Après Duffy, la sénatrice Pamela Wallin quitte le caucus conservateur

Ottawa — La sénatrice Pamela Wallin a démissionné du caucus conservateur, vendredi, la deuxième membre de la Chambre haute en autant de jours à agir de la sorte dans la foulée d'une série d'allégations liées à des réclamations de dépenses douteuses.

Les dépenses de voyage de Mme Wallin — 321 000 $ depuis septembre 2010 — font l'objet d'une vérification externe depuis décembre dernier.

«Je collabore pleinement et volontairement avec les vérificateurs», a déclaré Mme Wallin, une ancienne journaliste du réseau CTV, dans une brève déclaration écrite, livrée vendredi soir.

«J'ai rencontré les vérificateurs, répondu à toutes leurs questions et fourni toute la documentation réclamée. Je pensais que le processus de vérification aurait désormais été complété mais, puisqu'il se poursuit, j'ai décidé de me retirer du caucus conservateur.»

La sénatrice a ajouté qu'elle ne ferait aucun autre commentaire jusqu'à ce que la vérification soit terminée.

Par le passé, le premier ministre Stephen Harper avait fermement défendu Mme Wallin, arguant que ses dépenses de voyage étaient «comparables à celles de n'importe quel autre parlementaire» qui voyage d'Ottawa jusqu'à la Saskatchewan, province que Mme Wallin représente au Sénat.

En fait, ces dépenses entre la province des Prairies et la capitale nationale ne posent pas problème. Elle n'a réclamé que 29 423 $ pour ces déplacements depuis septembre 2010.

Ce sont plutôt ses «autres voyages» qui ont fait sourciller, vers des destinations ailleurs au pays et à l'étranger, et qui s'élèvent à 321 000 $ pour cette même période.

Selon Mme Wallin, le problème réside dans les règles comptables du Sénat: il existe peu de vols directs d'Ottawa vers la Saskatchewan, mais le Sénat ne comptabilise que les vols directs pour des déplacements vers sa province natale; les vols indirects sont classés dans la catégorie «autres déplacements», a-t-elle affirmé.

Certaines informations font état du fait que Mme Wallin, tout comme le sénateur Mike Duffy, a remboursé au moins une partie de ses dépenses. Elle n'a cependant pas confirmé ce fait, bien que son bureau n'ait pas non plus opposé de démenti.

Selon des sources, qui se sont confiées sous le sceau de l'anonymat parce qu'elles n'étaient pas autorisées à parler du dossier publiquement, le vérificateur externe a décidé d'étendre sa révision des dépenses de Mme Wallin jusqu'au moment de sa nomination en 2009.

Retour sur le cas Duffy

Plus tôt dans la journée, le comité sénatorial chargé d'enquêter sur les réclamations financières des membres de la Chambre haute a dit prévoir se pencher de nouveau sur les documents fournis par le sénateur Mike Duffy.

Le bureau de la leader conservatrice au Sénat, Marjory LeBreton, a confirmé vendredi que les sénateurs désiraient que le rapport des réclamations de dépenses de M. Duffy soit de nouveau examiné par le comité de régie interne.

Le comité a déposé un premier rapport sur cette question la semaine dernière, y compris des audits indépendants des réclamations déposées par M. Duffy, ainsi que par les sénateurs Patrick Brazeau et Mac Harb.

La vérification des réclamations de M. Duffy est toutefois incomplète. Le sénateur de l'Île-du-Prince-Édouard a refusé de collaborer avec les vérificateurs après qu'il eut déclaré en mars avoir remboursé plus de 90 000 $ en dépenses douteuses.

Cela a forcé les vérificateurs à concéder, dans leur rapport, qu'ils ne pouvaient pas dresser un portrait complet des documents de M. Duffy.

Un porte-parole du bureau de Mme LeBreton a indiqué qu'en vertu des faits rapportés jeudi par La Presse canadienne, selon lesquels le sénateur aurait fait campagne pour les conservateurs en avril 2011 en affirmant travailler pour la Chambre haute, les sénateurs allaient exiger des examens supplémentaires.

