La grève des diplomates se poursuit

Ottawa — L’impasse demeure entre le fédéral et son corps diplomatique, dont 200 membres sont en grève depuis la semaine dernière. Mardi, c’était au tour des agents d’immigration en poste à Mexico de débrayer. Il s’agit d’un des plus importants centres d’immigration canadiens de la planète. On y compterait déjà plus de 7000 demandes de visa en attente de traitement, qui se sont accumulées depuis que les mesures de grève ont débuté le mois dernier. Et les demandes continueront de s’empiler, tout comme à Delhi et à Pékin, où les agents du service extérieur qui y sont déployés ont aussi cessé de travailler, a prévenu le président du syndicat, Tim Edwards. Des diplomates sont aussi en grève en Europe - où se trouve le premier ministre cette semaine - et en Israël. Le président du Conseil du trésor, Tony Clement, a réitéré à sa sortie des Communes que l’offre du fédéral était « équitable et raisonnable » et qu’il ne la bonifierait pas. Il juge qu’avec sa contre-offre le syndicat « demande des choses au-delà du modèle de négociation type ». Le syndicat des diplomates demande que ses 1350 membres reçoivent un salaire égal à celui d’autres fonctionnaires aux tâches semblables, qui toucheraient de 3000 $ à 14 000 $ de plus.

À voir en vidéo