Ce n’est qu’un début, assurent les libéraux

Dominic LeBlanc
Photo: La Presse canadienne (photo) Adrian Wyld Dominic LeBlanc

Ottawa — Les libéraux se défendent de faire le service minimum en dévoilant les détails de leurs notes de frais sans pour autant ouvrir leurs livres comptables des derniers mois. À compter d’octobre, les troupes de Justin Trudeau ventileront sur le site Internet du parti leurs dépenses engendrées depuis lundi.

 

Au printemps, en plein scandale des dépenses de certains sénateurs, le nouveau chef libéral Justin Trudeau a annoncé que les libéraux montreraient patte blanche en divulguant les dépenses qu’ils se seront fait rembourser par les Communes ou le Sénat. Cette semaine, M. Trudeau a précisé que les notes de frais seraient répertoriées à compter du 16 septembre.

 

« Si on avait dit “on va commencer à partir de 2008”, vous auriez dit “pourquoi pas à partir de 2000 ?” », a fait valoir le libéral Dominic LeBlanc, en point de presse à Ottawa jeudi. « Honnêtement, je n’ai pas du tout de raison de penser qu’il y a des personnes qui vont dire “dorénavant [maintenant qu’il faut publier les dépenses], on va faire attention” », a souligné M. LeBlanc, en notant que le troisième parti aux Communes n’a pas énormément de ressources à consacrer au recensement de ces informations.

 

« Nous sommes les seuls qui le font à partir de cette semaine. […] Au moins, nous, on l’aura fait avant », a-t-il insisté.

 

Au printemps dernier, les conservateurs ont laissé entendre que le Bureau de régie interne - comité qui surveille à huis clos les dépenses des élus - pourrait agir prochainement pour modifier ses normes de transparence.

 

Désormais, les libéraux vont répertorier tous les trimestres leurs dépenses de déplacement et d’hospitalité en suivant le modèle imposé aux ministres par le gouvernement de Paul Martin. À la page biographique des députés et sénateurs, sur le site du Parti libéral, les internautes pourront sélectionner la « divulgation proactive » et y voir la liste des déplacements réguliers (entre la circonscription des députés et Ottawa, ou la province désignée des sénateurs et la capitale), des déplacements spéciaux et des frais d’accueil. Pour chacun de ces événements, les frais de transport aérien, d’autres transports, d’hébergement et de repas seront listés.

 

Les détails de ces totaux ne seront toutefois pas révélés, puisque les factures ne seront pas jointes. Les ministres ne divulguent pas non plus autant de détails, mais ils sont assujettis à la Loi sur l’accès à l’information. C’est en vertu de celle-ci qu’il avait été révélé, par exemple, que la ministre de la Coopération internationale Bev Oda s’était loué une limousine et qu’elle avait acheté un jus d’orange à 16 $ lors d’un voyage officiel en Europe.

 

Les libéraux se sont dits ouverts à en faire davantage, si leurs rivaux politiques le proposent et font de même.

1 commentaire
  • Carroll Roy - Inscrit 21 septembre 2013 17 h 26

    Mais svp, ouvrez donc ces livres.

    Le PLC a-t-il des dépenses à cacher de certains de ses députés?

    Ça débute mal, à mon avis.

    C'est bien cela... on va faire de même (ie, davantage) si les autres le font... une petite phrase dénouée de sens....

    On reconnait bien ce parti.