Grève dans les missions diplomatiques - Quinze centres de traitement des visas sont paralysés

Ottawa — Les activités des quinze plus grands centres de traitement de visas du Canada à l’étranger seront paralysées, ce lundi. Les agents du service étranger, dont les diplomates canadiens, font un coup d’éclat après des mois de conflit avec le gouvernement fédéral.

 

Les diplomates en grève ont décidé d’augmenter leurs moyens de pression, après qu’une tentative d’obtenir un arbitrage exécutoire avec le gouvernement fédéral eut échoué vendredi.

 

L’Association professionnelle des agents du service extérieur a accusé le président du Conseil du Trésor, Tony Clement, de négocier de mauvaise foi en insistant sur six conditions préalables avant d’accepter l’arbitrage exécutoire.

 

Les syndiqués veulent recevoir un salaire équivalant à celui de leurs homologues au sein d’autres ministères fédéraux qui, affirment les grévistes, gagnent jusqu’à 14 000 $ supplémentaires pour accomplir des tâches similaires.

 

Il sera impossible ce lundi d’être reçu pour une demande de visa dans les ambassades et consulats canadiens situés dans les villes suivantes : Ankara, Pékin, Le Caire, Delhi/Chandigarh, Hong Kong,Londres, Manille, Mexico, Moscou, Paris, Riyad, São Paulo et Shanghai. De précédents moyens de pression visaient trois de ces centres.

 

Les arrêts de travail organisés par le syndicat ont réduit, par le passé, le flot de touristes et le nombre d’étudiants étrangers prévoyant venir au pays à l’automne en raison de retards dans le traitement des demandes de visas.

 

Baisse de 65%

 

Selon le syndicat, le traitement des demandes de visas a chuté de 65 % en juin dans les trois principaux centres de traitement qui étaient ciblés jusqu’à maintenant par la grève. « Nous ne tirons absolument aucun plaisir de ces mesures de grève et de leurs répercussions réelles, graves et croissantes sur l’économie canadienne. Cependant, tous les Canadiens et Canadiennes devraient à présent avoir pris conscience qu’à partir d’aujourd’hui, le gouvernement du Canada devient le seul et unique responsable de ces impacts », a fait savoir l’Association professionnelle des agents du Service extérieur, par voie de communiqué.

 

M. Clement, qui a blâmé le syndicat pour l’avortement de la tentative d’obtention d’arbitrage, affirme cependant que celui-ci a effectué des comparaisons déraisonnables avec des emplois substantiellement différents au sein de la fonction publique.

 

Les développements de vendredi représentent une escalade dans la guerre de mots entre le petit syndicat revendicateur et le président du Conseil du Trésor, en plus d’ouvrir la voie à la poursuite des moyens de pression à l’automne.

1 commentaire
  • Gaston Fiset - Inscrit 30 juillet 2013 23 h 19

    14000$ et combien le salaire total

    combien se situe le salaire total demandé , on ne parle que de 14000$ d'écart ,mais quel est leur salaire total et quel est le coût de la vie au mozanbique ou ailleurs ,