Stephen Harper rencontre des gens d'affaires canadiens en Malaisie

Kuala Lumpur — Cela faisait 17 ans qu'un premier ministre canadien n'avait pas mis les pieds en Malaisie et, pourtant, la présence de Stephen Harper dans la capitale malaisienne, samedi, est presque passée inaperçue.

M. Harper ne pouvant tout simplement pas concurrencer le président chinois Xi Jinping, dont la visite officielle monopolise toute l'attention à Kuala Lumpur, il a choisi de demeurer discret en se rendant à une mosquée et à une base militaire maritime, et en rencontrant des gens d'affaires canadiens.

Il ne faudrait cependant pas croire que le Canada n'est pas compétitif en Asie du Sud-Est.

Les économies émergentes ont été le moteur de la croissance économique mondiale au cours des dernières années et plusieurs firmes canadiennes ont su tirer parti de cette situation.

Marc Parent, le chef de la direction de l'entreprise montréalaise CAE, a affirmé samedi que le Canada «jouait dans la cour des grands» dans le secteur aérospatial, en partie grâce aux simulateurs de vol et à la formation pour pilotes de CAE.

L'essor de la classe moyenne en Asie du Sud-Est est également un facteur important, a ajouté M. Parent. Et le fait que des hauts dirigeants canadiens visitent la région ne nuit pas non plus.

M. Parent affirme que ces visites se sont traduites par des nouvelles occasions pour sa firme au Brunei, aux Philippines et dans d'autres pays.

De plus en plus présent

Le chef de la direction de CAE faisait partie du groupe d'entrepreneurs qui ont discuté avec Stephen Harper samedi dans un hôtel du centre-ville de la capitale malaisienne. Talisman Energy, Bombardier, Teknion Furniture et plusieurs institutions financières comptent parmi les sociétés canadiennes qui profitent déjà du boum économique en Asie du Sud-Est.

Même si le Canada est de plus en plus présent dans la région, ses échanges commerciaux avec la Malaisie ne s'élèvent qu'à 3 milliards $ annuellement alors que ceux entre la Chine et la Malaisie atteignent presque 100 milliards $.

Dans ce contexte, il n'est pas étonnant que le président chinois ait éclipsé le premier ministre canadien, ni que ce dernier ait amorcé des discussions commerciales avec les pays de la côte du Pacifique, dont la Malaisie, dans le cadre des négociations du Partenariat transpacifique.

Ces pourparlers serviront de toile de fond au sommet de l'Organisation de la coopération économique de l'Asie du Sud-Est qui s'amorcera lundi sur l'île indonésienne de Bali, où M. Harper se rendra après avoir été officiellement accueilli par le premier ministre malaisien, Mohd Najib, dimanche.

Bruce Cheadle, La Presse canadienne

À voir en vidéo