Fermeture du centre de sauvetage de Québec - Ottawa attendra le «OK» de Graham Fraser

Dans un rapport d’enquête l’an dernier, le commissaire aux langues officielles Graham Fraser avait exhorté Pêches et Océans de reporter la fermeture du centre de recherche et sauvetage de Québec.
Photo: La Presse canadienne (photo) Adrian Wyld Dans un rapport d’enquête l’an dernier, le commissaire aux langues officielles Graham Fraser avait exhorté Pêches et Océans de reporter la fermeture du centre de recherche et sauvetage de Québec.

Ottawa — Le gouvernement fédéral est convaincu que la fermeture du centre de recherche et sauvetage de Québec ne menacera pas les services offerts aux francophones en détresse. Nonobstant, la Garde côtière attendra l’avis du commissaire aux langues officielles sur la question avant d’aller de l’avant.

Les troupes de Stephen Harper ont annoncé en 2011 que le centre de sauvetage maritime de Québec fermerait ses portes, pour que les opérations soient menées depuis Halifax, en Nouvelle-Écosse, et à Trenton, en Ontario. Or, les partis d’opposition craignent que les francophones peinent à se faire comprendre ou à saisir les propos de leurs interlocuteurs, d’autant plus en situation de détresse et de panique. « On parle de sauver des vies », a maintes fois fait valoir le néodémocrate Yvon Godin, porte-parole de son parti pour les langues officielles.


Le ministère des Pêches et Océans - responsable de la Garde côtière canadienne - assure depuis le début que les services seront toujours disponibles dans les deux langues officielles, même à Halifax et Trenton. Mais dans un communiqué diffusé jeudi soir, la Garde côtière a expliqué qu’elle « reconnaît que le gouvernement doit être absolument convaincu » de la chose. Le dossier sera donc confié au commissaire aux langues officielles Graham Fraser « pour s’assurer que les services en français offerts à partir du centre conjoint des opérations de sauvetage de Halifax soient de niveau égal ou supérieur à ceux qui sont offerts actuellement ». Tant et aussi longtemps que M. Fraser n’aura pas donné son aval, le centre de Québec restera ouvert, a certifié le communiqué.


Le commissaire Graham Fraser avait déjà annoncé qu’il devancerait le suivi de ses recommandations offertes à la Garde côtière, en prévision de la date prévue de fin des opérations au centre de Québec le 15 avril. Dans un rapport d’enquête l’an dernier, M. Fraser s’était inquiété des impacts de ces changements et avait exhorté Pêches et Océans de reporter la fermeture du centre de la capitale nationale.


Annoncée dans le budget de 2011, l’intégration du centre de sauvetage maritime à celui d’Halifax était à l’origine prévue pour le printemps 2012.

À voir en vidéo