Commandites illégales - Le NPD a dû rembourser près de 345 000$

Ottawa – C’est finalement 344 000 $ que le NPD a dû rembourser à huit syndicats et presque autant d’entreprises pour avoir accepté de leur part des commandites illégales. Le NPD refuse de commenter cette tache à son dossier.


En septembre dernier, Le Devoir avait révélé que le NPD avait accepté d’importantes « publicités » syndicales lors de ses congrès. Les syndicats versaient 25 000 $ ou 35 000 $ chacun et obtenaient le droit d’afficher leur logo et de distribuer du matériel promotionnel aux militants présents au congrès. Seuls trois syndicats avaient accepté de révéler le montant de leur contribution, pour un total connu de 85 000 $.


À la suite d’une plainte du Parti conservateur, Élections Canada a tranché ce printemps que ces « publicités » étaient en fait des commandites. Les commandites de syndicats et d’entreprises sont interdites dans le système électoral canadien. Seuls les particuliers peuvent financer les formations politiques. Le NPD devait donc rembourser. Mais combien au juste ? Mystère. Le nouveau chef, Thomas Mulcair, refusait obstinément de révéler la somme totale touchée. C’est finalement le Toronto Star qui a diffusé dimanche des documents internes comptabilisant les commandites.


On apprend que le montant récolté a été de 40 860 $ au congrès de 2006, de 102 500 $ à celui de 2009 et de 201 108 $ à celui de 2011 à Vancouver. Au total, donc, le NPD a touché 344 468 $ (y compris la TPS), qu’il a dû rembourser en avril et mai derniers. À eux seuls, les Métallos ont versé un total de 75 000 $, plus la TPS.


Selon la porte-parole du parti, le remboursement représente la totalité des sommes encaissées. « Malgré notre désaccord, Élections Canada a estimé que les congrès ne représentent aucune valeur marchande », indique Chantal Vallerand. La Loi électorale autorise en effet les partis à recevoir de l’argent d’une entité corporative pour un service rendu, comme l’offre d’espace publicitaire, pour peu que la somme reçue corresponde à la « juste valeur marchande » dudit service. S’afficher à un congrès du NPD n’a donc, aux yeux d’Élections Canada, aucune valeur…


La somme est considérable. Elle représente 10 % de tous les dons amassés par le NPD dans les six premiers mois de 2012 (3,7 millions de dollars). « Étant donné l’ampleur des sommes, le retour a un impact certain sur nos finances, mais nous n’avons pas eu à emprunter pour le faire », assure Mme Vallerand.


Le Parti conservateur a fait grand cas de ce cas de violation de la Loi électorale par le NPD d’autant plus que ce dernier attaque régulièrement les troupes de Stephen Harper dans le dossier des appels frauduleux logés pendant la dernière campagne électorale fédérale.


« Notre gouvernement a supprimé les gros sous en politique en interdisant les dons des sociétés et des syndicats, a rappelé un communiqué de presse du PC. Malheureusement, il est maintenant clair qu’alors que le Parti conservateur créait un réseau populiste de partisans individuels faisant de petits dons, le NPD faisait chapeau bas devant les gros dirigeants syndicaux pour obtenir des fonds de “commandite”. » Le Parti conservateur se demande « quel genre d’influence la somme de 344 468 $ donne sur le NPD ? » et réclame la divulgation des rencontres ayant eu lieu entre Thomas Mulcair, son entourage et les dirigeants syndicaux. Le NPD n’a pas répondu à cette interpellation.

10 commentaires
  • Céline A. Massicotte - Inscrite 28 août 2012 07 h 38

    Plus blanc que blanc...

    Et gageons que cela n'avait rien de nouveau...

    Layton n'était pas l'homme parfait en tout et doux comme un agneau qu'on décrit: il pouvait être un adversaire coriace et cinglant aux communes et, pour avoir présenté cette motion à l'automne "le Québec a le droit de françiser ses immigrants" sachant très bien que la cour suprême, l'autoritié suprême (après dieu, bien sûr) s'opposera toujours à ce droit dans les limites du possible... on peut questionner son honnêté politique. Cette motion hypocrite n'était qu'un leurre, comme la reconnaissance de la pseudo nation québécois de Harper, et juste pour avoir appuyer ça dans le silence le Bloc méritait sa défaite, et Duceppe un calvaire intérieur qui, à mon avis, s'éternise tout de même un peu trop...

  • Christian Languedoc - Inscrit 28 août 2012 08 h 36

    Deux problèmes

    Le premier je m’interroge sur la légitimité de la présence syndicale en politique. Quand les syndiquées auront un forfait sur leurs cotisations ? O Avec influence politique. O Sans implication politique. (Ce qui ouvre la discussion sur la transparence des finances des syndicats.)
    Le deuxième le financement des partis politiques. Peut-on repenser la façon de faire des élections ? Le but serait de baisser les couts des élections pour ainsi diminuer l’appétit des partis politiques pour le financement.
    Mais notons que le gouvernement fédéral va en sens opposé aux convictions du Québec en augmentant la partie du financement privé des partis politiques.

