Et maintenant, les menaces de mort

Réagissant à la publication d’une nouvelle vidéo, Rob Ford s’est excusé et a indiqué qu’au moment de l’enregistrement, il était « très, très intoxiqué ». Malgré son embarras visible, il n’a pas évoqué une possible démission.
Photo: La Presse canadienne (photo) Chris Young Réagissant à la publication d’une nouvelle vidéo, Rob Ford s’est excusé et a indiqué qu’au moment de l’enregistrement, il était « très, très intoxiqué ». Malgré son embarras visible, il n’a pas évoqué une possible démission.

Après le crack et l’alcool, les menaces de mort et les accès de colère. Une nouvelle vidéo mise en ligne jeudi par un quotidien torontois a terni encore davantage l’image du maire Rob Ford. Embarrassé, repentant, celui-ci n’envisage toujours pas de quitter son poste.

 

La vidéo publiée par le Toronto Star montre un Rob Ford très agité, visiblement dans un état second. Pendant l’enregistrement d’environ 90 secondes, il profère des menaces de mort à un individu non identifié. « Je vais tuer ce connard [fucking guy]. Je te le dis, ce sera un meurtre au premier degré. […] Je vais lui déchirer la gorge », crie-t-il à un autre homme, qui n’apparaît pas à l’écran. L’endroit exact où se situe le maire et le contexte dans lequel a été enregistrée la vidéo demeurent nébuleux.

 

Le Toronto Star a accepté de débourser 5000 $ pour mettre la main sur la vidéo compromettante. L’éditeur du journal, Michael Cooke, a indiqué que « l’énorme intérêt public, autant pour Toronto que le reste du monde »,a justifié cette décision.

 

«Très, très intoxiqué»

 

Le maire Ford n’a pas tardé à réagir à la publication de cette nouvelle vidéo embarrassante. Il s’est une fois de plus présenté devant les caméras en affichant un air abattu, le regard fuyant. « J’ai fait des erreurs et tout ce que je peux faire, c’est assurer aux gens… Je ne sais pas quoi dire… Je m’excuse. » Il a admis qu’au moment de l’enregistrement, il était « très, très intoxiqué ». « Je souhaite que personne parmi vous n’ait été ou ne sera dans cet état. » Malgré son embarras, il n’a pas évoqué une possible démission.

 

Pendant ce temps, la grogne s’est encore accentuée à l’Hôtel de Ville de Toronto. De nombreux élus réclament depuis plusieurs jours le retrait du maire, à commencer par le conseiller et membre du comité exécutif Denzil Minnan-Wong, un ancien allié de Rob Ford. « Si le maire ne prend pas la porte, nous allons lui montrer », a-t-il lancé aux représentants des médias.

 

Il a décidé jeudi de renforcer la motion qu’il comptait déjà présenter au conseil municipal la semaine prochaine pour exiger le départ du maire Ford. Sa proposition demande au gouvernement ontarien d’intervenir pour l’écarter. « C’est une situation extraordinaire qui nécessite une mesure extraordinaire. »

 

M. Minnan-Wong a admis que sa motion devra obtenir l’appui d’une « large majorité » pour faire bouger le gouvernement ontarien. S’il souhaite agir, celui-ci devra modifier ses lois actuelles ou adopter une loi spéciale, une manoeuvre risquée étant donné son statut minoritaire.

 

La première ministre d’Ontario, Kathleen Wynne, a refusé de se prononcer sur la question jeudi. « Nous devons laisser le processus suivre son cours », a-t-elle affirmé en marge d’une conférence de presse au sujet des infrastructures de la province.

 

Selon le professeur de science politique à l’Université d’Ottawa Luc Turgeon, il est clair que l’autorité morale du maire de Toronto diminue « de jour en jour ».« Il faut savoir que c’est quelqu’un de très têtu, qui aime vraiment son travail de maire, explique-t-il. Connaissant le personnage, je pense qu’il va s’accrocher malgré tout. »

 

Soutien familial

 

Lors d’une entrevue accordée à une chaîne de télévision torontoise, la mère et la soeur de Rob Ford ont tenu à le défendre.Les deux femmes disent lui avoir notamment conseillé de changer ses habitudes de vie et de consulter un psychologue.

 

Lorsqu’on l’a invité à commenter le dossier de son ami Rob Ford, le ministre des Finances Jim Flaherty a d’abord marqué une longue pause. « Il doit prendre sa décision. Sa famille l’aide sans doute à prendre cette décision. C’est tout ce que je peux dire », a-t-il marmonné, visiblement sous le coup de l’émotion.

 

Et le conseil du nouveau maire de Montréal à son homologue torontois ? « Essayer le Coke diète », s’est contenté de répondre Denis Coderre.

 

La police de Toronto a confirmé la semaine dernière l’existence d’une vidéo montrant Rob Ford en train de fumer ce qui semble être du crack. Le maire de Toronto a d’abord refusé de commenter les révélations des autorités policières, prétextant que le dossier était devant les tribunaux. Il a finalement admis mardi avoir bel et bien « essayé » le crack, alors qu’il était en état d’ébriété.

À voir en vidéo