Registre des armes: beaucoup de députés libéraux sont d'accord avec Trudeau

Ottawa — On aurait pu imaginer que les commentaires de Justin Trudeau sur le registre des armes d'épaule auraient suscité des vagues au sein du caucus libéral. Il n'en est rien. De nombreux députés du Parti libéral du Canada (PLC) ont indiqué adhérer à divers degrés aux propos du candidat vedette de la course à la direction.

Vendredi, le député de Papineau avait affirmé que le registre des armes à feu constituait un «échec» et qu'il n'avait pas l'intention de le ressusciter.

Pourtant, pas plus tard qu'en février dernier, tous les députés libéraux avaient voté, sans exception, contre la loi C-19 détruisant le registre.

Lundi, parmi les élus libéraux qui se sont arrêtés devant les micros des journalistes, aucun n'a jeté le blâme sur M. Trudeau.

Joyce Murray, une de ses rivales dans la course, a confié elle-même être d'avis que le gouvernement libéral, à l'époque où il avait mis sur pied le registre, n'avait pas suffisamment consulté les Canadiens. Si elle était élue à la tête du PLC, elle ne s'engagerait pas nécessairement à restaurer le registre, mais à «trouver un autre moyen» pour assurer la sécurité des femmes et des policiers.

Francis Scarpaleggia, député de Lac-Saint-Louis, a fait valoir qu'il était «peu réaliste» qu'un nouveau registre puisse voir le jour bientôt.

Le député manitobain Kevin Lamoureux est allé jusqu'à affirmer qu'une promesse de créer un nouveau registre aurait pour effet de «détruire» le PLC ou n'importe quel parti qui s'aventurerait sur ce terrain.
10 commentaires
  • Pierre Meese - Inscrit 3 décembre 2012 14 h 55

    Une autre trahison libérale envers le Québec, rien de nouveau sous le soleil.

  • Sébastien Paquin - Inscrit 3 décembre 2012 15 h 18

    Stratégie

    Le registre est devenu une «patente à gosse» dont personne ne veut sauf les Québecois qui ont transformé celui-ci en dogme quasi-religieux; Il faut y croire même si ça donne rien!

    Les Libéraux veulent se battre contre les conservateurs partout au Canada, et non se disputer le Québec avec le NPD.

  • Stanislas Vézina - Inscrit 3 décembre 2012 15 h 31

    Entièrement d'accord

    Le registre a été établi à la suite de pressions politiques. Les argents affecté dans ce registre devraient être utilisés pour la mise sur pied de programmes axés sur la non violence. À noter que la fermeture de portes comme ce registre est la voie par excellence à la délinquence et à la violence.

  • Jean Boucher - Inscrit 3 décembre 2012 16 h 44

    La nausée nous monte au nez

    Selon un enregistrement présenté aujourd'hui à RDI, le fils Trudeau aurait fait un discours seulement en anglais à Hawkesbury en Ontario, une ville francophone à 80%. Pas un mot à ce sujet du présentateur et du «journaliste». Un simple oubli !/?*

    SVP les médias dit «nationaux», payés avec nos taxes, et les autres arrêtez de faire la publicité de cet apprenti politicien anti-francophone qui s'ignore en mal de pouvoir à tout prix.

  • Jean Lengellé - Inscrit 3 décembre 2012 16 h 52

    Le problème, ce n'est pas l'arme!

    Le problème, c'est le tireur, ou la tireuse! L'arme, enregistrée ou non est inoffensive.
    À quand un registre de la dangerosité des individus?