La GRC rabrouée par le bureau de Harper

High River
Photo: La Presse canadienne (photo) Jordan Verlge High River

Ottawa – Le bureau du premier ministre Stephen Harper désapprouve une opération que des agents de la Gendarmerie royale du Canada (GRC) ont menée cette semaine à High River, l’une des municipalités de l’Alberta les plus affectées par les inondations des derniers jours.


La GRC confirme que des policiers ont saisi des armes à feu dans des résidences de la ville où des évacuations générales ont été ordonnées. Ces armes ont ensuite été placées en lieu sûr, selon la police.


Certains résidants de High River, qui ont fréquemment signifié leur volonté de rentrer chez eux dès que possible, ont réagi avec colère.


Carl Vallée, attaché de presse du premier ministre Harper, affirme que le gouvernement du Canada s’attend à ce que les armes à feu soient rendues à leurs propriétaires dès que possible. M. Vallée a estimé qu’au lieu de saisir des armes, les policiers de la GRC devraient s’attarder à des tâches plus urgentes, comme la protection des sinistrés.


Des détracteurs n’ont cependant pas tardé à souligner que le gouvernement Harper ne devrait pas dicter la façon dont la police fédérale mène ses opérations.


«Des dangers potentiels»


Selon une porte-parole de la GRC, Francine Hennelly, lorsque des agents entrent dans des domiciles pour y évacuer des gens, ils doivent également réagir « de façon appropriée » s’ils identifient des risques.


« Nous avons saisi toutes les armes qui étaient laissées à la vue, a-t-elle déclaré. Nous avons saisi ce que nous considérions comme des dangers potentiels. Tout ce qui était rangé correctement dans des râteliers a été laissé sur place. »


Dans un communiqué publié vendredi, la GRC a précisé que des agents avaient découvert que plusieurs propriétaires d’armes avaient laissé leurs fusils à la vue afin de déplacer leurs possessions en hauteur dans leur domicile.


Les armes ont été identifiées pour être rendues à leurs propriétaires « aussitôt que possible », précise la GRC.


La première ministre albertaine, Alison Redford, s’est dite déçue de devoir répondre à des questions sur ce sujet. Elle a laissé entendre qu’il existait des problèmes plus pressants à gérer après les inondations. « Disons-le clairement : le gouvernement provincial n’a pas pris les armes de quiconque », a-t-elle lancé.


Mme Redford n’a pas voulu se prononcer sur la déclaration du bureau du premier ministre. « Le premier ministre se trouvait à Calgary vendredi dernier, volant au-dessus de High River avec moi, et je crois qu’il a vu la dévastation et l’impact sur la communauté, a-t-elle dit. Je suis certaine que des gens du bureau du premier ministre ont une opinion là-dessus. »


***

Les résidants de High River pourront rentrer chez eux

Le gouvernement de l’Alberta a annoncé que les évacués de la ville de High River, durement touchée par les inondations, pourraient commencer à rentrer chez eux samedi, à partir de midi. Les opérations de nettoyage et de reconstruction de la ville ont par ailleurs été prises en charge par le gouvernement de l’Alberta à la demande du maire. Les graves inondations de la semaine dernière ont durement affecté High River, a indiqué le maire Emile Blokland, ajoutant qu’il serait préférable que ce soit la province qui assure la supervision des opérations devant permettre le retour à la maison des 13 000 résidants de la municipalité. Certains citoyens ont critiqué la manière dont les responsables les ont tenus à l’écart de la ville, qui a subi d’importants dommages et ne dispose pas de réserves d’eau potable.

À voir en vidéo