Arménie: la position du Canada est mal perçue

Selon l’ambassadeur turc au Canada, la décision du gouvernement Harper de qualifier les meurtres d’Arméniens par les Turcs ottomans de « génocide » a un impact défavorable sur la lucrative relation commerciale entre les deux pays. Tuncay Babali a clairement dit que la position adoptée par le Canada en 2004 sur ce carnage, qui a fait 1,5 million de victimes arméniennes entre 1915 et 1923, est toujours mal reçue en Turquie. Ces allégations, poursuit-il, sont sérieuses, et se doivent d’être validées légalement et historiquement. La Turquie souhaite approfondir sa relation commerciale avec le Canada (les échanges bilatéraux atteignent 2,5 milliards de dollars), idéalement par l’entremise d’une entente de libre-échange complémentaire à celle qu’Ottawa doit signer avec l’Union européenne. On ne peut toutefois brasser des affaires comme si de rien n’était lorsque l’une des nations impliquées accuse l’autre de génocide, a toutefois précisé Tuncay Babali au cours d’une entrevue.

À voir en vidéo