Motion de suspension - Déboutés par le président du Sénat, les conservateurs changent de tactique

Le leader du gouvernement au Sénat, Claude Carignan, a affirmé qu’il ne forcerait pas ses troupes à appuyer la nouvelle motion.
Photo: La Presse canadienne (photo) Sean Kilpatrick Le leader du gouvernement au Sénat, Claude Carignan, a affirmé qu’il ne forcerait pas ses troupes à appuyer la nouvelle motion.

Tentant de rallier tant bien que mal le plus de sénateurs possible pour suspendre sans salaire les trois sénateurs déchus, le gouvernement a adouci le ton mercredi ; Mike Duffy, Patrick Brazeau et Pamela Wallin pourront finalement conserver néanmoins leur assurance vie, médicale et dentaire. Mais ce compromis ne garantira pas pour autant que le dossier soit clos avant le congrès des conservateurs.

 

Déboutés par le président du Sénat, qui a refusé que le gouvernement impose le bâillon aux motions visant la suspension des sénateurs, les conservateurs ont été forcés de changer de tactique mercredi : ils ont déposé une nouvelle proposition de motion. D’ordre du gouvernement, plutôt que sénatoriale et de nature privée, celle-ci leur permettra ainsi désormais de limiter le débat qui s’étirait depuis la semaine dernière et qui aurait pu se poursuivre encore plusieurs jours. Le vote final pourrait possiblement se tenir vendredi en fin de journée, soit juste à temps pour que le premier ministre se débarrasse de cet épineux dossier avant de s’adresser aux milliers de militants conservateurs qui seront réunis en congrès à Calgary.

 

Mais l’échéancier du vote qui scellera le sort des sénateurs est loin d’être réglé.

 

Stratagème

 

De l’avis des libéraux, ce compromis n’est rien de moins qu’un stratagème pour « colmater les brèches et les fissures dans le caucus conservateur […] On comprend pourquoi le gouvernement veut mettre le couvercle […] Nous en avons appris plus sur l’affaire Wright-Duffy en huit jours qu’au cours des huit derniers mois avec l’obstruction du premier ministre et de ses collègues », a reproché le leader libéral au Sénat, James Cowan.

 

Or, la manoeuvre conservatrice pourrait en outre forcer la main de sénateurs qui refusaient de suspendre immédiatement leurs trois collègues. Car qui dit motion du gouvernement dit habituellement un vote soumis à la ligne de parti.

 

Des libéraux, mais aussi quelques conservateurs, ont déploré le fait que les sénateurs mêlés au scandale de dépenses injustifiées n’aient pas eu l’occasion de se défendre ni droit à la présomption d’innocence. L’un d’eux, le conservateur Hugh Segal, a salué la « touche d’humanité » dont font preuve les nouvelles sanctions allégées. Mais cela ne lui suffit pas et il se disait toujours mal à l’aise, mercredi.

 

Le leader du gouvernement au Sénat, Claude Carignan, a cependant affirmé qu’il ne forcerait pas ses troupes à l’appuyer. Reste à voir si celles-ci seront prêtes à s’opposer à leur gouvernement. « Je vais devoir évaluer ce que je vais faire. Par principe, je n’ai jamais voté contre une motion du gouvernement », a expliqué M. Segal à sa sortie de la Chambre haute.

 

Autre changement ; les suspensions des trois sénateurs sont désormais jumelées au sein d’une seule proposition. Certains avaient laissé entendre qu’ils pourraient voter différemment, selon le sénateur visé. Les sénateurs Segal et Pierre-Hugues Boisvenu s’étaient notamment dits favorables à une sanction « proportionnelle à la gravité » des cas.

 

À son arrivée au Sénat mercredi, le sénateur québécois a défendu le processus accéléré enclenché par son gouvernement. « On n’est pas une direction des ressources humaines, on est un Sénat ! Il faut trouver une solution, ça n’a pas de sens », a-t-il lancé.


 
6 commentaires
  • simon villeneuve - Inscrit 31 octobre 2013 01 h 54

    senateurs ou moutons ?

    De quoi les senateurs ont-ils peurent ?
    Ne sont-ils pas a leurs postes assures jusqu'a 75 ans ?

    Si ces senateurs ne font que suivre le gouvernement et la ligne de parti au lieu de faire leurs devoirs de vrais senateurs, aussi bien de les abolir !

    Svilleneuve

  • Serge Grenier - Inscrit 31 octobre 2013 04 h 00

    Le cirque

    Ça doit être tout un cirque dans le bunker conservateur.

  • Pierre Lefebvre - Inscrit 31 octobre 2013 05 h 48

    Suggestion

    Je n'aurais qu'une seule suggestion pour ce groupe de personnes : Regarder la définition du Sénat canadien !

    Peu importe comment ils y sont rentré, qui les y a placé et à qui ils doivent ce privilège. Maintenant, ils sont autre chose, ils sont des sénateurs ! Qu'ils agissent selon !!!

    Si je comprend le rôle du sénat (je suis sûr que quelqu'un va me corriger si je me trompe) est de regarder à tête froide les décisions du gouvernement et d'au moins l'aviser sur celles-ci afin qu'il (le gouv) modifie sa position. Faites ça !

    C'est comme un gros comité des sages institutionné : Soyez sages !

    Avec le gouvernement qu'on a, vous devriez avoir du travail en masse sur l'établie.

    Vous n'êtes plus libéral, ni conservateur, vous êtes des Sénateurs ! Sénatez !

    PL

  • Josette Allard - Inscrite 31 octobre 2013 07 h 18

    Enquête publique..

    Rien de moins. L'affaire Duffy qui met en jeux les tentatives de camouflage du bureau du Premier Ministre nécessite rien de moins qu'une enquête publique.

  • François Dugal - Inscrit 31 octobre 2013 08 h 41

    Tactiques

    Quand un gouvernement ne fait que passer d'une tactique à l'autre, la démocratie en prend pour son rhume.