Harper critiqué dans ses rangs

Le Parti conservateur ne devrait plus dépenser un seul dollar au Québec pour faire élire plus de députés fédéraux, car ce serait du « pur gaspillage ». La personne qui l’affirme n’est pas un virulent critique de Stephen Harper, mais plutôt une de ses dévouées bénévoles, la présidente de l’Association conservatrice de Joliette, Georgette St-Onge.

« Par la présente, je vous transmets ma démission à titre de présidente de l’Association conservatrice du comité de Joliette, écrit Mme St-Onge dans une lettre obtenue par Le Devoir. La raison est simple : c’est que mon exécutif et moi-même mettons du temps bénévolement, mais c’est clair que le Parti conservateur n’a aucune volonté de réussir à faire élire des députés supplémentaires au Québec. »


Mme St-Onge explique que toutes les démarches locales pour organiser des événements partisans sont ralenties par l’équipe nationale. Impossible de faire confirmer la présence du sénateur Jacques Demers ou du ministre Steven Blaney ou d’attirer le lieutenant québécois Christian Paradis à une réunion d’organisation.


« J’oubliais votre côté « control freak », continue la lettre. Lorsqu’on organise une activité, on nous interdit de l’annoncer dans les journaux, comme ça a été le cas lorsqu’on a reçu le sénateur Jean-Guy Dagenais. Une autre fois, on avait invité Maxime Bernier à Crabtree, où votre permanent Jacques Morand voulait empêcher les journalistes de couvrir l’évènement [auquel] on avait pris la peine de les inviter. »


En entretien téléphonique, Mme St-Onge soutient oeuvrer en politique depuis 30 ans. Elle a été présidente de l’Association de Joliette trois ans et entamait à peine un second mandat de trois ans. « Je crois encore en Stephen Harper, mais c’est l’équipe autour de lui qui pose problème. » Selon elle, « c’est pas normal » d’attendre trois mois la confirmation de la présence d’un parlementaire à un événement partisan. Elle dit avoir fait parvenir sa lettre aux 74 autres présidents d’association conservatrice de la province et que plusieurs l’en ont remerciée. Qui sont-ils et emboîteront-ils le pas ? Mystère, dit Mme St-Onge. « Ils sont un peu peureux ! », lance-t-elle en boutade.

1 commentaire
  • Carroll Roy - Inscrit 23 mai 2013 11 h 03

    Si c'est un pur gaspillage...

    Ça démontre le profond mépris de ce parti pour ses partisans et le Québec.
    Si c'est comme ça, foutez donc le Québec en dehors de la confédération.