Autochtones - Ottawa investit 330 millions dans les réseaux d’aqueduc et d’égout

Des manifestations pancanadiennes ont marqué la rencontre de vendredi entre les Premières Nations et le premier ministre Stephen Harper.
Photo: La Presse canadienne (photo) Jonathan Hayward Des manifestations pancanadiennes ont marqué la rencontre de vendredi entre les Premières Nations et le premier ministre Stephen Harper.

Ottawa – Au moment où le mouvement autochtone Idle No More prend de l’ampleur, le gouvernement Harper a annoncé dimanche de nouveaux investissements fédéraux de 330 millions sur deux ans dans les réseaux d’aqueduc et d’égout des réserves des Premières Nations.

Le ministre des Affaires autochtones et du Développement du Nord canadien, John Duncan, a indiqué que le gouvernement était déterminé à régler les problèmes liés à l’approvisionnement en eau et au traitement des eaux usées dans les réserves. Les fonds seront alloués à une cinquantaine de collectivités autochtones, notamment en Saskatchewan, en Alberta et en Colombie-Britannique. Ils serviront entre autres choses à l’amélioration de la surveillance de la qualité de l’eau potable.


Ce nouvel investissement vient s’ajouter aux quelque 197 millions que le gouvernement fédéral injecte chaque année dans les programmes d’approvisionnement en eau et de traitement des eaux usées dans les collectivités des Premières Nations.


Mulcair inquiet


Cette annonce survient deux jours après la rencontre entre le premier ministre Stephen Harper et les Premières Nations, rencontre à laquelle n’a pas participé la grande chef d’Attawapiskat, Theresa Spence, qui poursuit une grève de la faim depuis le 11 décembre dernier. Mme Spence a toutefois rencontré le gouverneur général, David Johnston.


En entrevue dimanche à l’émission Question Period sur les ondes du réseau CTV, le chef du NPD, Thomas Mulcair, a demandé à la grande chef d’Attawapiskat, Theresa Spence, de recommencer à s’alimenter normalement.


M. Mulcair a déclaré qu’il était toujours préoccupé lorsqu’une personne semble prête à sacrifier sa vie pour une cause. Selon lui, Mme Spence devrait cesser sa diète liquide puisque le premier ministre Stephen Harper a rencontré des chefs autochtones, la semaine dernière. « Je demande sincèrement à la chef Spence de réaliser qu’il y a eu un pas dans la bonne direction, pour tenter de voir si nous pouvons maintenir la pression sur le gouvernement pour aller de l’avant, a-t-il dit. Nous avons eu une année où rien n’a été fait après une rencontre très formelle. Mais le gouvernement semble finalement bouger, et je crois que la meilleure chose à faire serait de reculer [sur la question de la diète liquide]. »


Mme Spence s’est engagée à continuer le combat tant et aussi longtemps que les chefs autochtones n’auront pas rencontré en même temps et dans la même pièce M. Harper et le gouverneur général David Johnston. La chef d’Attawapiskat ne se nourrit que de bouillon de poisson et de thé.


Manifestations en vue


Après un week-end plutôt calme, le mouvement Idle No More compte se regrouper en organisant plusieurs manifestations au cours de la semaine.


Des manifestants ont bloqué la principale voie de chemin de fer entre Toronto et Montréal à deux reprises au cours des dernières semaines, mais les transporteurs ferroviaires nationaux n’ont pas voulu donner beaucoup de détails sur leurs plans pour d’autres manifestations.


Via Rail dit être prête pour d’autres barrages ferroviaires, tandis que le Canadien Pacifique soutient surveiller la situation. Le Canadien National n’était pas disponible pour faire des commentaires.


Non aux médailles


Par ailleurs, Stephen Harper a rendu hommage à un groupe d’Ontariens samedi en leur décernant un prix national pour leur implication communautaire, mais une militante canadienne de premier plan a promis de renvoyer son prix.


Maude Barlow, la présidente nationale du groupe citoyen Conseil des Canadiens, a confié qu’elle envisageait de retourner sa Médaille du jubilé de diamant de la reine Elizabeth II au bureau du gouverneur général, David Johnston, en guise de solidarité envers Theresa Spence et la vague de protestations Idle No More.


La veille, l’auteure Naomi Klein et la chanteuse Sarah Slean avaient écrit sur leurs comptes Twitter respectifs qu’elles rejetaient les offres de recevoir une médaille pour la même raison.


Selon Mme Barlow, la médaille est un symbole des liens aujourd’hui rompus entre la Couronne, Ottawa et les Premières Nations, a-t-elle affirmé, dans une entrevue téléphonique accordée à La Presse canadienne. Mme Barlow a déclaré que c’est la colère de Mme Spence vendredi, à la suite de sa rencontre avec M. Johnston, qui l’a poussée à décider de renvoyer le prix dès lundi.

À voir en vidéo