Joe Clark au Devoir - Le Canada «perd de l’influence»

Joe Clark déplore le retrait du Canada de la Convention de l’ONU pour lutter contre la désertification.
Photo: La Presse canadienne (photo) Jeff McIntosh Joe Clark déplore le retrait du Canada de la Convention de l’ONU pour lutter contre la désertification.

Ottawa — La décision d’Ottawa de se retirer en catimini d’une convention onusienne pour lutter contre la désertification continue de susciter des réactions parmi les prédécesseurs des conservateurs de Stephen Harper. Le dernier en lice : l’ancien premier ministre progressiste-conservateur Joe Clark, qui estime que le gouvernement Harper fait une grave erreur en tournant le dos à des décennies de tradition diplomatique canadienne pour s’isoler davantage sur la scène internationale.


En coupant les ponts avec cette convention, le gouvernement de Stephen Harper semble faire un pas de plus pour rompre les liens de façon plus générale avec l’Organisation des Nations unies (ONU), après avoir critiqué l’entité internationale à maintes reprises au fil des dernières années. Résultat, « on perd de l’influence, la capacité d’avoir un impact », en haussant le ton plutôt qu’en défendant fermement nos volontés auprès d’organismes internationaux, résume l’ex-dirigeant du pays, qui a de surcroît oeuvré comme secrétaire d’État aux Affaires extérieures.


« Vous ne pouvez pas rester à l’écart d’organisations aussi précieuses parce que, parfois, elles sont en désaccord avec vous. En fait, au contraire, la meilleure chose à faire lorsqu’il y a des désaccords c’est de défendre votre point de vue auprès de ceux qui ont à être convaincus », a expliqué Joe Clark lors d’un entretien téléphonique avec Le Devoir mardi.


Le gouvernement de Stephen Harper s’est retiré en douce de la Convention de l’ONU pour lutter contre la désertification, il y a deux semaines - un geste si discret que c’est La Presse canadienne qui a appris aux Nations unies la décision du Canada, lorsque l’agence a appelé pour obtenir des commentaires. Ceux-ci sont venus le lendemain, dans un communiqué qui déplorait un geste « regrettable » du gouvernement canadien, tout en soulignant que le Canada est lui-même « souvent sujet à une désertification, une dégradation des terres, et à la sécheresse », puisque 60 % des terres agricoles y sont en terrains secs.


Or, outre la lutte contre la désertification, c’est aussi celle contre les changements climatiques que semblent esquiver une nouvelle fois les troupes de Stephen Harper en se retirant de cette convention, selon Paul Heinbecker. Cet ancien ambassadeur du Canada à l’ONU et ex-conseiller politique de Brian Mulroney dénonçait à son tour le geste politique des conservateurs dans le Globe and Mail lundi, accusant le gouvernement de donner « l’impression qu’il se fout des changements climatiques [et] qu’il ne se soucie plus de l’Afrique ».


Mais c’est surtout le poids du Canada sur la scène internationale qui est en jeu, et avec ce dernier geste, le gouvernement canadien vient de se tirer dans le pied, croit Joe Clark. « C’est une question de respect. Si nous continuons à faire preuve d’un manque de respect à l’endroit des Nations unies, naturellement, elles ne seront pas aussi rapides quand vien[dra] le temps de répondre à nos intérêts ou nos interventions », anticipe-t-il.

 

Ottawa plaide un manque de résultats


Au cabinet conservateur, on martèle que le programme était embourbé dans la bureaucratie et que, des 350 000 $ versés chaque année par Ottawa, seuls 18 % servaient réellement à poser des gestes concrets sur le terrain.


Invité à préciser si le Canada continuerait d’appuyer l’ONU dans les années à venir, le ministre des Affaires étrangères est resté vague, lors d’une téléconférence depuis les Émirats arabes unis, où il était de passage cette semaine dans le cadre d’un voyage au Moyen-Orient. « Le Canada est le pays qui offre le 7e plus important soutien financier à l’ONU. Ce qu’on fait avec nos sommes consacrées au développement, c’est de tenter de s’assurer que chaque dollar mène à des résultats. Et notre préoccupation, quant à cette agence, c’est que nous n’obtenions pas de résultats quant aux ressources financières que nous mettions de l’avant, a plaidé John Baird, mardi. Je trouve par ailleurs intéressant que personne n’ait soulevé cette question pendant mon voyage ici », a-t-il en outre tenu à noter. M. Baird et ses collègues ont maintes fois répété que leur gouvernement n’était pas intéressé, en matière d’affaires étrangères, à « continuer à suivre la ligne pour continuer à s’entendre ».

 

Des critiques partagées


À l’instar de M. Clark, l’ancien ministre des Affaires étrangères de Jean Chrétien, Lloyd Axworthy, a également fait valoir, la semaine dernière, qu’il valait mieux, en diplomatie, rester à la table que claquer la porte et adopter une approche d’« ermite ». « Si le gouvernement n’aime pas ce qui se passe, alors qu’il y siège et change les choses. C’est le rôle premier du Canada, de rendre efficaces les institutions internationales et de travailler à un dialogue et à une discussion afin d’arriver au résultat espéré. Plutôt que de ramasser ses affaires et rentrer chez soi », déplorait-il sur les ondes de CTV à l’annonce de la nouvelle.


Au-delà des opinions personnelles de certains membres du conseil des ministres de Stephen Harper, ou du premier ministre lui-même, « le gouvernement dans son ensemble, le Canada dans son ensemble, devrait reconnaître à quel point ces organisations sont précieuses pour nous », argue d’autre part Joe Clark. L’ex-premier ministre trouve ironique de voir Ottawa se retirer d’une convention qui tente de trouver des solutions à la désertification et à la sécheresse, puisque sous son règne aux Affaires étrangères - après que Brian Mulroney lui eut succédé à la tête du pays -, il avait lui-même mené la réponse canadienne à la sécheresse en Éthiopie. Et la générosité des Canadiens envers cette population africaine avait été « extraordinaire », souligne-t-il. « Voilà un dossier dans lequel l’intérêt des citoyens canadiens a été clairement démontré. Et le gouvernement, lorsqu’il pose de tels gestes envers l’ONU, assume probablement que peu de Canadiens vont le remarquer. Ils ont peut-être fait un mauvais calcul dans ce dossier », estime M. Clark.

À voir en vidéo