70 Canadiens, dont 20 Québécois, reçoivent l’Ordre du Canada

Ottawa - Une brochette de Québécois du monde des arts et des affaires, comme le chef d’orchestre Yannick Nézet-Séguin, l’entrepreneur Lino Saputo et la journaliste Chantal Hébert, qui signe des chroniques dans les pages du Devoir, ont été nommés au sein de l’Ordre du Canada hier.

En tout, 70 Canadiens, dont 20 Québécois, recevront la distinction remise par le gouverneur général du Canada, qui vise à récompenser l’exemplarité des citoyens.


Yannick Nézet-Séguin, 37ans, a été nommé compagnon de l’Ordre, le plus haut titre de la distinction, « pour sa contribution à la musique en tant que chef d’orchestre parmi les plus recherchés au monde, malgré son jeune âge ». Il a pris les rênes de l’Orchestre métropolitain à Montréal en 2000 et a depuis dirigé à divers titres des orchestres aux États-Unis comme en Europe.


La violoniste Angèle Dubeau reçoit une promotion au sein de l’Ordre et est nommée officier. Le producteur et réalisateur Jean Bissonnette a aussi été élevé au rang d’officier de l’Ordre. Il est connu pour avoir réalisé les émissions Les Couche-tard et Moi et l’autre, sans oublier plusieurs revues de fin d’année Bye Bye.


Dans le monde des affaires, Lino Saputo, qui a fondé la fromagerie Saputo avec sa famille, a été honoré non seulement « pour ses réalisations en tant que chef d’entreprise », mais aussi pour « son généreux appui à des causes sociales », notamment pour les enfants malades et handicapés.


La présidente du conseil et chef de la direction du Mouvement des caisses Desjardins, Monique Leroux, a aussi reçu la distinction, tout comme la gestionnaire Louise Roy, du Conseil des arts de Montréal, aussi chancelière de l’Université de Montréal. Laure Waridel, cofondatrice d’Équiterre, a été récompensée pour sa contribution en tant qu’auteure et militante environnementale.


Plusieurs journalistes sont aussi venus grossir les rangs de l’Ordre, notamment Jean-François Lépine et Pierre Bruneau, qui est aussi honoré pour son travail au nom des enfants atteints du cancer.


La créatrice de mode Marie Saint Pierre, la chercheuse en hématologie Francine Décary, la chercheuse en neuropsychologie Maryse Lassonde, le sculpteur Michel Goulet, la militante Michèle Rouleau, l’ex-commissaire aux langues officielles du Canada Dyane Adam et le psychanalyste et auteur Guy Corneau font aussi partie de la liste des récipiendaires.


L’Alberta n’est pas en reste. L’ancien premier ministre, Ralph Klein, a accédé à l’Ordre. C’est le cas aussi de la dramaturge et actrice Sharon Pollock.


Le sport n’a pas été oublié. John Brian Patrick « Pat » Quinn, un ancien joueur et entraîneur de plusieurs équipes de la LNH, accède également à l’ordre.

À voir en vidéo

13 commentaires
  • Yves Claudé - Inscrit 30 juin 2012 00 h 22

    Ceci pendant que 8 millions de Québécois reçoivent le désordre du Canada !

    Tandis que quelques Québécois méritants et exemplaires, dont un membre de la célèbre famille Saputo, reçoivent l’Ordre du Canada, on ne peut quand même pas oublier, qu’avec l’infâme Loi C-18 entre autres, c’est plutôt le désordre du Canada que reçoivent 8 millions de Québécois !

    Yves Claudé

  • Michel St-Pierre - Inscrit 30 juin 2012 01 h 06

    Ordre du Canada

    Moi,ce sont les gens qui refusent l'Ordre du Canada que j'admire, les gens qui refusent d'être utilsés à des fin de propagande et de manipulation, des gens qui nous démontrent leurs intégrités et qui se tiennent debout.

    • F. Georges Gilbert - Inscrit 30 juin 2012 18 h 54

      Tout à fait d'accord avec vous.Mais il y aura toujours,des Y.Zéneth-Séguin,petit protégé,de Mama.Desmarais.Des signataires lucides, comme Marie St-Pierre.Il y a, Monique Leroux, sous la responsabilté de qui ,la Caisse Populaire enrégistrait la plus grande perte de son histoire(6 milliards).Pas très rigolo ce décompte.. Je leur souhaite malgré tout,un (Very, Happy Canada Day),et pour tous les autres, que le Québec , devienne enfin, notre unique et digne pays, avant la fin de nos jours.

    • Gilles Théberge - Abonné 1 juillet 2012 10 h 37

      Mais le Québec est notre pays, monsieur Gilbert... Seulement il faut nous affranchir politiquement du Canada, et ça ça demande du courage et de la détermination.

