Harper écarte les deux ministres qui géraient la catastrophe de Lac-Mégantic

Questionnée sur l'impact du remaniement ministériel sur le travail en cours à Lac-Mégantic, la mairesse Colette Roy-Laroche a simplement répondu que Christian Paradis a toute sa confiance.
Photo: Jacques Nadeau - Le Devoir Questionnée sur l'impact du remaniement ministériel sur le travail en cours à Lac-Mégantic, la mairesse Colette Roy-Laroche a simplement répondu que Christian Paradis a toute sa confiance.

Ottawa — Une semaine après la catastrophe ferroviaire de Lac-Mégantic qui a fait 50 morts, Stephen Harper procède à un remaniement de son cabinet et écarte en partie les deux ministres québécois qui s'occupaient de la crise. ​

Denis Lebel était ministre des Transports jusqu'au remaniement de lundi, et donc en charge de la sécurité des trains.

À ce titre, il s'était rendu la semaine dernière à Lac-Mégantic pour constater la situation, assurer la présence du fédéral sur les lieux et évaluer les besoins.

M. Lebel a gardé son portefeuille aux Infrastructures et aux Collectivités, mais la portion « Transports » lui a été retirée, pour être confiée à la ministre Lisa Raitt qui ne parle pas français. Un obstacle potentiel pour rassurer la population de cette petite ville de l'Estrie.

Questionné à savoir pourquoi il a placé à ce poste une unilingue anglophone, M. Harper a rétorqué qu'il avait confiance en elle.

Lac-Mégantic est par ailleurs dans la circonscription du ministre Christian Paradis. Il est bien connu des habitants de la ville et a été sur les lieux au lendemain de la tragédie, y restant même toute la semaine.

Mais lundi, il a perdu son titre de lieutenant de Stephen Harper pour le Québec et s'est fait donner le portefeuille du Développement international, susceptible de le tenir loin de la province.

Denis Lebel est le nouveau lieutenant au Québec mais il n'entretient pas de liens privilégiés avec la population locale.

Questionnée sur l'impact du remaniement ministériel sur le travail en cours à Lac-Mégantic, la mairesse Colette Roy-Laroche a simplement répondu que Christian Paradis a toute sa confiance. Sans un mot pour les ministres Lebel et Raitt, elle se dit convaincue qu'il continuera à aider les citoyens de sa ville et à défendre leurs intérêts au sein du gouvernement conservateur.

Québec perd son dernier portefeuille économique

Par ailleurs, le Québec perd son dernier ministre qui détenait un portefeuille strictement économique, car Christian Paradis perd le portefeuille de l'Industrie au profit de celui du Développement international.

Ce faisant, le dernier ministère économique qui était aux mains d'un Québécois passe au Britanno-Colombien James Moore.

La situation inquiète notamment le Conseil du patronat du Québec, qui s'est dit préoccupé par « la perte potentielle d'influence stratégique des élus du Québec. »

De façon générale, le Québec ne gagne pas vraiment de terrain à la table des ministres avec ce remaniement.

La plus grosse promotion revient à Steven Blaney, qui quitte le ministère des Anciens combattants pour celui de la Sécurité publique et de la Protection civile.

Alors que les rumeurs couraient à l'effet que Maxime Bernier allait prendre du galon, son rôle demeure modeste. Il conserve son poste de ministre d'État à la Petite entreprise et au Tourisme, auquel s'ajoute celui de ministre d'État à l'Agriculture.

Jacques Gourde, de Lotbinière–Chutes-de-la-Chaudière, est le seul des cinq élus conservateurs québécois, à ne pas faire partie du conseil des ministres.

La stabilité

Le premier ministre Stephen Harper a décidé lundi de garder en poste son ministre des Finances, Jim Flaherty, mais a déplacé plusieurs de ses ministres importants. Huit nouveaux visages font aussi leur apparition au conseil des ministres, dont quatre femmes.

Peter MacKay et Rob Nicholson se sont échangés leurs ministères: désormais, M. Mackay s'occupera de la Justice et M. Nicholson sera à la Défense.

Le puissant Jason Kenney, qui aspire à remplacer Steven Harper à la tête du parti, quitte l'Immigration pour aller à l'Emploi.

La ministre de la Santé, Leona Aglukkaq, devient responsable de l'Environnement. C'est Rona Ambrose qui la remplace à la Santé, quittant le ministère des Travaux publics.

Certains joueurs importants restent toutefois en place: John Baird demeure aux Affaires étrangères et Joe Oliver, aux Ressources naturelles. Le Conseil du Trésor sera encore dirigé par Tony Clement.

Le ministère du Patrimoine Canadien et des langues officielles, jusque-là détenu par James Moore, revient à la franco-manitobaine Shelly Glover.

Kellie Leitch prend du galon et obtient le ministère du Travail et celui de la Condition féminine.

L'ancien diplomate Chris Alexander devient le ministre de l'Immigration et de la Citoyenneté.

Après avoir encaissé les coups avec la controversée réforme de l'assurance-emploi, Diane Finley change de responsabilités et assumera les Travaux publics et Services gouvernementaux.

L'Albertaine Michelle Rempel devient ministre d'État pour la diversification économique de l'Ouest.
Candice Bergen, du Manitoba, qui a mené le dossier de l'abolition du registre des armes à feu, devient ministre d'État au développement social.

