Vidéo incriminante - L’entourage de Rob Ford réplique aux attaques

Le maire de Toronto Rob Ford
Photo: La Presse canadienne (photo) Chris Young Le maire de Toronto Rob Ford

La controversée vidéo impliquant le maire de Toronto a été au coeur d’une vive confrontation vendredi entre le service de police et l’entourage de Rob Ford.

 

Au lendemain de la révélation par la police de Toronto de l’existence de la vidéo impliquant le maire, l’avocat de M. Ford, Dennis Morris, a accusé les forces de l’ordre de mener une campagne de salissage contre son client et exigé que l’enregistrement qui a fait couler tant d’encre soit dévoilé. En entrevue sur les ondes d’une radio torontoise, il s’est indigné du fait que des observateurs demandent sans cesse à Rob Ford de se retirer sans même avoir vu la vidéo prétendument compromettante.

 

Publier la vidéo ?

 

Doug Ford, le frère du maire, a lui aussi demandé que la vidéo soit rendue publique « pour que les gens puissent juger par eux-mêmes ».

 

La police de Toronto a répondu par médias interposés que la vidéo ne sera pas rendue publique puisqu’elle sera utilisée en preuve devant la justice. Ce sera aux tribunaux de décider si l’enregistrement sera rendu public, et si tel est le cas, à quel moment.

 

Un porte-parole du chef de la police torontoise a pour sa part indiqué vendredi que l’annonce de jeudi n’a pas été prise à la légère. Il a affirmé que deux avocats « reconnus et expérimentés » ont été consultés avant la tenue de la conférence de presse.

 

La police de Toronto a annoncé jeudi avoir en sa possession une vidéo montrant « des images qui corroborent celles qui ont précédemment été décrites dans la presse ». Rien dans la vidéo ne peut constituer un motif raisonnable pour déposer une accusation criminelle contre le maire Ford, a toutefois précisé la police.

 

Pris la main dans le sac

 

Le site Internet Gawker et le Toronto Star ont révélé en mai dernier l’existence d’une vidéo montrant le maire Ford en train de fumer ce qui semble être du crack.

 

À l’époque, M. Ford n’avait pas tardé à nier ces allégations, en déclarant que cette vidéo n’existait pas. Informé de la découverte de la vidéo par la police, il a déclaré jeudi qu’il n’a pas de raison de se retirer.

 

En ce qui concerne Alexander Lisi, cet ami et chauffeur occasionnel du maire Ford qui a été arrêté et accusé d’extorsion, il a été remis en liberté sous condition vendredi, monnayant la somme de 5000 $. On le soupçonne d’avoir menacé deux membres allégués de gangs de rue pour mettre la main sur la controversée vidéo montrant le maire Ford. Le document que la police de Toronto a déposé jeudi démontre les liens qui unissent les deux hommes. Sous surveillance policière, ils ont été vus et ont communiqué ensemble par téléphone à plusieurs reprises.