    Bonne semaine !

    • André Michaud - Inscrit 28 août 2012 10 h 50

      Les boss syndicaux ne demandent jamais aux membres avant de supporter de façon partisane un parti..NPD ou PQ...

  • André Michaud - Inscrit 28 août 2012 09 h 09

    Scandale de commandites encore

    Le NPD se fait prendre à son tour la main dans le sac..avec les syndicats comme complices..est-on vraiment surpris?

    On pourrait faire enquête au Québec sur les liens entre le syndicats et le PQ et je suis certains que tout cela n'est pas blanc comme neige.

  • RONALD LESAGE - Inscrit 28 août 2012 09 h 12

    Nul n'est blanc pur .

    Nous sommes tous , y compris moi , que des teintes de gris . Et nous devons choisir qui est le plus apte à nous représenter selon le temps présent soit du gris pâle ou plus foncé . Pour avoir voulu se venger du Bloc , les québécois ont bien mérité d'être manipulé par le N.P.D. et maintenant qu'il est fragilisé et à perdu ses sources de financement , son retour s'il en est un sera long et pénible . Qui en sort perdant , les ministres déchus qui pour la pluspart ont une pension et d'autres sources de revenus ; non , plutôt le peuple québécois qui sont représentés à Ottawa par des fédéralistes à la solde de l'ouest . Comme j'ai déjà dit , les anglo-canadiens jouent leur rôle et agissent en conséquence du pays qu'ils désirent , nous sommes toujours le petit enfant qui menace de ramasser ses billes et de quitter le jeu mais reste toujours dans la cour . Faudrait peut être prendre la décision de rejoindre le Commonwealth Britannique ou se séparer et quel que soit notre décision , en accepter les conséquences

    • André Michaud - Inscrit 28 août 2012 12 h 30

      Les citoyens ont déjà deux fois au moins pris cette décision de rester à la fois Québécois et Canadiens..

    • RONALD LESAGE - Inscrit 28 août 2012 12 h 50

      Avec la machine fédérale , son ingérence et ses mensonges auprès des aînés , je crois que les dés étaient pipés .

    • Céline A. Massicotte - Inscrite 28 août 2012 21 h 25

      Se venger du Bloc... Mais qu'est-ce que ça mange en hiver? Ça veut dire quoi? Se venger de quoi???

      Il est un peu étonnant aussi de voir le lourd silence qui reigne ici à la suite de cette nouvelle...

  • Clément Doyer - Inscrit 28 août 2012 12 h 12

    Au Canada, et au Québec, la corruption rêgne en maître absolu, supplantée seulement parfois par l'incompétence. En politique, c'est admis de tous, et cet exemple au NPD n'est pas surprenant, mais je trouve ironique que le parti de Harper s'en offusque.
    Dans la construction aussi, des exemples me tombent sur la tête de toutes parts quand j'amène le sujet dans la conversation. Il n'y a pas de discussion, que des anecdotes. Ce viaduc qui a pris deux ans à construire et 18 millions. Quand il s'est affaissé de six pouces, il a fallu le démolir et le reconstruire, 5,5 millions d'amende pour les deux mois que l'oeuvre a pris en surplus de temps. Donc, un profit net de 12 millions si l'on soustrait les 70-80 000 $ de ciment et les 100 000$ de fer qui vont dans la fabrication d'un viaduc sur la #20. Démolir et rebâtir en 2 mois?
    C'est partout, ces fonctionnaires qui se dépêchent à dépenser leur budget au dernier mois, pour ne pas se le faire réduire l'année suivante, les cadeaux et voyages offerts aux médecins par les pharmaceutiques pour prescrire les "bons" médicaments, les ingénieurs qui oublient que l'eau, et la merde, ne vont pas en montant dans les usines d'épuration, et le reste, une liste tellement longue qu'il s'est écrit des livres sur le sujet.
    Non, je ne suis pas cynique, c'est là une attitude de perdant, non, je suis indigné, et je refuse de jeter mon idéalisme de jeunesse aux poubelles à cause de la médiocrité prévalente, je me dis que malgré tout, il y a l'espoir d'en arriver à une autre façon de fonctionner chez nous, en prenant exemple chez d'autres sociétés qui ont réussi à fonctionner avec moins de gaspillage, de dépenses somptuaires pour leurs ministres et premier ministre, une gestion serrée des dépenses de l'État, comme si c'était l'argent des gens, ce que c'est, en fait.
    Que voulez-vous, je suis un jeune rêveur, de 68 ans!