'urgence comprend 200 membres des Forces canadiennes, et son dernier déploiement à l'étranger remonte à l'après-séisme en Haïti en janvier 2010.

Le gouvernement fédéral a déjà promis jusqu'à 5 millions d'aide, et s'est engagé à offrir des sommes équivalentes aux dons du public qui seraient recueillis pour les organisations sur le terrain. Selon M. Baird, la dévastation est bien réelle, et son ampleur n'a pas encore été établie. Il a encouragé les Canadiens à répondre à l'appel du gouvernement.

La Croix-Rouge a déjà amassé près de 3 millions en dons, a indiqué le porte-parole Guy Lepage, lundi après-midi.

Le premier ministre Stephen Harper a joint au téléphone le président des Philippines, lundi, pour exprimer ses condoléances et offrir du soutien après le passage du typhon. M. Harper a parlé lundi matin à Benigno Aquino pour dire que les pensées et les prières des Canadiens vont aux gens touchés par la tempête monstre qui a tué des milliers de personnes.

Le premier ministre a dit à M. Aquino que le Canada était prêt à aider et soutenir les Philippines à faire face aux ravages causés par le typhon.

Le typhon, qui a affecté au moins 9,7 millions de personnes aux Philippines, serait la catastrophe naturelle la plus meurtrière à frapper ce pays pauvre de l'Asie du Sud-Est.

Des équipes canadiennes contribueront par ailleurs à la mobilisation internationale qui s'organise, dont une équipe de premiers répondants de Global Medic, une organisation torontoise.

L'Oeuvre Léger a aussi mentionné lundi que deux bénévoles de l'organisation, Françoise Fortin et Jimmy Vigneux, s'ajoutent à l'équipe déjà sur place pour fournir de l'eau potable aux victimes du typhon Haiyan dans les îles du sud des Philippines.

Norman MacIsaac, directeur général de L'Oeuvre Léger, affirmait vendredi que l'étape de «première urgence» était de répondre aux besoins en eau potable, après quoi, avec l'aide de dons du public, l'organisation et ses partenaires pourront s'attarder à la reconstruction des zones sinistrées, possiblement «sur une année ou deux».

M. MacIsaac, actuellement en mission en Inde, se rendra sous peu à Manille pour coordonner les actions d'aide avec Kaibigan, un organisme partenaire.

L'armée philippine confirme la mort de seulement 942 personnes, mais les infrastructures de transport et de communication ont été si lourdement endommagées qu'il faudra plusieurs jours pour prendre la pleine mesure de la catastrophe. Un porte-parole présidentiel a dit prier pour que le bilan soit de moins de 10 000 morts.
2 commentaires
  • Alexis Lamy-Théberge - Inscrit 11 novembre 2013 14 h 22

    Aide canadienne

    Ona ben des avions de chasse pis des frégates, on peut prier en masse, pis si vous avez besoin d'infrastructures, les minières font déjà la file.

  • Pierre Valois - Abonné 11 novembre 2013 23 h 48

    Quelle hypocrisie du Canada

    Cette partie du globe est victme du pire typhon jamais enregistré depuis que l'on teint de telles statistiques. Plusieurs pointent du doigt le réchauffement climatique, dont le Canada semble se foutre éperdument.

    En bref, si je comprends bien la politique étrangère canadienne, elle est la suivante: produire les plus grandes quantités de sables bitumineux, dont on pourra tirer d'imensenses profits, desquels seront soutirés les maigrichons millions que nous enverrons un peu partout à travers le monde pour venir en aide aux victimes des catastrophes naturelles que nous aurons provioquer.