Affaire Wright-Duffy: la GRC confirme l'ouverture d'une enquête

Ottawa — La Gendarmerie royale du Canada (GRC) confirme qu'elle mène une enquête sur les circonstances entourant la remise d'un chèque de 90 000 $ au sénateur Mike Duffy.

Simultanément, la commissaire aux conflits d'intérêts et à l'éthique Mary Dawson a fait savoir jeudi qu'elle suspendait son étude sur le chèque signé par le chef de cabinet de Stephen Harper, Nigel Wright, qui a démissionné depuis. Mme Dawson invoque le fait que M. Wright fait l'objet d'une autre enquête, «menée dans le but de décider s'il a commis une infraction à une loi fédérale».
 
Une porte-parole de la GRC Lucy Shorey a confirmé par courriel que le corps de police «continuait son investigation pour déterminer si un acte criminel a eu lieu».
 
Elle a indiqué que la GRC ne déposerait des chefs d'accusation uniquement que s'il y a suffisamment de matériel pour le faire.
 
La conseillère sénatoriale en éthique Lyse Ricard avait elle aussi suspendu son enquête sur l'affaire Duffy-Wright la semaine dernière, sous prétexte que la GRC étudiait la pertinence d'ouvrir une enquête. À ce moment, la GRC se contentait de dire qu'elle se penchait sur le dossier, sans confirmer l'ouverture d'une enquête.
 
M. Wright a démissionné de son poste de chef de cabinet du premier ministre après avoir admis avoir signé un chèque de 90 000$ à Mike Duffy, afin qu'il rembourse des dépenses de logement qu'il avait réclamées à tort.

À voir en vidéo