Remboursements au Sénat - Le NPD veut interdire le travail partisan

Conscient que sa volonté d’abolir le Sénat ne se concrétisera pas de sitôt, le NPD souhaite pour l’instant au moins y apporter des changements, afin d’empêcher d’autres abus de sénateurs touchant des remboursements pour des activités qui n’ont rien à voir avec leur rôle à la Chambre haute.

 

Les néodémocrates demandent ainsi que le Sénat ne rembourse plus aux sénateurs que les déplacements ayant directement trait à leur travail législatif - ce qui exclurait les voyages personnels ou liés aux événements de parti.

 

Et terminé le travail partisan, la participation aux campagnes électorales et aux activités de financement, réclament les néodémocrates. Les sénateurs ne devraient pas non plus faire partie des caucus des partis. Les néodémocrates - qui n’ont pas de sénateurs - déplorent depuis longtemps que les membres de la Chambre haute prêtent parfois main-forte à leur parti ou leurs collègues.

 

« En tant que représentants nommés, ils doivent cesser d’utiliser leur poste pour défendre les intérêts politiques des vieux partis. […] Il n’y a aucune justification à ce que des gens non élus utilisent l’argent public et les ressources du Sénat pour leur rôle d’organisateurs de parti et collecteurs de fonds », a affirmé le néodémocrate Charlie Angus mardi.

 

Commissaire à l’éthique

 

Un seul commissaire à l’éthique devrait en outre surveiller les députés et sénateurs - au lieu que les deux Chambres comptent leur propre commissaire - et ils devraient être soumis au même code de conduite.

 

Pour l’instant, le NPD ne déposera rien d’officiel aux Communes pour concrétiser ses demandes, disant plutôt vouloir entamer la « discussion » avec les conservateurs et libéraux en vue d’une première réforme immédiate du Sénat.

 

Cette sortie du NPD survient à une semaine de la reprise des travaux parlementaires. Les néodémocrates en profiteront alors sans aucun doute pour bombarder de nouveau les troupes de Stephen Harper de questions entourant le scandale des dépenses de quatre sénateurs.

À voir en vidéo