Il y a un an s’éteignait Jack Layton - «Le deuil est un chemin sinueux»

Olivia Chow au côté de son époux, Jack Layton, décédé le 22 août 2011, un peu plus de trois mois après être devenu chef de l’opposition officielle à Ottawa. La photo montre le couple au quartier général du Nouveau Parti démocratique lors de la soirée électorale d’octobre 2008.
Photo: La Presse canadienne (photo) Nathan Denette Olivia Chow au côté de son époux, Jack Layton, décédé le 22 août 2011, un peu plus de trois mois après être devenu chef de l’opposition officielle à Ottawa. La photo montre le couple au quartier général du Nouveau Parti démocratique lors de la soirée électorale d’octobre 2008.

Ottawa — Il y a un an, son mari la laissait dans le deuil, comme des millions de Canadiens touchés par la mort du « bon Jack » et sensibles à sa volonté de faire de la politique autrement. Aujourd’hui, Olivia Chow est plus convaincue que jamais que le message laissé par Jack Layton résonne encore au pays, comme en témoignent les messages que leur laissent, à elle et sa famille, des citoyens de partout au pays.

«Nous n’avons plus la voix de Jack, mais nous pouvons certainement poursuivre son rêve et sa vision pour qu’ils deviennent réalité parce que […] nous devons avoir un pays qui compte plus d’amour et plus d’espoir », soutient en entrevue la veuve du défunt chef du Nouveau Parti démocratique. « Les Canadiennes et les Canadiens ont répondu au défi que Jack leur a lancé dans sa dernière lettre, celui de s’engager et de “changer le monde” », indique en outre Olivia Chow dans une lettre publiée dans notre page Idées.


Cette mission, Olivia Chow la poursuit elle-même, en tant que députée néodémocrate de la région de Toronto, tout comme ses collègues menés par leur nouveau chef Thomas Mulcair - une équipe dont son mari serait très fier aujourd’hui, selon elle. Mais Mme Chow estime que de nombreux Canadiens continuent eux aussi de porter le flambeau. Pour preuve, plus d’un millier de messages ont été mis en ligne sur le site CherJack.ca, mis sur pied par l’Institut Broadbent pour rendre un nouvel hommage à Jack Layton, un an après son décès soudain le 22 août dernier. Sans compter ceux diffusés sur les sites Twitter ou Facebook.


À l’approche de sa mort, le politicien charismatique avait rédigé une lettre testament dont la conclusion en a marqué plusieurs. « L’amour est cent fois meilleur que la haine. L’espoir est meilleur que la peur. L’optimisme est meilleur que le désespoir », plaidait Jack Layton. Ses propos avaient été repris sur les réseaux sociaux, dans des messages rédigés à la craie sur des trottoirs dans différentes villes du pays, et même imprimés sur des t-shirts.


Ces mots, Olivia Chow les répète encore 12 mois plus tard. « C’est ça qui a motivé les gens, je crois, qui les a touchés. Ce n’est pas juste Jack, la personne. C’est sa vision, ses valeurs », explique-t-elle, dans un entretien avec Le Devoir. « Sa vie a toujours été pleine d’amour et d’espoir. Ce qu’il a dit dans sa lettre, c’est ce qu’il était », assure sa veuve, qui parle encore par moments de son mari au temps présent.


Et c’est le message qu’elle laisse à son tour, sur la pierre tombale qu’elle a conçue pour l’homme avec qui elle a partagé plus de 20 ans de sa vie. « Alors aimons, gardons espoir et restons optimistes. Et nous changerons le monde », peut-on lire sur le monument funéraire, une pierre de granite rose des Laurentides surmontée d’un buste de bronze du politicien. Au sol, un grand parterre de fleurs qu’elle a plantées elle-même, posant notamment au pied de la tombe des plants de lavande qu’aimait tant la mère de Jack Layton.


C’est là que sa famille et ses proches entameront la journée, ce mercredi, pour enterrer le reste des cendres du politicien qui était d’abord leur mari, leur père, leur frère, leur ami. L’an dernier, une partie des cendres avait été enterrée dans sa ville natale d’Hudson, de même qu’à Toronto Islands, où il a épousé Olivia Chow en 1988. L’ancien conseiller municipal de Toronto souhaitait aussi reposer au cimetière Necropolis de la ville, où reposent également George Brown, l’un des Pères de la Confédération, et le premier maire de la Ville reine, William Lyon Mackenzie.


Puis, les hommages se succéderont aux quatre coins du pays. À Ottawa, comme l’an dernier lorsque des centaines de personnes se sont réunies spontanément à la Flamme du centenaire de la colline parlementaire, un rassemblement est prévu vers 11 h. Nycole Turmel, qui avait remplacé M. Layton au pied levé lorsqu’il a annoncé être affligé d’un second cancer à la fin juillet 2011, prononcera quelques mots, tout comme le député d’Ottawa Paul Dewar.

 

Une année difficile


À Montréal, c’est au bar Les Bobards, boulevard Saint-Laurent, que des militants mais aussi des députés lèveront leur verre à la santé du chef qui les avait inspirés à se lancer en politique et qui les a trop rapidement laissés orphelins. À Sherbrooke, ce sera au Siboire; à Québec, au bar Ninkasi. Et en soirée, le square Nathan Phillips de Toronto sera pris d’assaut à l’occasion d’un grand spectacle, avec des performances musicales de Lorraine Segato (qui avait chanté « Rise Up » à la cérémonie des funérailles officielles de Jack Layton l’an dernier) et Jason Collett du groupe Broken Social Scene, entre autres, de même qu’une performance artistique de Chalkmaster Dave (Dave Johnston, un artiste de Toronto qui a coloré les trottoirs de plusieurs pays avec ses images à la craie). Les acteurs Eric Peterson et Wendy Crewson liront par ailleurs la lettre testament de M. Layton.


Un an plus tard, Olivia Chow vivra de nouveau son deuil en public, tout comme les enfants de son mari, Sarah et Mike Layton. Mais ce n’est pas un poids, au contraire. « Le deuil est un chemin sinueux. La douleur peut surgir à tout moment, sans prévenir, au détour d’une phrase, d’un geste, de l’histoire partagée par quelqu’un dont la vie a été influencée par le passage de Jack. Mais j’ai la chance d’être entourée d’amour, provenant de ma famille, de mes amis et collègues, et aussi, des Canadiennes et des Canadiens », écrit-elle dans notre page Idées.


La dernière année aura été difficile, mais Mme Chow note qu’il y a néanmoins eu de bons moments, comme la naissance d’un deuxième petit-enfant, une deuxième fille pour Sarah, et le mariage de Mike, qui sera célébré samedi. « Ça a été toute une année. […] Toutes sortes d’émotions », résume-t-elle.


Quant au grand spectacle de ce soir, auquel elle assistera entourée de centaines de personnes à Toronto, Mme Chow n’y changerait rien. « C’est une célébration de sa vie, et c’est exactement ce que ce devrait être. […] Et cette célébration nous appartient à tous. »

À voir en vidéo