Julian Fantino devient ministre des Anciens Combattants.

***

La liste des ministres faisant partie du nouveau cabinet de Stephen Harper:


- Bernard Valcourt, Affaires autochtones et du Développement du Nord canadien
- Robert Nicholson, Défense nationale
- Peter MacKay, Justice et procureur général du Canada
- Rona Ambrose, Santé
- Diane Finley, Travaux publics et Services gouvernementaux
- John Baird, Affaires étrangères
- Tony Clemen, Conseil du trésor
- Jim Flaherty, Finances
- Peter Van Loan, leader du gouvernement aux Communes
- Jason Kenney, Emploi et Développement social
- Gerry Ritz, Agriculture et Agroalimentaire
- Christian Paradis, Développement international et Francophonie
- James Moore, Industrie
- Denis Lebel, Infrastructure, Collectivités et Affaires intergouvernementales, et Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec
- Leona Aglukkaq, Environnement, Agence canadienne de développement économique du Nord et Conseil de l'Arctique
- Lisa Raitt, Transports
- Gail Shea, Pêches et Océans
- Julian Fantino, Anciens Combattants
- Steven Blaney, Sécurité publique et Protection civile
- Edward Fast, Commerce international
- Joe Oliver, Ressources naturelles
- Kerry-Lynne D. Findlay, Revenu national
- Shelly Glover, Patrimoine canadien et Langues officielles
- Chris Alexander, Citoyenneté et Immigration
- Kellie Leitch, Travail et Condition féminine
- Maxime Bernier, ministre d'État (Petite Entreprise et Tourisme, et Agriculture)
- Lynne Yelich, ministre d'État (Affaires étrangères et consulaires)
- Gary Goodyear, ministre d'État (Agence fédérale de développement économique pour le Sud de l'Ontario)
- Rob Moore, ministre d'État (Agence de promotion économique du Canada atlantique)
- John Duncan, ministre d'État et whip en chef du gouvernement
- Tim Uppal, ministre d'État (Multiculturalisme)
- Alice Wong, ministre d'État (Aînés)
- Bal Gosal, ministre d'État (Sports)
- Kevin Sorenson, ministre d'État (Finances)
- Pierre Poilievre, ministre d'État (Réforme démocratique)
- Candice Bergen, ministre d'État (Développement social)
- Greg Rickford, ministre d'État (Sciences et Technologie, et Initiative fédérale du développement économique dans le Nord de l'Ontario)
- Michelle Rempel, ministre d'État (Diversification de l'économie de l'Ouest)



 
13 commentaires
  • Pierre Vincent - Inscrit 15 juillet 2013 12 h 14

    Grosse démotion pour Christian Paradis... promotion pour Maxime Bernier.

    Christian Paradis n'est plus ministre de l'Industrie ni lieutenant québécois de Stephen Harper, remplacé par Denis Lebel, qui perd les Transports mais gagne les relations intergouvernementales. Et Maxime Bernier ajoute l'Agriculture et l'alimentation à ses responsabilités actuelles de ministre d'État des petites entrerprises et du tourisme...

  • Sol Wandelmaier - Inscrite 15 juillet 2013 14 h 06

    Le seul ministre qui compte...

    ....le chef marionnetiste, est Steven Harper! Tout le reste est de la cosmetique...Comme il aime diriger tout dans les moindre détails, il importe peu qui est dans quel ministère...
    Et il est devenu expert à manipuler les médias sociaux...Qui dit mieux?

  • Benoit Toupin - Abonné 15 juillet 2013 15 h 44

    Étrange...

    C'est comme si se passait chez le voisin... On aura beau en penser ce que l'on veut, la seule chose qui compte, c'est ce qu'en pense le ROC. Pourquoi dire le ROC d'ailleurs... Nous ne sommes plus que des contributeurs par défaut... et ils ressemblent de plus en plus à des voisins...

  • Gilles St-Pierre - Abonné 15 juillet 2013 17 h 02

    The Show Must Go On

    et bravo Harper... on applaudit très fort avec beaucoup de rappels.

    Cré voisins, on n'a donc pas nos priorités à la même place et il revient toujours la même maudite question : qu'est-ce qu'on fout ensemble?

    C'est à se demander si on vit sur la même planète, mais de là à vivre dans ce même foutu de pays... il y a une marge et des maudites limites.

    En attendant ce qui presse au Québec, c'est que le fédéral cesse d'attendre ses fameux rapports d'enquêtes et collabore immédiatement avec Québec et la municipalité de Lac-Mégantic, car ce n'est pas un cadeau qu'on lui demande, mais tout simplement nous retourner notre argent à bon port. Si on conservait nos impôts ici la question ne se poserait même pas et ce serait déjà fait.

    C’est à croire que la diversion lui semble plus appropriée pour se faire du crédit politique d’autant plus que le Québec ne pèse plus lourd dans la balance de ce régime fédéral; ça crève les yeux.

  • louis cossette - Inscrit 15 juillet 2013 17 h 39

    Moins encore

    Pour le Québec avec la perte d'un minstère à vocation économique. Quand à Maxime Bernier, son statut de ministre d'état est plus protocolaire qu'autre chose.

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 16 juillet 2013 07 h 01

      Max Bernier ? Je lui prèterais même pas mon char !