L'assurance-emploi à l'agenda de la rencontre entre Marois et Harper

Lévis — Tout indique que la rencontre entre Pauline Marois et Stephen Harper, en fin d'après-midi à Lévis, ne se traduira pas par un réchauffement des relations entre Québec et Ottawa.

Les deux premiers ministres vont s'entretenir en privé en fin de journée, en marge d'une annonce faite par le premier ministre Harper, qui devrait confirmer un investissement de quelque 19 millions $ visant à aménager une infrastructure à la taverse de Lévis, sur la rive-sud de Québec.

C'est la première fois que les deux premiers ministres se rencontrent en sol québécois. Ils s'étaient vus, brièvement, une première fois, en octobre dernier, lors du Sommet de la Francophonie, à Kinshasa, au Congo.

L'économie sera le sujet de discussion principal à l'ordre du jour, mais deux dossiers chauds risquent de monopoliser les échanges, soit l'impact sur les travailleurs québécois de la réforme de l'assurance-emploi et les conséquences sur le Code criminel du projet québécois visant à légaliser l'aide médicale à mourir dans certaines circonstances bien balisées.

C'est ce qu'a laissé entendre la première ministre Marois, vendredi, en point de presse, au moment de clôturer les travaux du caucus de deux jours de ses députés, qui s'est tenu à L'Estérel, dans les Laurentides, en prévision de la prochaine session parlementaire débutant le 12 février.

Elle a fait valoir notamment que la réforme fédérale du programme d'assurance-emploi pénalisait particulièrement le Québec, dont l'économie repose en bonne partie sur les emplois saisonniers, dans les domaines du tourisme, de la foresterie et de la pêche.

Pour ce qui est de l'aide à mourir, Mme Marois a dit espérer que le gouvernement fédéral ne lui mettrait pas de bâtons dans les roues. Le Code criminel, de compétence fédérale, interdit toute forme d'euthanasie ou d'aide au suicide.


2 commentaires
  • Eddy Nat - Inscrit 1 février 2013 16 h 04

    C'est ce qu'on appelle préparer des querelles pour favoriser des «conditions gagnantes» lors d'un prochain référendum sur la souveraineté... Vous vous souvenez de l'astuce du homard dans la cage ????

    • Pierre Lefebvre - Inscrit 4 février 2013 08 h 27

      Woah ! Pas de chicane ! Laissons-nous voler, piller, enlever nos économies, mais surtout pas de chicane ! Ils ont vidé nos poches, ils ont arraché les coutures dans le fond, ils sont maintenant rendu à nous arracher la peau des cuisses, quand est-ce qu'on va chicaner un 'tit peu ?