Ontario - G20: l’ombudsman déplore l’inaction du gouvernement

Toronto — L’ombudsman de l’Ontario estime que le gouvernement libéral a manqué à sa promesse de remplacer une loi ayant mené à des violations « massives » des droits civiques pendant le Sommet du G20 s’étant déroulé à Toronto il y a trois ans.

 

Présenté en avril 2013, le projet de loi 51 « n’a toujours pas été adopté plus de trois ans après cette tragique fin de semaine en juin », s’est désolé André Marin dans son rapport annuel déposé mardi.

 

Il a dit espérer « que ce projet de loi sera mis en oeuvre très bientôt, pour une meilleure protection des droits civils dans la province ».

 

Selon l’ombudsman ontarien, les libéraux provinciaux n’ont rien fait non plus pour donner un peu plus de mordant à l’Unité des enquêtes spéciales (UES), laquelle est responsable des dossiers de certains policiers impliqués dans des cas de blessures graves ou de mort.

 

De plus, le gouvernement a échoué à réglementer les services de transferts médicaux non urgents afin d’assurer la sécurité des patients. Il s’était pourtant engagé à le faire il y a de cela deux ans, a fait remarquer M. Marin.

 

Des progrès ont cependant été réalisés sur d’autres fronts, a mentionné l’ombudsman. André Marin a notamment cité l’amélioration de la gestion des cas des blessures de stress et de suicide au sein de la police provinciale de l’Ontario.

 

Dans son rapport, l’ombudsman dit avoir reçu plus de 19 000 plaintes et demandes d’enquête pour l’année 2012, ce qui représente une légère augmentation par rapport à l’année précédente.

1 commentaire
  • Carroll Roy - Inscrit 17 juillet 2013 11 h 19

    Trois ans après le sommet,

    les milliers de canettes d'insecticides achetées à fort pris et non utilisées, sont maintenant passées dates.

    Reste que les subventions octroyées à certaines régions, m. clement en sait quelque chose, sont bel et bien visible.