Sondage Léger–Le Devoir - Marijuana : le Québec appuie Trudeau

Justin Trudeau
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Justin Trudeau

Un député qui a fumé un peu de marijuana ? Et après ? Les adversaires politiques de Justin Trudeau ont beau avoir vu dans les aveux du chef libéral la preuve d’un manque de jugement, les Québécois ne sont pas de cet avis et trouvent la situation tout à fait acceptable.

 

Un sondage Léger-Le Devoir montre ainsi que 70 % des Québécois jugent « acceptable » qu’un « député comme Justin Trudeau ait fumé de la marijuana » alors qu’il était élu. Ils sont 16 % à penser le contraire, et 13 % ne savent pas ou n’ont pas voulu répondre.

 

« On savait que le Québec avait une vision assez ouverte sur la marijuana, mais quand même : la force de l’appui est impressionnante », estime Sébastien Dallaire, vice-président aux affaires publiques chez Léger. « D’autant que la question demandait précisément si c’était correct qu’un député, pas n’importe qui, ait fumé. Ça indique clairement que les Québécois sont passés à autre chose. »

 

Tous partis unis

 

Les électeurs de tous les partis sont d’ailleurs du même avis. Les libéraux sont plus enclins à appuyer leur chef (85 % des répondants libéraux trouvent le geste «acceptable»), mais les néodémocrates et les bloquistes aussi (68 % chacun). Et même les conservateurs n’y trouvent pas trop à redire (48 % d’acceptable contre 37 % d’inacceptable). À noter que les plus faibles échantillons dans ces catégories partisanes impliquent une marge d’erreur plus grande.

 

Remontée du NPD

 

À quelques semaines de la rentrée parlementaire fédérale - reportée par la décision de Stephen Harper de proroger la session -, Justin Trudeau et le Parti libéral continuent globalement à bénéficier d’un fort appui au Québec. Mais celui-ci semble se résorber un peu.

 

Mené dans la foulée des déclarations de Justin Trudeau sur la charte des valeurs québécoises (à laquelle il s’oppose fortement, au contraire d’une majorité de Québécois), le sondage indique que les libéraux auraient récolté 35 % des votes (après répartition) si des élections avaient eu lieu la semaine dernière. Les néodémocrates sont crédités de 31 % d’intentions, le Bloc québécois de 23 % (leur résultat à l’élection de 2011) et les conservateurs de 9 %.

 

Ces chiffres diffèrent passablement de ceux mesurés le 22 août dans un sondage CROP-Gesca. Celui-ci accordait une avance plus forte à M. Trudeau (41 %), devant le NPD (27 %) et le Bloc (17 %). Quant à Léger, il créditait les libéraux de 46 % d’intentions de vote au Québec en juin (avec un échantillon québécois de 350 répondants dans un sondage national de 1500 personnes, ce qui donne une marge d’erreur élevée).

 

Les résultats du nouveau coup de sonde montrent donc que « les libéraux ont perdu un peu de terrain et que le NPD a retrouvé quelques appuis », note Sébastien Dallaire. « On sait qu’il y a un effet de vases communicants entre les deux partis, et on le mesure ici. On peut dire qu’il y a une lutte à deux. »

 

Les libéraux sont plus populaires à Montréal (39 % d’appuis, contre 30 % pour le NPD), et à égalité statistique avec les néodémocrates à Québec et dans les régions.

 

Le sondage a été mené en ligne les 29 et 30 août auprès de 1002 personnes. Un échantillon probabiliste de cette taille aurait une marge d’erreur de 3,1 %, dans 19 cas sur 20.

 

« Cinq ou six fois »

 

Partisan avoué de la légalisation de la marijuana - une position que les militants du Parti libéral avaient déjà approuvée en congrès en janvier 2012 -, Justin Trudeau a admis il y a deux semaines avoir fumé de la marijuana « cinq ou six fois » dans sa vie. Il était député depuis deux ans lorsqu’il a tiré sa dernière bouffée, a-t-il reconnu.

 

M. Trudeau a entouré ses aveux d’une touche atténuante : il n’a jamais acheté de marijuana, il n’est pas « particulièrement intéressé par les états altérés de conscience », il n’a pas senti beaucoup d’effet en inhalant, il n’a jamais fumé devant ses enfants, etc.

 

Mais ses adversaires ont vite fait de récupérer le sujet. Le ministre de la Justice, Peter MacKay, y a vu un « profond manque de jugement » et un « mauvais exemple pour tous les Canadiens, surtout les jeunes ». La critique en matière de justice du Nouveau Parti démocratique, Françoise Boivin, a elle aussi parlé d’un « manque de jugement de la part d’une personne qui aspire à devenir premier ministre ».

 

Reste que depuis les aveux de M. Trudeau, quantité de politiciens ont emboîté le pas. On a notamment appris dans les derniers jours que la première ministre de l’Ontario, Kathleen Wynne, avait fumé du cannabis, mais pas depuis 35 ans. Et le maire de Toronto (toujours au coeur d’une controverse autour d’une présumée consommation de crack), Rob Ford, a reconnu avoir fumé « beaucoup » de marijuana.

