Harper reste muet au sujet de la liste de fonctionnaires ennemis

Le gouvernement Harper refuse de confirmer les informations voulant qu’il ait dressé une « liste de fonctionnaires ennemis » dans le cadre de la transition qui suit le remaniement ministériel annoncé lundi. Dans un courriel daté du 4 juillet obtenu par des médias de la colline parlementaire à Ottawa, un responsable du cabinet du premier ministre Stephen Harper demande à tout le personnel ministériel du gouvernement d’inscrire sur une liste les noms de fonctionnaires qui risquent de poser des problèmes. Cette liste a été incluse dans les notes préparées pour faciliter l’entrée en fonction des nouveaux ministres ou des ministres qui ont changé de portefeuille. Carl Vallée, l’un des porte-parole du premier ministre, n’a pas voulu faire de commentaires sur le courriel qui a été coulé. Il s’est contenté de déclarer que le personnel « collaborait » avec les ministres, surtout les nouveaux, afin de « s’assurer qu’ils ont été complètement informés afin de poursuivre leur travail au bénéfice des contribuables canadiens ». Le courriel recommande d’éviter les fonctionnaires qui « ne peuvent accepter oui ou non comme réponse », et suggère de bien cerner les personnes avec qui il faut tisser des liens.

3 commentaires
  • Pierre Labelle - Inscrit 17 juillet 2013 05 h 59

    Règlements de comptes.....

    À lire les quelques bribes de ce courriel, on croirait entendre un échange entre 2 lieutenants de la mafia. Tous savent que la vengeance est un plat qui se mange froid, mais avec Harper, il se peut que même congelé ça fasse l'affaire. Tout ça avec nos taxex et impôts.

  • Colette Pagé - Inscrite 17 juillet 2013 19 h 56

    Chasse aux sorcières

    Non content d'exercer seul le pouvoir, Stephen Harper qui déteste avant tout les fuites cherche à prévenir toutes intiatives visant à faire découvrir la vérité dans cet omerta. Étant donné que Stephen Harper sait que la peur est le commencement de la sagesse quoi de mieux que cette recherche d'ennemis. Ce gouvernement a tellement peur de la transparence qu'il préfère semer les inquiétudes chez les fonctionaires. Quel climat de travail !

  • Nicole Moreau - Inscrite 17 juillet 2013 23 h 59

    on est très loin de la transparence promise alors que le PLC était au pouvoir

    se vérifie ainsi au Canada, la maxime de Lord Acton, philosophe politique anglais du XIXème siècle à l'effet que le pouvoir tend à corrompre et que le pouvoir absolu tend à corrompre de façon absolu