Le ministre Blaney dans l’embarras

Ottawa — Le gouvernement conservateur ne s’excuse pas de ses multiples célébrations des batailles militaires passées. Au contraire, pour se défendre, le ministre Steven Blaney a fait valoir que sans les efforts des soldats canadiens le succès musical planétaire Gangnam Style n’aurait jamais vu le jour, ni envahi les ondes de nos radios.

Participant à une cérémonie commémorant la participation de marins canadiens à la bataille de l’Atlantique pendant la Seconde Guerre mondiale, le ministre des Anciens Combattants et député de Lévis a affirmé que la population était invitée à « redécouvrir ce qu’ils [les soldats canadiens] ont fait, à s’approprier ce qui est notre histoire et ce qui fait notre fierté, notre identité aussi ». Lors de son point de presse, dimanche, il a ajouté qu’il « n’y aurait pas de Gangnam Style si ce n’avait pas été du sacrifice des Canadiens, des membres des Nations unies, qui se sont alliés avec une résolution pour faire en sorte qu’on repousse le communisme », citant aussi les réussites économiques de compagnies comme Kia et Hyundai.


Son attaché de presse est venu lundi défendre les propos de son ministre. « Grâce aux sacrifices des vets canadiens, la Corée du Sud est une démocratie prospère. Elle est aussi une superpuissance culturelle », a défendu Jean-Christophe de Le Rue sur Twitter.


Le chef néodémocrate estime toutefois que le discours du ministre Blaney « dépasse l’entendement » alors qu’on parle d’une « guerre très sérieuse qui a coûté énormément de vies humaines ». « Une chance que le ridicule ne tue pas, a déploré Thomas Mulcair. À un moment donné, il y a une limite à la bêtise des conservateurs, mais, de toute évidence, on ne l’a pas encore atteinte. »


***

 

Une application contre l’ESPT

Ottawa espère pouvoir aider les anciens soldats et leurs proches à mieux vivre avec l’état de stress post-traumatique (ESPT) grâce à une application pour téléphones intelligents et le financement d’une étude universitaire de deux ans. L’application gratuite, nommée Coach ESPT Canada, fournira de l’information, un autodiagnostic des symptômes, de même que de l’information sur les endroits où trouver de l’aide. Elle comprend des outils, dont des conseils de relaxation et de gestion de la colère. De plus, près de 376 000 $ seront investis pour une étude sur deux ans qui tentera de déterminer l’efficacité de la thérapie cognitive pour soigner les adultes souffrant d’ESPT.

La Presse canadienne

À voir en vidéo