Conférence islamique - Justin Trudeau fait fi des critiques

Justin Trudeau a été critiqué plus tôt ce mois-ci pour sa participation à la conférence Reviving the Islamic Spirit - Faire revivre l’esprit islamique - à cause d’allégations d’un lien entre l’un des commanditaires de l’événement et le groupe islamique militant Hamas.
Photo: La Presse canadienne (photo) Chris Young Justin Trudeau a été critiqué plus tôt ce mois-ci pour sa participation à la conférence Reviving the Islamic Spirit - Faire revivre l’esprit islamique - à cause d’allégations d’un lien entre l’un des commanditaires de l’événement et le groupe islamique militant Hamas.

Toronto — Justin Trudeau, l’un des candidats à la direction du Parti libéral du Canada, affirme que les gens qui ont critiqué sa participation à une conférence islamique à Toronto ne faisaient que chercher à diviser les Canadiens.

En s’adressant à des milliers de participants à cette conférence samedi, M. Trudeau a dénoncé ce qu’il a appelé les politiques de la division. Il a indiqué que les défis auxquels font face les Canadiens de classe moyenne de tous les milieux et de toutes les origines les rassemblaient contre les forces de l’intolérance.


M. Trudeau a été critiqué plus tôt ce mois-ci pour sa participation à la conférence Reviving the Islamic Spirit - Faire revivre l’esprit islamique - à cause d’allégations d’un lien entre l’un des commanditaires de l’événement et le groupe islamique militant Hamas.


Le commanditaire, IRFAN-Canada, s’est retiré de la conférence quelques jours après la médiatisation provoquée par les critiques sur le projet d’allocution de M. Trudeau. L’Agence de revenu du Canada avait enlevé à IRFAN son statut d’organisme de charité en 2011 pour avoir prétendument utilisé du financement trompeur pour envoyer des dons à des organismes liés au Hamas. IRFAN nie les allégations et conteste cette décision.


Sam Eskenasi, porte-parole de B’nai B’rith, une organisation juive luttant notamment contre l’antisémitisme, était présent lors du discours de M. Trudeau. « C’était un discours du genre : Nous devrions tous être très contents de pouvoir vivre ici au Canada, explique-t-il. L’atmosphère était très positive ».


B’nai B’rith avait dénoncé la participation du député libéral et avait demandé à le rencontrer avant la conférence, sans succès. M. Eskenasi ne critique pas la conférence elle-même, mais plutôt la présence de certains conférenciers qui ont eu, par le passé, des propos qui allaient à l’encontre des valeurs canadiennes. « Nous voulions l’informer au sujet des gens qui allaient partager le podium avec lui », dit M. Eskenasi, en entrevue avec Le Devoir. B’nai B’rith n’est pas la seule organisation à avoir critiqué la participation de M. Trudeau à la conférence.

 

Fondamentalisme


Le Congrès musulman canadien (CMC) a accusé M. Trudeau de ne pas savoir faire la différence entre les musulmans libéraux et les fondamentalistes. La présidente du CMC, Salma Siddiqui, a demandé à M. Trudeau de ne pas participer à la conférence, dans un communiqué publié plus tôt, ce mois-ci.


Le député libéral Marc Garneau, qui est aussi candidat à la chefferie, a dénoncé la participation de M. Trudeau, lui demandant de rencontrer les représentants de B’nai B’rith.

4 commentaires
  • François Dugal - Inscrit 26 décembre 2012 08 h 28

    Écran radar

    Le «plusse meilleur™» pays du monde vient enfin de réapparaître sur nos écrans radar.

  • Nicole Moreau - Inscrite 26 décembre 2012 09 h 13

    Monsieur Trudeau semble penser

    qu'avoir une vision du pays, c'est prendre des positions contraires à celles de monsieur Harper.

    Si le CMC estime que celui-ci ne fait pas de différences entre musulmans libéraux et fondamentalistes, il me semble que monsieur Trudeau aurait eu intérêt à les écouter un peu mieux

  • Michel Lebel - Abonné 26 décembre 2012 15 h 31

    Le vide!

    La pensée de Justin Trudau, je la cherche toujours! Quel vide!

  • Minona Léveillé - Inscrite 27 décembre 2012 11 h 19

    L'importance de d'informer

    Justin Trudeau dénonce ceux qui veulent soi-disant diviser les canadiens et prétend vouloir lutter contre "les forces de l’intolérance" mais il devrait lire les versets du Coran et les hadiths sur les non-musulmans et les apostats. Il aurait là un exemple parfait d'intolérance. Il pourrait aussi lire le programme des Frères musulmans, organisation à laquelle sont liés plusieurs participants à la conférence.

    Il s'est peut-être laissé séduire par les quelques versets tolérants envers les non-musulmans mais ils ont malheureusement tous été abrogés par des versets guerriers plus récents. Rien que les versets 9.29 et 9.5 abrogent 122 versets pacifiques.

    Ce doit être extrêmement déchirant pour les musulmans modérés de constater la difficulté, voire l'impossibilité de concilier des valeurs humaniste avec la doctrine de l'islam mais tout les efforts pour moderniser l'islam ne peuvent qu'échouer tant et aussi longtemps que personne n'osera remettre en question la pertinence du contenu de ses textes fondateurs et la perfection de son prophète.