      À ce chapitre je ne suis pas vraiment certain que l'ensemble du peuple, ou de la nation, a encore la conscience aigüe de son existence en soi, comme c'était le cas avant.

      Il faut dire qu'on a été tellement manipulé. Regardez comment aujourd'hui, avec nos taxes, sans notre consentement et sans même se soucier de la vérité historique, ils martellent de façon continue que la guerre de 1812... Hier c'était Michaëlle Jean qui était la successeure en ligne droite de Champlain... Et puis, le prochain Roy est tellement sympathique et sa femme si jolie...

      Ce ne sont que des exemples vous le comprenez, qui s'inscrivent dans une lignée de sophismes, qui ne servent qu'à nous entrer dans la gorge la vérité canadian.

      Oui Jackie Desmarais soutien le jeune Nézet Séguin. Je n'irais pas jusqu'à dire que ça lui fait plaisir d'être manipulé de la sorte. Donnez-moi cent millions et je vais soutenir le jeune Nézet Séguin, sans lui rien demander, et sans me servir de lui, simplement parce qu'il a du talent...

      Mais j'irai jusqu'à vous dire cependant que dans l'hypothèse improbable l'on m'offrait la légion d'honneur, je réfléchirais longuement.

      Je ne voudrais pas être associé à cette décoration jadis de prestige, mais dévalorisée à jamais à mes yeux, par le seul motif pour lequel elle lui a été attribuée grotesquement pour des raisons insignifiante et purement politiciennes. De même qu'à Paul et Jhonny Charest.

      Mais c'est tellement facile de glisser dans l'indifférence. Ça ne demande aucun effort, ni de réflesion, ni d'action.

  • Jean Lapointe - Abonné 30 juin 2012 08 h 47

    Je n'ai pas beacoup de sympathie pour eux


    J'avoue que je n'ai pas beaucoup de sympathie pour les Québécois qui acceptent un tel «honneur» de ce gouvernement anti-québécois, ente autres.

    Ils ont bien le droit de se ridiculiser s'ils le veulent ou de montrer leur manque de conviction, mais j'avoue qu'à l'avenir je n'aurai pas beaucoup d'estime pour eux.

    A mon avis ils font preuve d'une très grande faiblesse et d'une très faible perspicacité.

    • Alain Deloin - Inscrit 30 juin 2012 15 h 48

      "J'avoue que je n'ai pas beaucoup de sympathie pour les Québécois qui acceptent un tel «honneur» de ce gouvernement anti-québécois, ente autres. "

      L'Ordre du Canada et les "honneurs" n'ont rien a voir avec le gouvernement au sens ou vous l'entendez et que vous abhorrez, c-a-d le pouvoir executif. Renseignez-vous.

  • Denis Raymond - Inscrit 30 juin 2012 12 h 16

    Les Symboles ont-ils une frontière?

    Quand Raymond Lévesque a refusé ce prix du Canada il a expliqué la raison pourquoi il l'avait accepté préalablement: ''J'avais besoin d'argent'', le PQ lui a donné l'argent pour qu'il refuse ce Prix honorifique. Félix Leclerc disait, dans un documentaire, quand il était enfant son père l'avait emmené à un concert d'une Chorale de Garçons venant de l'Angleterre. À ma grande surprise, dans cette liste des noms québécois, quand j'ai lu Guy Corneau, je me suis exclamé: ''Ah ben, il est encore vivant.'', ce dernier comme psychanaliste a contribué à la compréhension du fait masculin au Québec, si nous relisons ses écrits nous feraient comprendre pourquoi nous en sommes rendu là dans notre société et culture québeécoise.
    Depuis que je suis inscris sur ces blog du Devoir, je mentionne souvent que Fred Pellerin, par son courage, me donne ce sentiment d'appartenance à ma culture, qui me permet de mettre des mots sur celle-ci si quelqu'un me demande qu'elle est ma culture, sinon j'aurais du mal en ce 21e siècle de lui mettre des mots. Une énorme majorité de québécois de souche a délaissé ou jeté ces symboles universels qui font du Québec ce qu'il est comme Nation. La langue en est un, mais ce symbole est encore vécu comme un combat, une lutte, une sauvegarde. Ce Prix du Canada permet un répit entre les 2 solitudes, va au-delà des rancunes et polémiques politiques, elle permet donc de démontrer que le Québec se distingue des autres, que le Québec permet d'enrichir les autres avec sa culture et de la faire connaître. Il y a des Symboles qui nous permettent ce répit, mais ne veut pas dire que les combat est terminé.