Harper abolit plus de 700 postes au Québec


	Vingt-trois postes sont menacés à la Biosphère de Montréal, ce qui pourrait compromettre le fonctionnement de ce musée pédagogique sur le Saint-Laurent et les eaux en général.
Photo: Biosphère de Montréal
Vingt-trois postes sont menacés à la Biosphère de Montréal, ce qui pourrait compromettre le fonctionnement de ce musée pédagogique sur le Saint-Laurent et les eaux en général.

Quelque 700 employés québécois de l’Alliance de la fonction publique du Canada ont été avisés hier qu’ils risquent de perdre leur emploi s’ils n’arrivent pas à se requalifier dans les services fédéraux.

À l’échelle canadienne, ce sont 3900 nouveaux employés de la fonction publique qui ont reçu la fatidique lettre qui met leur emploi en danger sur-le-champ.


C’est ce qu’a confirmé hier au Devoir le porte-parole montréalais de l’Alliance de la fonction publique, Patrick Leblanc, alors que ce syndicat commençait à mesurer l’ampleur et les impacts des nouvelles abolitions de postes au Québec, ce qui exclut, précise-t-il, celles qui ont été annoncées dans la région de la capitale nationale, y compris à Gatineau. Ou dans les autres syndicats.


Les coupes annoncées hier portent le total des abolitions de postes au Québec à 2300, et à près de 17 000 à l’échelle canadienne parmi les syndiqués de l’Alliance. Selon le porte-parole syndical, dans la région de Montréal, cela toucherait « entre 400 et 500 emplois ». Le décompte final par région et par ville sera disponible ce matin lors de la conférence de presse aux bureaux montréalais de l’Alliance, précise Patrick Leblanc.


Ce dernier ajoute que 73 autres postes sont désormais menacés à l’Agence du revenu, 23 à la Biosphère de Montréal et 4 autres s’ajoutent à la trentaine déjà annoncée à l’Institut Maurice Lamontagne, le coeur de l’expertise scientifique fédérale sur les écosystèmes du golfe du Saint-Laurent.


Les postes abolis concernent des emplois dont le revenu annuel se situe autour de 55 000 $, précise le porte-parole syndical. Cela situe donc à près de 25 millions par année la perte économique de cette nouvelle ponction dans l’économie montréalaise. « Le plus navrant dans cette situation, commente Patrick Leblanc, c’est que le gouvernement Harper sort chaque fois son vieux disque pour nous dire que ces abolitions de postes et ces ponctions dans les économies locales se font au nom de l’économie et de l’emploi. »

 

La Biosphère en péril


Ce dernier précise toutefois que 535 des quelque 700 postes abolis au Québec, capitale nationale exceptée, vont se concentrer dans Services Canada, ce qui va aggraver la qualité des services chez ceux qui gèrent les pensions de vieillesse, la sécurité du revenu garanti, et du côté de l’assurance-emploi.


« Avec les coupes du gouvernement Harper, commente Patrick Leblanc, il faut être riche pour pouvoir prendre sa pension ou pour perdre son emploi. Il faut avoir un coussin de plusieurs mois devant soi. Un exemple : il faut présentement entre trois et quatre mois pour avoir son premier chèque d’assurance-emploi au lieu des trois ou quatre semaines dans le passé. Avec les nouvelles coupes, inévitablement, les délais vont s’allonger et ce sont les gens les plus démunis qu’on frappe une fois de plus. »


Le Devoir a commencé à s’intéresser à ce dossier après avoir appris hier que 23 postes étaient menacés à la Biosphère de Montréal, ce qui pourrait compromettre le fonctionnement de son musée pédagogique sur le Saint-Laurent et les eaux en général, selon nos sources. Ottawa voudrait obtenir la permission de Montréal d’installer désormais une équipe de météorologues à cet endroit.


Des milliers de jeunes élèves et étudiants fréquentent chaque année son musée interactif, ce qui en fait un des équipements pédagogiques et de sensibilisation environnementale parmi les plus importants du Québec. Cette coupe s’ajoute aux centaines d’autres, décrétées par les conservateurs chez Environnement Canada et à Pêches et Océans Canada.


Il a été impossible hier de savoir si les coupes en question mettraient fin aux activités muséales et de sensibilisation de la Biosphère dans les prochains mois ou l’an prochain. Une chose est désormais certaine : pour obtenir la moindre information sur ce musée montréalais, il faut désormais passer par le service d’information central, à Gatineau, tous les services d’information au Québec d’Environnement Canada ayant été tout simplement rayés de la carte.

À voir en vidéo