Ottawa ne dépense pas tous les fonds prévus pour le multiculturalisme

Le ministère de l’Immigration a réduit la quantité d’argent mis de côté pour les projets de multiculturalisme communautaire.
Photo: Pedro Ruiz - Le Devoir Le ministère de l’Immigration a réduit la quantité d’argent mis de côté pour les projets de multiculturalisme communautaire.

Des millions de dollars du budget fédéral prévus pour des programmes de multiculturalisme dorment dans les coffres, ce que le gouvernement qualifie de compressions budgétaires responsables, mais des détracteurs estiment qu’il s’agit d’un signe de changement de tendance inquiétant.

Des données de Citoyenneté et Immigration Canada portent à croire qu’au moins 5 millions de dollars par année n’ont pas été déboursés depuis 2007. Le principal programme du ministère a vu près de 40 % de ses fonds disponibles rester dans les coffres.


Le ministère a donc décidé de réduire la quantité d’argent mis de côté pour les projets de multiculturalisme communautaire, malgré le fait qu’une évaluation gouvernementale interne porte à croire que la demande pour des fonds est toujours importante, et que le gouvernement est en partie responsable du fait que l’argent n’est pas dépensé.


Le budget fédéral pour le multiculturalisme subit une lente érosion depuis le milieu des années 1990. Cette année, le gouvernement prévoyait d’abord dépenser 21,3 millions, mais ce montant a été révisé à 14,3 millions.


Le principal programme concernant le multiculturalisme a été mis sur pied en 2010 pour promouvoir la compréhension interculturelle, le respect des valeurs démocratiques, la mémoire et la fierté civiques. En 2010-2011, ce sont 751 demandes de financement qui ont été présentées, totalisant neuf fois le budget pour cette année-là. Seuls une dizaine d’événements ont reçu des fonds fédéraux.


Inquiétudes


Interrogée sur les raisons pour lesquelles les fonds sont moins disponibles même si la demande existe clairement, une porte-parole du ministre de l’Immigration a affirmé que les demandes ne répondaient pas aux critères.


Selon Ratna Omidvar, qui dirige la Fondation Maytree à Toronto, un groupe sans but lucratif impliqué dans la programmation d’événements multiculturels, le gouvernement fédéral a resserré les critères d’une façon qui rend plus difficile l’obtention de fonds pour mener des projets. « Je ne crois pas que le programme de multiculturalisme est pris au sérieux, désormais, et je m’inquiète à propos de l’aspect rassembleur que possédait ce programme », a-t-elle dit.

À voir en vidéo