Le Canada considère envoyer davantage de soldats en Haïti

Ottawa — Le gouvernement canadien considère discrètement la possibilité de proposer une contribution accrue du nombre de soldats affectés au maintien de la paix dans le cadre de la mission de stabilisation des Nations unies en Haïti, dans un geste de bonne volonté destiné au Brésil.

Cette puissance économique émergente de l'Amérique du Sud est la plus importante contributrice à la force militaire internationale déployée dans ce pays des Caraïbes, éploré depuis longtemps déjà.

Des émissaires d'Ottawa et de Brasilia ont discuté de la possibilité d'intégrer un peloton de soldats canadiens au sein d'une unité brésilienne, ainsi que d'envoyer un autre contingent de soldats canadiens qui sera chargé d'épauler les activités aux quartiers généraux et la logistique des opérations.

Le plan de contribution initial, obtenu par La Presse canadienne en vertu de la Loi sur l'accès à l'information, prévoit que 50 soldats canadiens devraient rejoindre les cinq déjà sur place.

Une note interne destinée au ministre de la Défense Peter MacKay, qui date du 6 janvier 2012, indique que l'état de la sécurité s'est stabilisé après le tremblement de terre dévastateur, mais qu'il demeure fragile.

La proposition circulait dans les couloirs des quartiers généraux de la Défense nationale depuis deux ans, mais n'a toujours pas obtenu l'accord du cabinet fédéral en dépit du fait qu'elle ait l'appui — selon les documents — de M. MacKay et du ministre des Affaires étrangères John Baird.
1 commentaire
  • sebastien rocher - Inscrit 21 décembre 2012 06 h 44

    action

    Bonjour, Haïti on en parle beaucoup, mais le mieux c'est encore d'agir. c'est pour cette raison qu'a été créée l'association heduc logi. Elle a pour but la construction d'une école dans la commune déshéritée de Dussape.
    Nous recherchons de l'aide financière, intellectuelle, matérielle, logistique...
    Venez visiter notre site: http://heduclogi.wordpress.com/
    Vous pouvez nous contacter: rocherseb82@gmail.com