Ottawa investit 50 millions de dollars pour prévenir la criminalité

Le gouvernement du Canada vise les programmes de prévention pour s’attaquer à la violence des jeunes, à la délinquance chez les jeunes autochtones en milieu urbain et à l’intimidation dans les écoles, a expliqué le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu.
Photo: François Pesant - Le Devoir Le gouvernement du Canada vise les programmes de prévention pour s’attaquer à la violence des jeunes, à la délinquance chez les jeunes autochtones en milieu urbain et à l’intimidation dans les écoles, a expliqué le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu.

Le gouvernement canadien investit 50 millions au cours de cinq prochaines années pour lutter contre la criminalité. Le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu a fait cette annonce à Montréal, jeudi. « Avec le succès de la première phase de notre stratégie nationale de prévention du crime, je suis très fier d’annoncer le prochain appel de projets lié à la stratégie nationale. »

En juillet 2010, le sénateur avait procédé à la mise en oeuvre d’un projet de prévention de 7 millions de dollars à Montréal, projet qui « a permis de retirer des griffes des gangs de rue une centaine de jeunes filles et de garçons qui, aujourd’hui, peuvent espérer en un futur meilleur ».


Deux ans plus tard, il annonce le lancement de la seconde phase de la stratégie nationale de prévention du crime, qui implique des investissements de 50 millions à travers le pays sur cinq ans. Ce sont principalement des organismes communautaires d’aide aux jeunes qui bénéficieront de ce soutien financier.


Le gouvernement du Canada vise les programmes de prévention pour s’attaquer à la violence des jeunes, à la délinquance chez les jeunes autochtones en milieu urbain et à l’intimidation dans les écoles. « Ces investissements éviteront à des jeunes d’entreprendre une carrière de criminels, a affirmé Pierre-Hugues Boisvenu. Les millions de dollars investis aideront les familles de la région à donner à leur enfant un milieu de vie sain où ils pourront s’épanouir à l’abri de la violence et, surtout, de ne pas décrocher de l’école ou d’y retourner. »


Pour Pierre-Hugues Boisvenu, « le gouvernement du Canada croit à la prévention » et entend aider les parents qui se retrouvent « désemparés quand leur adolescent ou leur adolescente se fait littéralement kidnapper par la rue » grâce à de nouveaux investissements pour la stratégie nationale de prévention de la criminalité.

1 commentaire
  • Pierre Rousseau - Abonné 14 septembre 2012 11 h 29

    Tire-pousse

    D'une part, le gouvernement Harper investit 50M$ en prévention du crime, ce qui est excellent car on sait que cela a beaucoup plus de chances de garder les jeunes hors de la criminalité et de faire baisser les taux de récidive mais, d'autre part, ce même gouvernement change les lois pour obliger les juges à envoyer ces jeunes, le plus tôt possible lors de leur première incartade, en prison et les exposer à encore plus de criminalité et en fait, provoquer une augmentation des taux de criminalité... Mais ce 2è volet de la « stratégie » conservatrice en matière de criminalité reçoit des milliards de $ (police, procureurs, juges, prisons, gardiens de prison etc.). Face à ça, 50M$ ça ne fait pas le poids!