Duffy repassera à l’examen

Le sénateur Mike Duffy a annoncé jeudi soir sa démission du caucus conservateur.
Photo: La Presse canadienne (photo) Sean Kilpatrick Le sénateur Mike Duffy a annoncé jeudi soir sa démission du caucus conservateur.

Ottawa — Le sénateur désormais indépendant Mike Duffy n’est pas au bout de ses peines. Lui qui avait refusé de collaborer à la vérification de ses dépenses menée par Deloitte et Touche au motif qu’il avait remboursé les sommes en litige voit son dossier retourner à l’examen.


« À la lumière des reportages médiatiques d’hier [jeudi] concernant les allocations de dépenses du sénateur Duffy, les sénateurs demanderont à ce que le rapport concernant le sénateur Duffy soit renvoyé au comité pour un examen approfondi en prenant en considération ces nouvelles informations », a fait savoir par voie de communiqué de presse le bureau de la leader conservatrice au Sénat, Marjory LeBreton.


Le Bureau de régie interne du Sénat déterminera derrière des portes closes la nature de la révision du dossier. M. Duffy, tout comme les sénateurs Patrick Brazeau et Mac Harb, a fait l’objet d’une vérification externe pour déterminer s’il était en droit de réclamer des allocations pour frais de subsistance lorsqu’il était à Ottawa pour son travail au Sénat. La firme Deloitte et Touche a conclu que la définition de « résidence principale » n’était pas claire et qu’il est donc impossible de déterminer si les sénateurs l’ont enfreinte. Le Bureau de régie interne a néanmoins exigé le remboursement des sommes versées. Dans le cas de M. Duffy, il avait de manière préventive remboursé 90 172 $ - somme qui lui a été fournie, a-t-on appris cette semaine, par le chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper, Nigel Wright.


Mais cette semaine, les médias ont découvert que certains jours où M. Duffy prétendait être en déplacement pour son travail de sénateur (et pour lesquels il a touché des remboursements de frais), il participait en fait à des événements partisans électoraux.

 

Une vérification spéciale


Le sénateur Duffy se voit donc imposer une vérification que les autres sénateurs n’ont pas eu à subir. Au départ, le Sénat a étudié le cas de chaque sénateur, mais à travers une seule et unique lorgnette : le lieu de résidence. Chaque sénateur a eu à prouver que la résidence secondaire à Ottawa pour laquelle il demandait un dédommagement était bel et bien une résidence secondaire, et non la résidence principale. C’est ainsi que MM. Harb, Brazeau et Duffy ont vu toutes leurs dépenses scrutées. Jamais les autres sénateurs n’ont eu à prouver qu’ils effectuaient bel et bien du travail sénatorial lorsqu’ils étaient en déplacement payé par l’État.


Le bureau de Marjory LeBreton a reconnu que cette enquête ne serait pas faite. « Il s’agit seulement de traiter le cas de Duffy à la lumière des reportages de jeudi », indique une source conservatrice. Tout au plus assure-t-on que Mme LeBreton n’a « absolument pas » réclamé de tels remboursements lorsqu’elle travaillait à la campagne conservatrice et voyageait dans l’avion de M. Harper.

À voir en vidéo