Achat des F-35: 45 milliards pour 30 ans de vie utile

Les conservateurs ont finalement rendu public le détail des coûts nouvellement évalués des 65 avions de combat destinés à remplacer la flotte de CF-18 qui devaient être mis à la retraite d'ici 2020.
Photo: Lockheed Martin Les conservateurs ont finalement rendu public le détail des coûts nouvellement évalués des 65 avions de combat destinés à remplacer la flotte de CF-18 qui devaient être mis à la retraite d'ici 2020.

Ottawa — Si Ottawa va de l'avant avec l'achat des avions de combats F-35, il en coûtera précisément 45 milliards aux contribuables au total, une facture bien plus salée que celle envisagée au départ. Mais aucune décision ne sera prise avant une nouvelle évaluation des options, a assuré le gouvernement mercredi.

Les conservateurs ont finalement rendu public le détail des coûts nouvellement évalués des 65 avions de combat destinés à remplacer la flotte de CF-18 qui devaient être mis à la retraite d'ici 2020. Si le coût astronomique des F-35 peut frapper l'imaginaire, on tente de dorer la pilule en notant que la durée de vie de ces avions passerait de 20 à 30 ans par rapport au premier scénario prévu.

La firme comptable KPMG avait été mandatée pour rédiger un rapport indépendant sur les coûts véritables des appareils de Lockheed Martin. Dans son rapport, elle prévient la Défense nationale d'un point non négligeable: elle devra peut-être se contenter de 55 avions plutôt que de 65 si elle maintient son plafond d'acquisition à 9 milliards. KPMG juge en effet que le fonds pour éventualités prenant compte des risque appropriés devrait osciller entre 1,1 milliard et 2,5 milliards au total. Le ministère n'y prévoit que 602 millions.

Un haut-fonctionnaire a cependant assuré lors d'un briefing technique pour les journalistes que le plan était toujours d'acquérir 65 aéronefs.

La ministre des Travaux publics, Rona Ambrose, avait déjà en main le rapport de KPMG depuis quelques semaines, mais elle a préféré attendre la toute dernière semaine de travaux parlementaires pour en révéler le contenu. C'est que le dossier a été utilisé abondamment depuis un an comme munition par les partis d'opposition, qui réclament à l'unisson un appel d'offres transparent.

Quand le gouvernement a officialisé qu'il allait de l'avant avec les F-35 en 2010, le coût d'achat était évalué à 9 milliards. Mais c'était sans compter les frais d'entretien qui auraient plutôt frisé les 16 milliards.

Cette nouvelle estimation des coûts a été mise au grand jour par le vérificateur général Michael Ferguson dans son rapport printanier cette année. Du même souffle, le chien de garde du gouvernement a fortement critiqué les conservateurs pour l'opacité du processus d'acquisition.
3 commentaires
  • Frédéric Jeanbart - Abonné 12 décembre 2012 14 h 47

    Étonnant.

    ...Il faudrait voir le "Club" qui est derrière la recherche et développement de ces avions (état et financement), plus appropriés à des tactiques offensives. Près d'un milliard par avion... Il semble que l'on se serve de cela tel un levier pour financer autre chose via notre trésor public.

  • Jérémie Poupart Montpetit - Abonné 12 décembre 2012 17 h 02

    Quand on sait...

    Quand on sait que 10% de ce budget pourrait régler, du moins en très grande partie, la crise du logement social à l'échelle pancanadienne, on ne peut que s'étonner de l'obstination bornée de ce gouvernement envers un projet si inutile...

    à tous ces conservateurs obstinés, je dis ceci:

    étant les champions incontestés de la chasse aux B.S., aux démunis, aux défavorisés, aux malades chroniques et autres "dépendants" du système, pourquoi n'investissez vous pas dans ce projet social qui faciliterait le retour au travail de plusieurs milliers de Canadiens qui selon vous sont des "indésirables tributaires du système social" ?

    Nous utilisons à peine notre flotte aérienne pour la patrouille du nord et quelques (rares) mission outre-mer, alors que des gens claquent des dents sous la pluie ou la neige, forcés de vivre sans logement fixes dans des missions de fortune ? (je souhaite souligner l'excellent travail de la old brewery, l'armée du salut et maison du père et j'en passe dans ce temps difficile de noël)

    Jérémie Poupart Montpetit

  • Alain Hebert - Inscrit 12 décembre 2012 18 h 03

    trop cher pour un avion qui ne convient pas

    1 G$ par avion pour un avion qui ne convient pas à nos besoins, c'est un peu cher. Je rappelle que la mission no 1 de ces avions est d'assurer la souveraineté territoriale du Canada, pas de faire la gue-guerre en Lybie. Pour assurer cette souveraineté, il faut des avions (1) rapides et (2) fiables/autonomes sur de longs rayons d'action. Le F35, bien que le meilleur en combat rapproché, n'a aucune des deux qualités requises. Il est plutot lent (plus lent qu'un F18 ou qu'un Concorde) et sa fiabilité est douteuse puisqu'il possède un seul moteur.

    Si on est près à payer 1 G$ par avion, il vaudrait mieux développer notre propre avion, un intercepteur moderne optimisé pour la vitesse, l'altitude et les longs rayons d'action.