Marjory LeBreton va quitter son poste de leader du gouvernement au Sénat

Ottawa — Une importante stratège du gouvernement Harper, Marjory LeBreton, va quitter son poste de leader du gouvernement au Sénat, a-t-elle fait savoir jeudi.

Mme LeBreton a été en fonction à ce poste pendant sept ans et demi. Elle vient de traverser une période fort houleuse, alors que le scandale des dépenses des sénateurs a écorché la réputation des conservateurs.

Elle demeurera sénatrice conservatrice pour l'Ontario. Elle devra toutefois prendre sa retraite dans deux ans, lorsqu'elle atteindra l'âge limite de 75 ans.

Dans son communiqué, elle indique qu'elle va continuer à être active au caucus conservateur pour les prochaines années.

«J'entends multiplier mes efforts en vue d'une réforme constructive du Sénat et j'appuierai activement les nouveaux règlements renforcés que nous avons présentés au sujet des dépenses du Sénat», a fait valoir Mme LeBreton.

Elle jouait un rôle-clé au gouvernement et avait été notamment très impliquée lors de la dernière campagne électorale de 2011. Conseillère pour Stephen Harper, c'est lui qui l'a fait entrer au cabinet en 2006, la nommant au poste de leader au Sénat.
Jeudi, il a louangé sa collaboratrice.

«Dès le premier jour de notre entrée en fonction jusqu'à aujourd'hui, la sénatrice LeBreton nous a fait profiter de ses sages conseils, de sa remarquable éthique de travail et de sa connaissance institutionnelle incomparable, ce qui lui a permis d'apporter une immense contribution à notre gouvernement», a écrit M. Harper dans un communiqué.

Mme LeBreton a été nommée au Sénat sous le premier ministre Brian Mulroney en juin 1993. Avant son arrivée à la Chambre haute, Mme LeBreton avait rempli pendant plus de 31 ans diverses fonctions au sein du Parti progressiste-conservateur du Canada.

Le premier ministre va consulter cet été les membres du caucus du Sénat pour arrêter son choix sur un nouveau leader, et cela, avant la reprise des travaux parlementaires de l'automne.

Cette démission alimente les rumeurs d'un imminent remaniement ministériel.

Jeudi, la ministre d'État des Affaires étrangères (Amériques et Affaires consulaires), Diane Ablonczy, a fait savoir qu'elle ne cherchera pas à être réélue en 2015.

Ted Menzies, le ministre d'État aux Finances, avait déjà fait pareille annonce. Quant au ministre des Pêches, Keith Ashfield, qui se bat contre un cancer, il a déjà demandé au premier ministre de ne pas l'inclure dans le prochain cabinet.