M. Duffy a quitté le caucus conservateur jeudi soir, alors que la controverse continuait de faire rage par rapport à ses réclamations.

Le comité de régie interne, sous majorité conservatrice, avait tenté de forcer un vote pour clore la question, la semaine dernière, mais les libéraux se sont interposés.
Les sénateurs pourraient déterminer la marche à suivre lors de la reprise des travaux, mardi. Le comité pourrait ainsi demander à M. Duffy de remettre les informations n'ayant pas été remises aux vérificateurs, lorsqu'il a cessé de collaborer à l'enquête.

Remboursement

Pendant ce temps, la commissaire à l'éthique, Mary Dawson, est également impliquée dans cette affaire, alors qu'elle tente de déterminer de quelle façon M. Duffy est entré en possession des 90 000 $ nécessaires pour rembourser ses réclamations.

Le chef de cabinet du premier ministre Stephen Harper, Nigel Wright, a payé de sa poche pour permettre à M. Duffy de rembourser la somme de 90 000 $, un geste qui semble être en violation du code d'éthique interdisant aux sénateurs d'accepter des cadeaux.

«Notre bureau est en contact avec le bureau de la commissaire à l'éthique [....] et le sénateur Duffy doit répondre à certaines questions, mais il le fera désormais en tant que sénateur indépendant», a déclaré vendredi Andrew MacDougall, un porte-parole du premier ministre.

MM. Harb et Brazeau contestent tous deux l'obligation de rembourser leurs réclamations erronées, respectivement évaluées à 51 482 $ et 48 744 $.

Le Nouveau Parti démocratique a pour sa part réclamé une enquête d'Élections Canada par rapport aux déplacements de M. Duffy pour le compte des conservateurs, lors de la campagne électorale de 2011.
5 commentaires
  • Paul Michaud - Abonné 17 mai 2013 18 h 39

    Les Sénateurs

    Si je retire trop d'assurance-chômage, qu'est-ce qui m'attend?
    Si je ne paie pas mes impôts, qu'est-ce qui me guette?
    Si je suis Sénateur et que je fraude, qu'est-ce qui m'arrive? Un proche du 1er ministre en personne s'occupe que je ne sois pas dans l'embarras et paie pour moi! C'est beau la solidarité sociale quand même!
    Comment ce Sénateur a t-il vote au sujet de la réforme de l'AE? Comment a t'il vote sur la réforme de l'immigration pour que cette bande de profiteurs (?) du système ne puisse piller notre patrimoine.
    J'espère qu'on va lui laisser son salaire et son généreux régime de retraite à ce valeureux citoyen qui défend nos valeurs.

  • Fernand Lachaine - Inscrit 17 mai 2013 19 h 36

    Un exemple que ce canada.

    Combien d'autres ont soutiré de l'argent de nos impôts.C'est diviguant n'est-ce-pas?
    De grands seigneurs de la pureté fédéraliste se font prendre, semaine après semaine.
    C'est comme une débâcle, un résidu de Chrétien. Lui le grand chef du NON.

  • Yves Bernard - Abonné 17 mai 2013 19 h 44

    Gouvernance conservatrice

    Je dois dire que voir les déboires des sénateurs conservateurs ne me laissent pas indifférent. J'ai vraiment de la difficulté à contenir ma joie ! Tout ce beau monde qui nous rabat les oreilles sans arrêt avec l'importance de la transparence et la gestion saine des finances publiques et les coupures dans le gras, je dois dire qu'ils ne prêchent pas par l'exemple.

  • François Dugal - Inscrit 17 mai 2013 23 h 28

    «Moral Majority»

    Et, en prime, nous avons droit à la leçon de morale.
    Ben coudonc ...

  • Carroll Roy - Inscrit 18 mai 2013 10 h 48

    C'est avec un profond regret

    que j'en suis informé. sniff. sniff...