 

Thomas Mulcair, chef du NPD, a indiqué avoir fumé il y a longtemps, mais pas depuis son élection comme député provincial en 1994. À l’époque, dit-il, la marijuana était « de l’origan par rapport à ce qu’il y a sur le marché aujourd’hui ».

 

Quant au premier ministre, Stephen Harper, il a répondu aux journalistes le 28 août en renvoyant la question : « Est-ce que j’ai l’air de quelqu’un qui fume de la marijuana ? ». Son bureau a aussi indiqué que M. Harper n’a jamais rien fumé de sa vie, notamment parce qu’il souffre d’asthme.

17 commentaires
  • Mario Jodoin - Abonné 3 septembre 2013 02 h 42

    Marge d'erreur?

    «À noter que les plus faibles échantillons dans ces catégories partisanes impliquent une marge d’erreur plus grande.»

    Quel gag!

    Le rapport mentionne que l'échantillon est non probabliste et donc, qu'on ne peut pas calculer de marge d'erreur. Alors comment une marge d'erreur qui n'existe pas pourrait-elle être plus grande?

    «le Bloc québécois de 23 % (leur résultat à l’élection de 2011)»

    Euh, ne devrait-on pas écrire «son résultat»?

    Triste, le journalisme de nos jours...

  • Carole Dionne - Inscrite 3 septembre 2013 07 h 31

    Je me souviens

    De rien. On devrait pourtant se rappeler de son père, PET. Mais on devient alz...Il est pareil comme son père. "Cute", frivole, comme les femmes les aiment.

  • Emmanuel Lapointe - Inscrit 3 septembre 2013 07 h 54

    ???

    Et pour vous, un sondage fait au Québec est comme ailleur ? Il est en fait, fait à Montréal ? Auprès de 10-12 personnes ?

  • Marcel Bernier - Inscrit 3 septembre 2013 08 h 08

    D'un point de vue politique...

    Il s'agit de savoir s'il a fumé de l'Acapulco Gold, du Panama Red ou du pot québécois.

  • RONALD LESAGE - Inscrit 3 septembre 2013 08 h 38

    Pourquoi c'est blâmable .

    Ce n'est pas le fait d'avoir fumé un joint , c'est le fait qu'il est une personne publique , qu'il aspire à être un jour le premier ministre et que la façon dont il l'a exprimé et a endossé la légalisation de sa possession en fait un mauvais exemple face aux jeunes qui sont en décision devant son utilisation . Je suis très agé et ma génération avait comme drogue la boisson , je me suis saoulé la gueule comme la majorité de mes amis , mais loin de moins l'idée de m'en vanter devant mes petits enfants et d'en minimiser la portée . Justin n'a pas la maturité d'en comprendre la portée et de devenir un premier ministre .

    • Jérémie Poupart Montpetit - Inscrit 3 septembre 2013 11 h 40

      Il ne cherche pas à s'en vanter, plutôt que d'exposer une situation qui est gangrenaire depuis des années...

      Techniquement, fumer du "pot", n'est pas illégal (et répréhensible seulement pour les gens ayant des valeurs conservatrices). Seuls la possession, la production et la revente sont illégaux. Nous vivons dans ce flou législatif depuis bientôt 30 ans. Ce flou coûte excessivement cher aux contribuables et la société Québécoise ne réprimande plus autant l'acte de fumer du pot, considérant qu'il n'est pas perçu comme pire que celui de boire de l'alcool. Les derniers sondages en dates (je crois qu'ils datent de 2006) établissaient que près de 70% de la population québécoise âgée de 25 à 65 ans avait déjà consommé (même une seule fois) ou consommait présentement de la marijuana. On vivait donc avec un éléphant blanc (ou vert ou rose) dans la salle...

      Mr Trudeau à au moins le mérite d'émettre une opinion claire à ce sujet.

      Jérémie Poupart Montpetit

    • Sylvain Auclair - Abonné 3 septembre 2013 11 h 40

      Je ne crois pas que le but de M. Trudeau fût de se vanter, mais plutôt d'enlever des munitions aux conservateurs.

    • RONALD LESAGE - Inscrit 3 septembre 2013 17 h 43

      La différence avec la boisson c'est que si vous dégustez un verre entre amis , vos capacités n'en serons pas affectées et même un verre de vin ou de bière à l'occasion peut être bénéfique pour la santé mais pour la mari , ce n'est pas le goût et aucun effet bénéfique pour la santé mais l'effet euphorique qui en est le but et lors d'un reportage à R.C. des médecins ont parlé des dangers pour les jeunes qui sont encore en croissance et de la recherche d'effet plus grand qui les mènent vers les drogues dures . Remarquez l'ascension des ventes de vin après l'autorisation de vente dans les dépanneurs et ici il ne s'agissait pas de la légalisation mais d'une plus grande distribution . On verra plus de gens en consommer et il y aura plus de conduite avec les facultés affaiblis alors ou sera la diminution d'arrestation et de casier judiciaire .