F-35 - Boeing jouera le jeu

Ottawa — La compagnie Boeing accueille positivement la décision d’Ottawa de reprendre le processus de sélection de ses futurs avions de chasse. Le manufacturier américain d’un avion concurrent au F-35 de Lockheed Martin assure qu’il collaborera avec Ottawa.


« Boeing se réjouit de l’occasion qui lui est offerte de fournir au Canada les informations et les données relatives au F/A-18 Super Hornet », écrit la porte-parole de la section défense, aérospatial et sécurité de chez Boeing, Mary Ann Brett.


Ottawa a annoncé mercredi qu’il remisait, pour l’instant du moins, son intention d’acheter 65 avions F-35 pour reprendre le processus de sélection. Le gouvernement entend solliciter les autres manufacturiers, tels que Boeing ou Eurofighter, pour étudier leurs avions et voir s’ils ne pourraient pas répondre aux besoins militaires du Canada. Ce n’est qu’après cette évaluation qu’Ottawa décidera s’il lance un appel d’offres en bonne et due forme, s’il achète un autre avion sans appel d’offres ou s’il reste avec le F-35.


Certains experts soutiennent que le Canada ne pourra pas obtenir les informations détaillées des appareils à moins qu’un appel d’offres ne soit lancé, car ces informations sont sensibles et partagées de manière parcimonieuse. Est-ce le cas de Boeing ? La réponse est évasive.


« Un appel d’offres transparent permettrait au Canada de faire une comparaison complète en fonction de tous ses besoins et de prendre une décision éclairée dans le meilleur intérêt de toutes les parties prenantes », écrit Mme Brett. Les demandes de clarification n’ont obtenu aucune réponse.