Plus de 5000 fonctionnaires fédéraux pourraient perdre leur emploi

Pêches et Océans, qui subit sa troisième vague de compressions depuis décembre, voit 395 de ses employés menacés par les envois de lettres mercredi.
Photo: P Dionne / Pëches et Océans Canada Pêches et Océans, qui subit sa troisième vague de compressions depuis décembre, voit 395 de ses employés menacés par les envois de lettres mercredi.

Ottawa — Plus de 5000 fonctionnaires fédéraux ont appris mercredi qu'ils pourraient perdre leur emploi.

Ainsi, près de 4000 membres de l'Alliance de la Fonction publique du Canada ont appris que leur poste est menacé, comme 1200 de leurs collègues affiliés à l'Institut professionnel de la fonction publique du Canada, qui représente une bonne partie des scientifiques à l'emploi du gouvernement fédéral.
 
Les employés qui ont reçu un avis que leur poste est «touché» ne perdront pas forcément leur emploi. Mais il devient identifié sur les possibilités d'abolition de poste au sein des différents ministères et agences fédérales.
 
Plus de 20 000 employés fédéraux ont déjà été avisés que leur emploi pourrait disparaître. Il s'agit d'une partie du plan du gouvernement Harper visant à faire des économies de quelque 5 milliards $.
 
Une dizaine de ministères et d'agences sont affectés par cette vague de compressions mercredi.
 
Le ministère des Ressources humaines est le plus touché dans cette masse d'avis: 2055 employés en ont reçu un mercredi.
 
L'Agence du revenu du Canada écope fortement avec 1212 avis envoyés à ses employés, dont bon nombre de vérificateurs du programme d'enquêtes criminelles et de celui de divulgation volontaire.
 
Pêches et Océans, qui subit sa troisième vague de compressions depuis décembre, voit 395 de ses employés menacés par les envois de lettres mercredi.
 
Plus de 600 employés de Justice Canada sont affectés, et 350 à la Défense nationale, s'ajoutant aux 1124 qui avaient reçu pareils avis en avril.
 
Lors du dépôt de son budget, en mars dernier, à la Chambre des communes, le ministre des Finances, Jim Flaherty, a annoncé l'abolition de quelque 19 000 emplois dans la fonction publique fédérale.
 
Stéphanie Marin, La Presse canadienne

À voir en vidéo