cache information close 

Des excuses à Saganash

Bernard Valcourt
Photo: La Presse canadienne (photo) Adrian Wyld Bernard Valcourt

À peine nommé aux Affaires autochtones, le ministre Bernard Valcourt est dans l’embarras. Il a été forcé de s’excuser auprès du néodémocrate Romeo Saganash, après qu’il eut semblé avoir mis en doute son origine autochtone aux Communes. Interrogé par l’ancien leader cri du Québec devenu député du NPD, le ministre Valcourt s’est attiré l’ire des partis d’opposition jeudi lorsqu’il a commencé sa réplique en disant répondre à la question « venant d’un député qui dit appartenir à la nation autochtone canadienne ». Rapidement, il a été forcé d’interrompre sa réponse, sous les huées de l’opposition. Dès la fin de la période des questions, M. Saganash a invité le ministre à « rectifier ses propos parce qu’il met en doute mes origines autochtones, dont je suis très fier ».

« Et il n’est pas sans savoir qu’il n’y a pas une seule nation autochtone au pays », a en outre souligné le néodémocrate, qui estime que les propos du ministre traduisent un manque de respect partagé par les ministres conservateurs. Et c’est un discours qui n’« aide pas la cause […] quand les autochtones voient ça », a-t-il ajouté à sa sortie de la Chambre. M. Valcourt a répondu qu’il ne voulait « aucunement mettre en doute ni l’intégrité ni l’identité du député. S’il est offensé par mes propos, je m’en excuse profondément. » Le ministre a commis sa bourde alors que M. Saganash l’invitait à expliquer un autre faux pas commis la veille. En point de presse à Winnipeg pour vanter le projet de loi de son gouvernement sur la transparence des conseils de bande autochtones, M. Valcourt avait eu affaire à des manifestants venus crier leur désaccord, à coups de tambours traditionnels. Devant la caméra de Radio-Canada, le ministre avait lâché : « Il va-tu se fermer la gueule, lui ? »

M. Valcourt a succédé à brûle-pourpoint à John Duncan, qui a quitté les Affaires autochtones subitement à la mi-février après qu’il eut été révélé qu’il avait écrit une lettre à la Cour canadienne de l’impôt pour intervenir en faveur d’un électeur de sa circonscription. « L’ancien ministre des Affaires autochtones ne faisait pas grand-chose, il n’écoutait pas les peuples autochtones, mais au moins, il se gardait de leur dire ouvertement de se fermer la gueule. Quand on parle de reconstruire une relation avec les peuples autochtones, c’est avec respect qu’on doit le faire. Le nouveau ministre a démontré [mercredi] qu’il n’est pas mieux que l’ancien », venait de lancer M. Saganash à M. Valcourt lorsque ce dernier lui a lancé sa réplique salée.

1 commentaire
  • Pierre Lefebvre - Inscrit 29 mars 2013 06 h 47

    De la langue

    De la langue de bois dont ne dispose pas le «ministre» Valcourt, on passe au cerveau de bois ! La fée bleue a de l'ouvrage à Ottawa pour transformer tous ces Pinoccios en vrai petits garçons.