Prière de correspondre en anglais seulement

Julian Fantino
Photo: - Archives Le Devoir Julian Fantino

Ottawa — Par deux fois, le bureau du ministre conservateur anglophone Julian Fantino a demandé à ce que toutes ses correspondances soient rédigées exclusivement en anglais, sauf avis contraire, et ce, même si le destinataire est francophone.


Cette directive pourrait contrevenir à la Loi sur les langues officielles, qui stipule que les employés fédéraux ont le droit de travailler dans la langue de leur choix. Même si le bureau du ministre semble avoir rajusté le tir depuis, le commissaire aux langues officielles a accepté d’enquêter sur la situation, à la demande des néodémocrates.


Quelques jours seulement après l’arrivée de M. Fantino à l’Agence canadienne de développement international (ACDI), les employés ont reçu une note de service émanant de son cabinet les informant qu’à moins d’avis contraire, toutes les lettres sur lesquelles on apposait sa signature devaient être rédigées en anglais pour être expédiées.


« On s’est fait dire au mois de juillet que M. Fantino fonctionnait comme ça à son ancien poste », a affirmé à La Presse canadienne un employé de l’ACDI qui a demandé l’anonymat. M. Fantino était ministre associé de la Défense nationale avant un mini-remaniement l’été dernier.


Quand des questions ont été posées à ce sujet, la directive est tombée, s’est rappelé le fonctionnaire. Puis, en février dernier, une nouvelle note, rédigée en anglais, a été envoyée. « Je voudrais réitérer que TOUTE la correspondance signée par le ministre doit être envoyée en anglais », peut-on lire dans le courriel émanant du cabinet de Julian Fantino.


Selon l’employé de l’agence, cette consigne s’appliquait notamment aux lettres qui s’adressaient aux fonctionnaires de l’ACDI.


« Dans les cas spéciaux, c’est-à-dire pour le premier ministre [haïtien Lauren] Lamothe, alors c’est logique, mais par exemple, pour les lettres de remerciement au personnel pour le voyage en Éthiophie, nous avons relevé deux fois qu’il y en avait en FR [français] », poursuit l’adjointe au bureau du ministre. « Je comprends que nous savons que la première langue des destinataires est le français, cependant, le ministre peut écrire en anglais s’il choisit de le faire. C’est également en accord avec la Loi sur les langues officielles », conclut le courriel.


Plainte du NPD


Ce n’est toutefois pas l’avis du porte-parole néodémocrate en matière de langues officielles, Yvon Godin, qui a déposé une plainte à ce sujet au commissaire aux langues officielles, Graham Fraser. « On est un pays supposément bilingue. Quand le ministre veut signer ses lettres en anglais et rédiger ses lettres en anglais sans égard aux langues officielles, il y a un problème », a déploré le député d’Acadie-Bathurst.


Au bureau de M. Fantino, on assure toutefois que le ministre respecte la loi. « M. Fantino respecte et utilise les deux langues nationales. Cependant, dans ce cas-ci, il voulait envoyer des lettres de remerciement personnalisées à quelques employés », a répondu sa directrice des communications, Meagan Murdoch, par courriel.


Saisi de l’affaire, le bureau de M. Fraser ne peut commenter le cas spécifique avant la fin de l’enquête. « Est-ce qu’une lettre unilingue au personnel éthiopien est en accord avec la loi ? Ce sera à l’enquête de le déterminer », a expliqué le gestionnaire aux affaires publiques, Nelson Kalil. « Mais en général, la correspondance du ministère ou du ministre doit être rédigée dans les deux langues officielles. Mais on devra se pencher là-dessus », a-t-il noté.

À voir en vidéo