Ottawa interdit les convois à un seul conducteur

Fini les trains sans surveillance sur une voie principale. Terminé aussi les trains qui ne comptent qu’un seul conducteur. Deux semaines après la tragédie de Lac-Mégantic, Ottawa a annoncé mardi une série de directives d’urgence - et temporaires - qu’il impose immédiatement aux opérateurs ferroviaires transportant des marchandises dangereuses.

 

Les compagnies ferroviaires devront désormais affecter « au moins deux personnes compétentes » aux locomotives transportant au minimum un wagon-citerne. Ce qui met un terme à l’exemption à laquelle avait eu droit la Montreal, Maine and Atlantic Railway (MMA) - et dont la MMA avait profité le soir de l’accident qui a fait 47 morts à Lac-Mégantic.

 

Ces trains ne pourront plus, de surcroît, être laissés sans surveillance sur une voie principale, comme ce fut le cas, là encore, la nuit du 6 juillet. Les opérateurs devront aussi protéger les locomotives laissées sur les voies de possibles entrées non autorisées.

 

Des inquiétudes

 

En conférence téléphonique pour annoncer ces nouvelles mesures de sécurité, les fonctionnaires de Transports Canada ont refusé de répondre à toute question portant plus précisément sur l’accident de Lac-Mégantic. Et ils ont nié que ces directives y répondent. « On ne spécule pas sur les causes de l’accident », a insisté Luc Bourdon, directeur général de la sécurité ferroviaire.

 

Pas de réponse, non plus, quant à savoir pourquoi ce resserrement n’a pas été imposé avant. « On n’a aucun indice qui nous dit que, si ces mesures-là avaient été implantées au moment où l’accident s’est produit, ça l’aurait prévenu », a poursuivi M. Bourdon.

 

Alors pourquoi maintenant ? « La tragédie a mis en lumière plusieurs pratiques de l’industrie qui ont suscité des inquiétudes », a répondu Gerard McDonald, sous-ministre adjoint à la Sécurité et la Sûreté.

 

Les partis d’opposition ont accueilli favorablement ces premiers ajustements apportés par Ottawa quatre jours après que le Bureau de la sécurité des transports (BST) ait demandé à Transports Canada de revoir ses règles. Mais il faut faire plus, ont martelé les néodémocrates. Notamment parce que les directives d’urgence sont valides six mois. À cela, Ottawa réplique qu’il demande aux compagnies ferroviaires de mettre en oeuvre des règles correspondantes, ce qui aura force de loi. Et si ce n’est pas fait, le ministère pourra toujours réintroduire les directives pour un autre six mois.

 

Nombre d’inspecteurs

 

Le NPD se demande toutefois si les règles seront bel et bien appliquées, car Transports Canada n’a pas augmenté son nombre d’inspecteurs.

 

Le ministère exige aussi que, lors de l’arrêt d’un train rempli de matières dangereuses, les commandes directionnelles soient retirées (ce qui empêchera la locomotive de pouvoir se déplacer), et que le frein automatique et le frein direct soient serrés à fond. Les freins à main devront aussi être appliqués à toutes les locomotives.

 

Les néodémocrates auraient enfin souhaité qu’Ottawa se penche sur le sort des wagons-citernes DOT-111, comme ceux de Lac-Mégantic, et que certains jugent peu sécuritaires. Ce qu’ont réclamé aussi une cinquantaine de groupes environnementaux, syndicaux et sociaux.

 

L’annonce d’Ottawa soulève donc « presque autant de questions que ça apporte de réponses, ce qui justifie d’autant plus le travail » en comité, a plaidé le député Robert Aubin.

 

Pas d’étude parlementaire d’urgence

 

Le comité des transports s’est réuni mardi après-midi, mais la demande du NPD d’entreprendre dès cet été une étude sur la sécurité ferroviaire y a été rejetée.

 

Les conservateurs et le libéral qui y siègent s’inquiétaient que cela nuise aux enquêtes en cours et prive celles-ci des experts qui ont mieux à faire sur le terrain. « Ce n’est pas un “non”. C’est un “non, pas tout de suite” », a expliqué le conservateur Jeff Watson. Les deux partis ont plutôt appuyé une motion pour entamer les travaux lorsque les services d’enquête auront tiré des conclusions.

 

Les néodémocrates voulaient étudier dès maintenant des recommandations passées du BST et du Bureau du vérificateur général qui n’ont pas été implantées. « Pourquoi Transports Canada n’attend-il pas alors lui aussi que l’enquête soit terminée avant d’émettre de nouvelles directives ? », a répliqué la néodémocrate Olivia Chow aux députés du gouvernement.

1 commentaire
  • Franklin Bernard - Inscrit 24 juillet 2013 08 h 32

    On nous prend pour qui?

    Trois phrases à la langue de bois admirable qui en disent long sur le niveau de sens des responsabilité des organismes fédéraux, et la haute estime dans laquelle ils tiennent notre intelligence:

    « Et ils ont nié que ces directives y répondent. « On ne spécule pas sur les causes de l’accident », a insisté Luc Bourdon, directeur général de la sécurité ferroviaire.»

    Ah, bon,, c'est par le plus grand hasard que ce resserrement des règles de sécurité surviennent juste après la tragédie de Lac-Mégantic?

    Mais là, le sous-ministre patine et dit le contraire:

    « « La tragédie a mis en lumière plusieurs pratiques de l’industrie qui ont suscité des inquiétudes » »

    Bref, ça n'a aucun rapport, mais ça en a un quand même.

    Enfin, celle-ci, encore plus admirable: « On n’a aucun indice qui nous dit que, si ces mesures-là avaient été implantées au moment où l’accident s’est produit, ça l’aurait prévenu », a poursuivi M. Bourdon. »

    Donc, on prend des mesures pour empêcher que les circonstances qui ont mené à la tragédie se reproduisent à l'avenir, mais on ne sait pas si elles ont un rapport?

    Pour qui nous prennent-ils, là-bas? Ils sont responsables des règles de sécurité des transports ferroviaires, ils ont dérèglementé l'industrie, aujourd'hui ils reviennent à la hâte sur cette dérèglementation, mais ils ne sont pas responsables?

    Il est à espérer que les citoyens ne se contenteront pas de ces explications fumeuses et malhonnêtes, et pourchasseront la vérité dans ses mondres retranchements, jusqu'à ce que les responsables soient dénoncés publiquement.