Prime de risque des soldats : décision révisée

Ottawa – Le gouvernement Harper tente de trouver le moyen de sortir d’un champ de mines politique, en implorant un comité fédéral d’annuler la décision de réduire à compter du 15 avril les « primes de danger » versées aux militaires en mission. L’armée avait initialement prévu que l’allocation soit réduite de plus de 30 %, ce qui aurait signifié près de 500 $ par mois en moins pour les quelque 920 soldats basés à Kaboul, qui travaillent à la formation des forces afghanes. La décision conjointe du Conseil du trésor et du ministère de la Défense a d’abord été justifiée par le fait que Kaboul est une ville plus sûre que le sud de l’Afghanistan, une zone instable où les soldats canadiens avaient déjà été déployés (à Kandahar). Mais dans un exercice de contrôle des dégâts, des fonctionnaires du bureau du premier ministre ont demandé mercredi aux membres du comité, qui ne se réunissent que quatre fois par an, de convoquer une rencontre « dès que possible » pour annuler la décision. Le ministre de la Défense, Peter MacKay, n’était pas disponible pour répondre aux questions, mais le ministre des Anciens Combattants, Steven Blaney, a indiqué à Lévis que cette décision « inappropriée » était « révisée ».

À voir en vidéo