Course à la direction du PLC: Trudeau a déjà amassé 600 000 $

Ottawa — Justin Trudeau a amassé près de 600 000 $ au cours des trois premiers mois de sa campagne à la chefferie du Parti libéral du Canada.

Cette cagnotte inclut 125 000 $ en dons d'environ 1400 individus au cours des trois derniers jours de 2012.

La directrice de la campagne Katie Telford a souligné dans un courriel aux membres de l'équipe de M. Trudeau qu'un collecteur de fonds avait reçu plus de 20 000 $ le lendemain de Noël uniquement.

Bien que la capacité d'un candidat à amasser des fonds ne soit pas un gage de succès, il s'agit d'une mesure fiable de la capacité d'un candidat à se bâtir une base partisane suffisamment imposante pour lui permettre d'obtenir le soutien nécessaire pour l'emporter dans un scrutin où chaque membre a un vote.

Durant la course à la direction du Parti néodémocrate l'an dernier, Thomas Mulcair avait amassé le plus de dons — un peu plus de 443 000 $ en cinq mois — en route vers la victoire.

Mme Telford a confié que M. Trudeau, le favori dans la course à la direction du PLC, avait déjà amassé plus d'argent que M. Mulcair; des personnes impliquées dans la campagne ont estimé à environ 600 000 $ les fonds recueillis avec trois mois à faire à la course à la chefferie.

M. Trudeau, fils aîné de l'icône libérale et ancien premier ministre Pierre Trudeau, est depuis longtemps le meilleur collecteur de fonds du PLC.

Les six rivaux de M. Trudeau dans la course à la chefferie n'ont toujours pas publié leurs résultats, mais il est peu probable que l'un d'entre eux ait amassé plus de fonds que lui.

La course se terminera avec la nomination d'un nouveau chef, le 14 avril.
4 commentaires
  • - Inscrit 7 janvier 2013 19 h 30

    Comme quoi ...

    l'argent n'a pas horreur du vide !

  • jean-jacques thibault - Inscrit 7 janvier 2013 19 h 32

    Levée de fond.

    J'aimerais bien connaître les sources de ces fonds.

    Je ferais référence à la photo prise lors de l'annonce de la nomination de monsieur Trudeau dans son comté. Il y avait une représentation fort importante d'un certain groupe religieux qui est d'ailleur toujours présent au côté du Premier ministre, monsieur Harper. en Chambre. Ce dernier a même été prévenu d'un certain danger d'extrémiste par la Ministre des Affaires étrangères de l'Inde, lors de la dernière visite de monsieur Harper. Radio-Canada en a même parlé à son téléjournal.

    J'aimerais beaucoup qu'une enquête journalistique soit faite un jour sur cette présence de plus en plus importante.

    Un visiteur fréquent de l'Inde,

    Jean-Jacques Thibault
    Trois-Rivières.

    • Frédéric Jeanbart - Abonné 8 janvier 2013 00 h 19

      C'est ça le drame et le gros hic de nos pseudo-démocratries : à partir du moment où le financement est privé, le corps politique et son pouvoir deviennent privatisé, en les mains des "donnateiurs" (on devrait plutôt dire des investisseurs, cessons l'hypocrisie). Trudeau est la parfaite marionette en ce sens, en un pays ou les mentalités et perceptions oligarchiques avec son lot de fantasmes de cape-et-d'épée et de "preux sujets" de quelque fausse divinité filiale et couronnéede père en fils ont plus de valeur que la réelle démocratie...

  • claire Piché - Inscrit 7 janvier 2013 20 h 53

    Dis moi qui tu fréquentes...

    Le 22 décembre dernier à Toronto, Justin Trudeau a tenu un discours à la conférence « Faire revivre l'esprit islamique » en compagnie de Frères musulmans partisants de la charia et de la doctrine du djihad au Canada. Rien de moins.

    Les musulmans anti-charia du Canada ont protesté et soulevé l'ironie d'un Justin Trudeau prônant le vivre-ensemble dans une salle où les femmes avaient été mises à l'écart. Réf.: Point de bascule Canada

    Trudeau s'est également porté à la défense des islamistes en critiquant le gvt canadien pour avoir qualifié les crimes d'honneur d'actes barbares. Ni plus ni
    moins qu'un lèche-babouche ce Trudeau.

    À l'instar de M. Thibault, j'aimerais bien qu'un enquête journalistique se penche sur la provenance de cet argent et de ses acolytes.