La reine plutôt que le « Picasso du Nord »

Celui-ci trônera dans la plus prestigieuse salle de Rideau Hall. Selon nos informations, le nouveau portrait de la monarque dévoilé le 6 juin à Londres sera en effet installé dans la salle de bal de la résidence officielle du gouverneur général. L’oeuvre de Phil Richards - qui a coûté près de 100 000 $ - remplacerait du coup Androgyny, de l’artiste autochtone canadien Norval Morrisseau, qui avait été installée en septembre 2008. C’est l’ancienne gouverneure générale, Michaëlle Jean, qui l’avait choisie.

Un tableau spectaculaire

Avant Morrisseau, c’est le tableau Charlottetown Revisited de Jean-Paul Lemieux qui était exposé dans cette salle où se tiennent les cérémonies d’assermentation des ministres (la photo officielle comprend toujours le tableau), de même que plusieurs grandes cérémonies officielles.

Spectaculaire, le tableau de Morrisseau impressionne par ses dimensions (3,6 mètres sur 6,1 mètres), l’éclat de ses couleurs et la puissance de l’équilibre de ses éléments. Considéré comme un chef-d’oeuvre, il représente « la vision du monde du chaman ojibwé » et célèbre un « monde prospère et généreux ».

L’oeuvre de Richards est plus petite (3,3 m x 2,2 m), plus sobre et plus classique. Elle présente la reine dans une robe blanche ornée de perles, debout devant une entrée en voûte de Rideau Hall. Un portrait de la reine Victoria est visible derrière elle. Au moment du dévoilement du tableau, Elizabeth II avait demandé à la blague s’il faudrait agrandir Rideau Hall pour pouvoir l’accrocher.

Au suivant

Il était prévu depuis 2008 que l’oeuvre de Morrisseau serait décrochée des murs de Rideau Hall en 2011 (le prêt était une collaboration du ministère des Affaires indiennes et du Centre d’art indien et inuit). Il est toutefois encore en place à ce jour. Hier, Rideau Hall n’a pas voulu confirmer - ni infirmer - que l’oeuvre de Phil Richards remplacera celle de Norval Morrisseau (« les détails seront dévoilés à une date ultérieure »), mais deux sources distinctes l’ont affirmé au Devoir.

Phil Richards indiquait lui-même la semaine dernière que « la salle de bal de Rideau Hall a été choisie » pour héberger son oeuvre, qui est exposée à Londres jusqu’à vendredi. Selon M. Richards, l’autre endroit considéré était le foyer du Sénat au parlement, où un vitrail représentant la reine a été installé en septembre.

À Rideau Hall, l’arrivée du tableau de Richards devrait à tout le moins faire plaisir au sénateur libéral Serge Joyal, qui avait dénoncé en juin 2009 l’absence de portrait de la reine au mur principal de la salle de bal (la reine et son mari sont visibles sur le mur opposé). « Cela m’a mis très mal à l’aise [de constater] que le portrait de Sa Majesté ne se trouve plus dans la salle de bal, disait-il. […] J’ai trouvé curieux que la cérémonie d’État se déroule face au tableau de Norval Morrisseau et que l’on fasse dos au portrait de Sa Majesté. Le Canada est le seul pays du Commonwealth ayant pour chef d’État Sa Majesté où l’on fait dos à Sa Majesté lors de cérémonies officielles. »

Les conservateurs ont fait plusieurs efforts depuis pour réaffirmer l’attachement du pays à Elizabeth II, qui vient de fêter ses 60 ans de règne. À l’été 2011, deux toiles d’Alfred Pellan ont été décrochées du hall d’entrée du ministère des Affaires étrangères pour être remplacées par une photographie de la reine. Toutes les ambassades ont aussi reçu la consigne de mettre en évidence le visage d’Elizabeth II.

***

Avec Hélène Buzzetti

À voir en vidéo